Duplessy-Rousée Carole ♦ Quand le temps s’arrêtera

Ce roman décrit la fuite des nazis vers des pays qui les ont accueillis, à la fin de la Guerre, et qui se sont reconstruit une nouvelle vie, sans être appréhendés…

Le titre emprunte la douceur d’une chanson de Serge Reggiani.

Madison, 45 ans, a renoncé à son lucratif métier de commissaire-priseur pour se consacrer à la recherche d’œuvres perdues ou volées. Élie, un ami galeriste, lui propose un voyage à Buenos Aires, dans le plus grand secret, afin d’aller expertiser une toile prochainement mise en vente et qui pourrait être un Rembrandt.

En voyant la photo, Madison reconnaît aussitôt le tableau. Quelques années plus tôt, une personne juive l’avait sollicitée pour l’aider à retrouver ce bien de famille volé par les nazis durant la guerre. Madison débutait alors dans le métier et n’avait pas osé relever ce défi.

Mais, cette fois, malmenée par un mari jaloux et exigeant, qui ne la respecte plus et lui assène, continuellement, des méchancetés, et se considère supérieur à elle, parce qu’il gagne plus d’argent qu’elle, elle n’hésite pas à s’envoler pour l’Argentine où elle est accueillie par Sacha, la sœur d’Élie. Celle-ci lui révèle être un agent du Mossad et l’informe que l’actuel détenteur du tableau est le fils d’un médecin nazi ayant fui l’Allemagne vaincue. Richissime propriétaire terrien dans la pampa argentine, il est soupçonné d’alimenter des réseaux néo-nazis et les services secrets israéliens le traquent. Madison servira d’appât. Elle sera aidée par des agents du Mossad prêts à toutes les violences, toutes les manipulations pour arriver à leurs fins.

Bien qu’elle n’apprécie pas toujours leurs méthodes, elle s’attachera à cette équipe surtout à Sacha, la sœur d’Elie et à Ugo. Elle croisera dans la pampa de riches propriétaires, amateurs d’art, plus que douteux, certains seraient reliés à des groupuscules néo-nazis.

La jeune femme se jette à corps perdu dans ce combat qui n’est pas le sien mais dans lequel elle aura enfin le sentiment d’exister… Elle ignore encore que l’amour se trouve peut-être au bout de ce périple…

 

L’auteur :

Carole Duplessy-Rousée, née le 6 juillet 1967, est une romancière française venant de Normandie, native de Rouen.

Géographe de formation et professeur de lettres à Sotteville-lès-Rouen, elle écrit des romans contemporains dans l’esprit de ceux de Katherine Pancol. Elle fait partie de la Société des auteurs de Normandie.

Diplômée en géographie tropicale, elle est professeur de lettres et d’histoire-géographie dans le secondaire à Sotteville-lès-Rouen.

Membre de la Société des auteurs de Normandie et du jury du Prix des romancières, elle a publié une dizaine de romans gui ont séduit toujours davantage de lecteurs.

En 2015, le club France Loisirs a sélectionné « Le Silence d’Amarine » qui a connu un beau succès au catalogue.

Après 6 mois d’avant-première chez France Loisirs en 2018, « Demain, peut-être » sortira en avril 2019 aux éditions De Borée.

 

Bibliographie

  • L’Orchidée, Nice, 2009
  • Fleur et Lola, avril 2010 – Prix littéraire de la ville de Luc-sur-Mer (2011).
  • Ce mec et moi ? Tu rêves ?, avril 2011
  • Marre de compter pour des prunes, mars 2012
  • Trois dames de cœur et atout pique, 2013
  • Le Silence d’Amarine, 2014
  • Place des Tilleuls, 2015
  • Demain, peut-être, 2018
  • A l’ombre du bonheur,
  • Il est temps d’aimer, 2021
  • Quand le temps s’arrêtera, 2022

Laisser un commentaire