Stedman Margot L. ♦ Une vie entre deux océans

Une vie entre deux océansTom Sherbourne, australien rescapé et héros militaire des tranchées de la première Guerre Mondiale, profondément bouleversé par les horreurs de ce conflit, pense pouvoir se reconstruire et effacer son profond sentiment de culpabilité alors que tant d’autres des ses camarades ne sont pas revenus, en acceptant un poste de gardien de phare sur un îlot isolé. C’était sans compter sur un coup de foudre partagé entre lui et Isabel, jeune femme vive et pétillante, tous les deux partant s’installer, malgré toute la rudesse et l’austérité de ce cadre, sur l’île de Janus, une île sur les Lights, sauvage et reculée, à 150 kilomètres située au large de la côte ouest de l’Australie, pour vivre leur histoire et fonder une famille.

Récit d’une installation et du bonheur de ce couple et d’un certain réconfort dans les affres du sentiment de culpabilité de Tom, très vite terni par des fausses couches en série d’Isabel. Simultanément, la petite communauté continentale de Partageuse, proche du phare, continue à pleurer ses fils et maris tués en Europe et à ressasser la rancœur contre l’Allemagne, dont est issue un de leur ressortissant marié contre l’avis de la famille d’Hannah, belle fortune de la région.

C’est à l’issue d’une sordide chasse aux sorcières que la vie d’Isabel et de Tom va basculer avec l’échouage d’un dinghy, une barque, avec à son bord un homme mort et une petite fille tout juste née, tous deux inconnus.

Isabel demande à Tom d’ignorer le règlement, de ne pas signaler « l’incident » et de garder avec eux l’enfant. Ainsi au mépris de tout règlement, profondément amoureux d’Isabel et sensible au désespoir et à son mal-être, Tom va céder et recueillir, puis élever le bébé jusqu’au jour où il découvre que leur fille a une mère, Hannah Roenfeld et que cette dernière, désespérée, la recherche.

Cependant, quatre ans plus tard, lors de leur congé à Pointe Partageuse, ils apprirent l’existence de celle qui n’existait que dans leurs pires cauchemars : la véritable mère de Lucy, une certaine Hannah Roennfelgt… Un Renforcement de son sentiment de culpabilité et malgré les supplications d’Isabel et de manière anonyme, Tom va l’informer que sa fille, disparue, va bien…

Une décision aux conséquences dévastatrices…

C’est après son baptême sur le continent que la vérité va éclater et que le couple Tom et Isabel explose avec le retour de la petite fille auprès de sa mère naturelle. Incarcéré, prenant à son seul tort la responsabilité de ce qui est devenu un enlèvement, Tom se tait et se met en danger alors même que ses plus proches ne doutent pas des excès de sa condition, dans l’attente d’un pardon inespéré. Amour, trahison, sentiment de culpabilité, sacrifice, drame du retour d’un enfant auprès de sa mère naturelle qu’il ne connaît pas ni ne reconnaît, sacrifice d’une mère, jugements plus ou moins controversés de la petite communauté de Partageuse, officier de police suspicieux à l’excès, compassion ; tous les sentiments et les pistes vont être développés par l’auteure jusqu’à l’issue inattendue de ce livre. Une très belle découverte et une connaissance aiguisée des turpitudes de nos pensées, jugements et comportements par une auteure de grande qualité.

Un premier roman plébiscité dans le monde entier qui interroge les liens du cœur et du sang.

 

L’auteur :

Margot StedmanMargot L. Steadman est née et a grandi en Australie-Occidentale. Elevée et scolarisée à Perth, elle dit qu’elle a toujours adoré l’art des mots, et qu’elle a toujours eu une affinité pour eux.

Elle vit maintenant à Londres.

En 1997, travaillant alors à Londres comme avocate, elle décide d’essayer l’écriture et cherche un tuteur.

Lors d’un voyage en Grèce, elle écrit sa première histoire, courte « Vol ».

Dans les années qui ont suivi, elle continue aussi à étudier l’écriture créative à temps partiel à l’université de Londres, et certaines de ses histoires courtes ont été publiées dans des anthologies.

Son premier roman, « La lumière entre les océans » ou « Une vie entre deux océans », puise son inspiration dans le paysage de son pays natal l’Australie occidentale, même si elle a écrit et étudié beaucoup, à la British Library. Ce roman a connu un succès international impressionnant. Le roman sera adapté au cinéma par DreamWorks.

Margot L. Stedman a également obtenu deux prix décernés par les libraires indépendants en Australie et a été finaliste du Women’s fiction Prize.

Trois romans ont été publiés dans une anthologie out-of-print, Desperate Remedies, en 2008.

Laisser un commentaire