Destombes Sandrine ♦ Les jumeaux de Piolenc

Avec ce thriller, Sandrine Destombes aborde le sujet des maladies mentales, un sujet difficile à maîtriser tant il peut être complexe. Elle aborde également le kidnapping d’enfants, la gémellité dans son côté sombre, l’influence que peut avoir un adulte sur un enfant, à l’inverse l’influence d’un enfant sur une personne censée être adulte.

Août 1989. Solène et Raphaël, des jumeaux de onze ans originaires du village de Piolenc, de 5000 habitants, dans le Vaucluse, membre de la fédération des sites clunisiens, disparaissent lors de la fête de l’Ail. Personne n’a rien vu ou entendu. Trois mois plus tard, seul l’un d’eux est retrouvé. Mort.

Le suicide de la mère suivra, peu de temps après, laissant un homme meurtri par la disparition de tous les membres de sa famille, mais aussi par les soupçons qui pèsent toujours sur lui. Les gendarmes, Jean Wimez en tête, font face à leur impuissance à retrouver le survivant et le coupable. Cela devient alors le fardeau de Jean.

Et quand, trente ans plus tard, en juin 2018, Nadia Vernois, une petite fille de onze ans disparaît de nouveau à Piolenc, c’est le père des jumeaux que l’on accuse immédiatement du méfait. Car la fillette rendait régulièrement visite à Victor Lesage et elle préparait un devoir de recherches sur l’affaire de la disparition de ses jumeaux. Quand le capitaine Fabregas l’apprend, il le suspecte aussitôt, d’autant que Victor ne possède aucun alibi.

Evidemment, à l’époque, les gendarmes l’avaient longuement questionné. Était-il coupable du meurtre de sa fille et de la disparition de son fils ? Que s’est-il réellement passé ce fameux jour d’août 1989? Mais la disparition de Zélie Mourier, quelques jours après celle de la petite Nadia,  relance les débats.

En trente ans, l’équipe de la gendarmerie chargée de l’enquête a été renouvelée du fait de départs à la retraite. Les technologies, en outre, ont bien évolué en matière de recherches d’ADN et d’analyses scientifiques. Le capitaine Fabregas, en charge de l’enquête, va se retrouver confronté à des secrets bien enfouis, que toutes les découvertes scientifiques ne pourront jamais aider à faire resurgir, et seule l’aide d’une charmante pédopsychiatre lui permettra démêler les travers de l’âme humaine qui poussent les individus à enlever des enfants et au final, résoudre cette enquête bien complexe.

L’histoire recommence, comme en macabre écho aux événements survenus presque trente ans plus tôt, et la psychose s’installe. Le sang de Jean Wimez ne fait qu’un tour, et si tout recommençait ? Il propose son aide à son successeur…..

Le seul espoir de les retrouver vivants, c’est de comprendre enfin ce qui est arrivé à Solène et Raphaël. Au risque de réveiller de terribles souvenirs.

Ce roman a obtenu le prix VSD RTL 2018 : Meilleur Thriller français 2018

L’auteur :

Née le 29 avril 1971, Sandrine Destombes a toujours vécu à Paris.

Après avoir suivi des études à l’Ecole pour les Métiers du Cinéma et de la Télévision de Paris, elle travaille dans la production d’événements depuis plus de vingt ans et profite de son temps libre pour écrire des polars, son domaine de prédilection.

Attachée à ses origines italiennes, elle instille son amour des Abruzzes au fil de ses romans.

Après La Faiseuse d’Anges et L’Arlequin, Sandrine Destombes sort le troisième opus des aventures de Max, « Ainsi sera-t-il » en 2017.

Elle sortira ensuite « Les jumeaux de Piolenc » et « Ils étaient cinq » en 2018.

Laisser un commentaire