Ledig Agnès ♦ La toute petite reine

Entre Obernai, Ottrott et le Mont Sainte-Odile, La toute petite reine raconte la solitude face à la catastrophe, nos choix face aux hasards de la vie, les rencontres inattendues pour guérir du malheur. Le septième roman d’Agnès Ledig. Son meilleur.

Capucine et Adrien, deux abîmés de la vie, se rencontrent, se cherchent (dans tous les sens du terme), se réalisent. Ils acceptent aussi de lâcher prise à un moment et de se laisser guider pour accéder au bonheur.

Adrien n’est jamais tout à fait revenu du Mali, du crash d’hélicoptère dont il n’a échappé que par miracle avec l’aide de ses frères d’armes. Reconverti en maître-chien, associé à l’hypersensible et si attachant compagnon à quatre pattes Bloom, il reste, au fond de lui, ce « magma sombre et flou » qui reste tapi, refuse de le libérer. Il demeure cet homme qui s’est retrouvé à terre quand toute faiblesse lui était jusqu’alors interdite.

Un matin, il est appelé pour un colis suspect en gare de Strasbourg. Bloom, son chien hypersensible, va sentir le premier que les larmes de Capucine, venue récupérer sa valise oubliée, cachent en réalité une bombe prête à exploser dans son cœur.

Hasard ou coup de pouce du destin, ils se retrouvent quelques jours plus tard dans la salle d’attente d’un couple de psychiatres. Dès lors, Adrien n’a de cesse de découvrir l’histoire que porte cette jeune femme.

Dénouant les fils de leur existence, cette rencontre pourrait bien prendre une tournure inattendue et leur permettre de faire la paix avec leur passé afin d’imaginer à nouveau l’avenir.

 

L’auteur :

Agnès Ledig est née en 1972 à Strasbourg de parents instituteurs. Tombée dans les livres quand elle était petite, elle engage cependant des études scientifiques.

Après une expérience en agronomie et la vente de vêtements en coton bio, elle décide d’intégrer l’école de sages-femmes de Strasbourg, pour « prendre soin » des autres – son verbe de vie.

Elle est l’épouse depuis 20 ans d’un agriculteur normand et la mère de trois enfants (dont Nathanaël). Elle est diplômée de la faculté de médecine de Strasbourg et spécialisée en suivi gynécologique de prévention et contraception, ainsi qu’en accompagnement émotionnel. Elle a été avant tout sage-femme libérale en Alsace jusqu’en 2015.

Elle commence à écrire en 2005, pendant la maladie de son fils Nathanaël, souffrant d’une leucémie. Elle a toujours aimé écrire. Des poèmes à vingt ans, une petite fanzine pour les étudiants de ma promotion…

Pour répondre aux questions que posaient tous ceux qui se préoccupaient de Nathanaël, elle a tenu un bulletin hebdomadaire pour informer son entourage de l’évolution de l’état de santé de son fils. Des pages et des pages de doutes, d’espoirs, de rires, de larmes, de petites joies partagées et de courage… celui d’un petit garçon de 5 ans… Cette amoureuse des mots témoigne des bonheurs éphémères et des souffrances durables, sans jamais se départir de cet humour et de ce sens de la dérision qui l’élèvent à la hauteur du comportement de son petit garçon, «tellement joyeux, tellement courageux»

Touché par ces textes le professeur du service qui le suit suggère à Agnès Ledig de ne pas « laisser ça dans un tiroir » et l’encourage à écrire.

Quand il est parti, du courage, il m’en a fallu pour sortir la tête de l’eau, mais je lui avais promis… alors j’ai écrit ce que j’avais au fond du cœur… J’ai aimé écrire, et je ne me suis plus jamais arrêtée…

En 2010, à 37 ans, elle participe sur internet à un concours organisé par le magazine Femme actuelle. Sur 600 manuscrits, celui de Marie d’en haut est retenu et publié.

En 2011, Marie d’en haut est sélectionnée pour être le coup de cœur des lectrices du prix Femme actuelle. Premier roman édité. Succès national. Grande émotion.

Quatre mois plus tard, elle est contactée par Albin Michel… Elle propose Juste avant le bonheur, qui sort en mai 2013. Il obtient quelques semaines après le prix “Maison de la presse” et atteint en 1 an plus de 130 000 ventes. Incroyable…

Elle publie ensuite quatre romans chez Albin Michel avant de rejoindre les éditions Flammarion en 2020 chez qui elle publie son septième roman Se le dire enfin.

En 2016, elle publie son premier album jeunesse, Le petit arbre qui voulait devenir un nuage, illustré par Frédéric Pillot, qui illustrera également son deuxième album Le cimetière des mots doux. Ce dernier aborde le thème du deuil à hauteur d’enfant.

Depuis novembre 2018, elle s’est engagée comme « ambassadonneuse » auprès de l’établissement français du sang afin de promouvoir le don de sang envers le grand public.

En décembre 2018, elle est la marraine du 1er salon du livre de Poche d’Angoulême aux côtés de Philippe Besson.

Agnès a été Présidente du 50e Prix des Maison de la presse qui s’est déroulé au Ministère de la culture en mai 2019.

En moins de cinq ans, Agnès Ledig s’est imposée comme l’une des romancières françaises les plus aimées du grand public. Ses trois best-sellers, « Juste avant le bonheur » (2013), prix Maison de la Presse 2013, « Pars avec lui » (2014) et « On regrettera plus tard » (2016) sont aujourd’hui traduits en 12 langues.

Bibliographie :

         Romans :

            – 2011 : Marie d’en haut est publié aux Nouveaux Auteurs et remporte le prix « coup de cœur des lectrices » du roman Femme Actuelle 2011. Il se vend à 15 000 exemplaires et pourrait être porté à l’écran par Sandrine Bonnaire.

            – 2013 : Juste avant le bonheur est publié chez Albin Michel et reçoit le prix Maison de la Presse.

            – 2014 : Pars avec lui, Albin Michel.

            – 2016 : On regrettera plus tard, Albin Michel.

            – 2017 : De tes nouvelles, Albin Michel

            – 2018 : Dans le murmure des feuilles qui dansent, Albin Michel

            – 2020 : Se le dire enfin, Flammarion

            – 2021 : La toute petite reine

 

Jeunesse :

            – Le Petit arbre qui voulait devenir un nuage, Albin Michel – 2017

            – Le Cimetière des mots doux, Albin Michel – 2019

 

Nouvelles :

            – Un petit morceau de pain – dans le livre « Treize à table » – 2014 –

            – Karen et moi –  dans le livre « Treize à table » – 2016 –

            – Je te donne – 3 histoires d’amour dans un recueil collectif – 2016 –

            – Le soleil devrait être au rendez-vous dimanche –  dans le livre « Treize à table » – 2017 –

            – Le soleil devrait être au rendez-vous dimanche – 2017 –

            – Compter les couleurs – Préface du roman « Se le dire enfin » – 2019

 

Divers :

            – Mon guide gynéco. Devenir actrice de sa santé – 2016 –

            – l’esprit Papillon. Déployez vos ailes et gagnez en légèreté – 2016 –

Laisser un commentaire