Hancock Anne-Mette ♦ Trompe-l’oeil

Trompe l’œil est un excellent titre pour ce roman, car il est question plusieurs fois dans le récit d’illusions d’optique. L’intrigue complexe et captivante n’est pas dénuée d’une certaine critique sociale et aborde quelques thématiques intéressantes liées aux secrets de famille, au syndrome stress post traumatique et à l’immigration.

Copenhague : La famille Bjerre est dévastée quand elle reçoit un coup de téléphone de la garderie. Lukas, leur fils de dix ans, a disparu. Personne ne l’a vu depuis que son père l’a déposé à l’école le matin. Aucune trace, il semble s’être volatilisé. Il est arrivé à l’école et ensuite s’est évaporé. A-t-il été kidnappé? S’est-il enfui de lui-même? Pourquoi personne ne l’a-t-il vu?

Pour tout indice : le profil Instagram du garçon, qui révèle sa passion pour la paréidolie, un phénomène qui donne l’impression de distinguer des visages sur des objets. Et cette photo, récurrente : la porte d’une grange.

Qui Lukas y a-t-il vu? La photo permettra-t-elle de retrouver sa trace ? L’enquête est confiée à l’inspecteur Éric Schäfer et son équipe.

De son côté, Héloïse Kaldan est en train de faire des recherches pour écrire un article sur le syndrome de stress post traumatique des militaires. Elle reçoit l’ordre de laisser tomber pour couvrir l’histoire du garçon disparu. La voilà donc aux côtés de Schäfer, à mettre son grain de sel dans l’enquête. Le duo est très ami dans la vie privée mais les frictions ne manquent pas sur le terrain professionnel. Il y a une belle complicité et beaucoup d’interactions entre eux malgré leur caractère diamétralement opposé. L’équilibre est parfait entre leur vie privée et l’enquête.

Côté vie privée, Héloïse traverse une crise personnelle. Elle se débat dans sa relation de couple. Ses fantômes du passé la hantent. Elle est enceinte mais  ne veut pas de l’enfant, la décision qu’elle doit prendre la déchire. Eric lui, rêve d’abandonner la police pour s’installer définitivement dans les Caraibes, sur l’île Sainte-Lucie d’où est originaire son épouse Connie.

L’affaire se révèle bien plus compliquée qu’une simple disparition, les pistes partent dans beaucoup de directions différentes et sans indice, les enquêteurs n’ont que des spéculations pour avancer. Kidnapping ou assassinat ? La balance penche en faveur du second quand le portable et l’anorak de Lukas sont retrouvés tâchés de sang.

Les analyses pointent vers un ancien militaire qui est retrouvé sauvagement assassiné chez lui. Est-il lié à la disparition ?

Une autre piste se dessine, un étrange vendeur de l’épicerie du coin, surnommé Monsieur Pomme. Il aime tellement les petits écoliers qu’il leur distribue des pommes.

Et la mère de Lukas qui semble cacher des choses. Est-elle alcoolique ou boit-elle quelques verres pour calmer son anxiété ?

Et cette photo de la porte d’une grange retrouvée dans le portable de Lukas, cette étrange photo permettra-t-elle de retrouver sa trace ?

Anne Mette Hancock prend son temps pour dresser le portrait tout en finesse de ses principaux protagonistes.

Ainsi Héloïse fréquente Martin qui veut l’épouser et fonder une famille. Mais Héloïse, ne se voit pas mère de famille, même pas mariée. La vie qu’elle mène avec Martin son amant, avec Gerda son amie, et avec Lulu la fille de Gerda, lui convient parfaitement.

Quant à Erick il a des moments de découragement où il voudrait partir vivre à Sainte Lucie, l’île des Caraïbes où sa compagne Connie a vu le jour. On le sent sur les nerfs pendant une grande partie de l’enquête qui ne se passe pas comme il l’aurait souhaité. Son énervement va se traduire par des attitudes dures envers ses interlocuteurs et lui même

 

L’auteur :

Anne Mette Hancock est née en 1979 à Gråsten au Danemark. Elle est la fille de Jette Aagaard, céramiste et de Per Anders Jensen, dentiste.

Elle est titulaire d’ une licence en histoire et d’une maîtrise en journalisme de l’Université de Roskilde (RUC)

Après ses études d’histoire, elle se lance dans le journalisme.  Elle a écrit des articles sur le style de vie pour Berlingske et plusieurs magazines danois.

De 2013 à 2015, Anne Mette Hancock PR était responsable et responsable de la presse pour la chaîne de restaurants Madklubben de son frère Anders Aagaard Jensen.

Elle fait ses débuts en littérature en 2017 avec Fleur de cadavredébut d’une série mettant en scène la journaliste Héloïse Kaldan et l’inspecteur Erik Schäfer.

Ce roman restera en tête des meilleures ventes au Danemark pendant plus de 16 semaines et lui a valu le premier prix de l’Académie danoise de criminalité .

L’année suivante, la suite Mercedes cut a été publiée, pour laquelle Anne Mette Hancock a été nominée pour le prix Martha en 2018 et 2019, et en 2020 le troisième volume de la série a été publié, Pitbull, qui lui a valu une nomination pour le Prix du Public au Horsens Crime Fair. La série a été vendue pour une adaptation cinématographique et est publiée dans 16 pays, dont l’Allemagne, la France et les États-Unis.

En octobre 2018, elle a remporté le prix de l’auteur de l’année au BogForum

C’est une grande fan de thrillers américains comme ceux de Michael Connelly, Gillian Flynn, John Grisham ou encore Harlan Coben qui l’inspirent dans son travail d’écriture.

Star du polar nordique, ses trois romans mettant en scène le duo détonant Héloïse Kaldan et Erik Schäfer et sont numéro 1 des listes de bestsellers en Scandinavie.

Anne-Mette Hancock a déjà vécu aux États – Unis et en France et vit aujourd’hui à Copenhague avec ses deux enfants.

Laisser un commentaire