Jardy Laurence ♦ Vent d’est sur la collégiale

Sur le thème des réseaux sociaux, du harcèlement scolaire, de la jalousie, et sur fonds de mafia russe, Laurence Jardy déroule une enquête efficace au cœur du Limousin dans la commune de Saint Léonard de Noblat. Vent d’Est sur la collégiale est son premier roman.

Des Russes qui ne sont pas là pour visiter la collégiale de Saint Léonard de Noblat. Des ados qui errent sur Facebook… Ça va chauffer sur les trottoirs de Saint-Léo. Et, quand le destin s’en mêle, tout peut aller très vite. Alors que le temps est compté… quelques heures !

Vingt ans qu’Alexis Arkhipov attend ce moment. Ce 28 septembre 2013, à l’approche des Jeux Olympiques de Sotchi, le capitaine Arkhipov, de la gendarmerie de Saint-Léonard, dispose de quelques heures seulement pour déjouer le piège dans lequel est tombée la sage Clarisse. Une jeune lycéenne sans histoires, plutôt jolie, qui ne revient pas de son footing.

Très vite il se rend compte que l’affaire est liée à son plus grand ennemi, ce pourquoi il a quitté son pays : la mafia russe. Depuis quelques temps des jeunes femmes disparaissent, et ces disparitions coïncident avec l’arrivée de personnalités russes présentes pour visiter la collégiale. Le capitaine comprend bientôt qu’un réseau de prostitution se met en place en vue des Jeux Olympiques de Sotchi. Il va alors devoir affronter son passé pour sauver la jeune femme.

 

L’auteur :

Laurence Jardy est née à Aubusson le 12 décembre 1966.

Son attirance pour les livres a commencé très tôt. Les personnages de roman l’ont toujours aidée à étoffer une réalité qu’elle juge trop terne. Elle admire l’écrivain japonais Haruki Murakami. Comme lui, elle pense qu’il existe quelque part des territoires encore vierges si on parvient à poser un regard autre sur ce qui nous entoure.

Professeur de français, elle enseigne le français à des collégiens depuis une vingtaine d’années et ne se lasse pas de ces heures de cours qu’elle considère comme de vivifiantes conversations.

Elle vit à Saint-Léonard-de-Noblat.

Laisser un commentaire