Khayat Ondine ♦ Le pays sans adultes

le pays sans adultesC’est l’histoire de Slimane, petit garçon de 11 ans.

 Il vit dans une barre HLM avec son père, alcoolique, chômeur et violent, qu’il a surnommé « le Démon » parce que, quand il est en colère, il cogne… sa mère, qui travaille comme femme de ménage dans un hôtel et qui reçoit la majorité des coups quand elle n’est pas au travail, et Maxence, son frère aîné, surdoué et qu’il considère comme un dieu vivant.

Maxence et Slimane sont deux de ces enfants à qui leur père a volé leur enfance. Maltraités physiquement et psychiquement, il parviennent longtemps à développer le don précieux de magnifier la vie et de la rendre plus belle. Mais à ce jeu, le Démon sera le plus fort… pour un temps !

Ondine Khayat raconte l’histoire d’une famille blessée.

C’est Slimane qui nous guide au cœur de sa vie, et les violences paternelles qui sont racontées avec des yeux d’enfants, empreints de poésie et d’imagination.  Car pour tenir, Maxence et Slimane imaginent. Ils n’ont pas vu la mer ? Pas grave. Il suffit de fermer les yeux, sentir le vent et les embruns se promener sur son visage. Ils ne peuvent pas voyager ? L’escalator du centre commercial de Bagnolet les envoie aux quatre coins du monde en exploration.

Il faut tenir, face au Démon. Le Démon, c’est le père, qui, sans travail, décharge sa colère sur sa famille.  Ondine Khayat s’infiltre dans le cœur du lecteur. Son récit, émouvant, jamais exagéré ou artificiel, transporte dans un monde d’adulte, qu’un enfant tente de comprendre, en vain. Est-ce l’alcool qui rend le Démon violent ? Non, puisque Maxence et Slimane, en buvant pour voir, sont restés gentils, mais ont été malades…

La moitié du livre environ est consacrée à cette vie misérable: coups, humiliations, peur du père, silence, le tout traversé tout de même de temps en temps par quelques moments de bonheur simple.

Mais un jour, Slimane se retrouve seul.

Alors, le voilà en unité psychiatrique avec d’autres enfants mal dans leur peau. Grâce à l’aide d’un gentil psychiatre, il va apprendre à se (re)construire, admettre sa souffrance pour repartir dans la vie du bon pied. Du moins, on l’espère…

 Slimane, dans ce nouvel univers, pourra faire son travail de deuil lors d’un parcours initiatique où il rencontrera Marguerite, la vieille femme aigrie, Hugo, un petit garçon atteint d’une leucémie ou encore Valentine, aussi fine qu’un courant d’air.

           

Ce livre est une revisite de Peter Pan où le pays imaginaire devient cette fois le refuge des enfants qui ne veulent plus vivre dans le monde des adultes. Un Peter Pan sombre, qui sans espoir ici, préfère partir là-bas.

 

L’auteur :

Née en 1974, d’une mère française et d’un père libanais et arménien, Ondine KHAYAT vit à Paris.

Elle travaille sur plusieurs projets, notamment un projet de loto mondial humanitaire, « Parions pour un Monde Meilleur », soutenu par huit ONG. Le Pays sans Adultes est son deuxième roman.

Après un Baccalauréat littéraire et des Etudes à l’EFAP, elle a publié trois romans : « Lucine » (2007, Bernard Pascuito Editeur), « Le Pays sans Adultes » en 2008 et « Ben Hurle » en 2009, (Ed. Anne Carrière) dont une nouvelle version devrait voir le jour chez un nouvel éditeur prochainement. 

Elle travaille aujourd’hui avec l’agent littéraire Susanna Lea et a co-signé l’adaptation cinématographique de son roman Ben Hurle, produit par Evidence Films.

Ondine Khayat a puisé dans les souvenirs de sa grand-mère arménienne, née en 1901, et dans son imagination, pour écrire son premier roman.

Sensible aux causes humanitaires, elle est à l’initiative avec Frédéric Koskas du projet « Parions pour un Monde Meilleur ». Il s’agit de mettre en place une émission de télévision, au cours de laquelle aura lieu un tirage de loto mondial humanitaire dont un pourcentage sera affecté à des causes utiles. Ce projet est soutenu par huit ONG : Care, Aides, WWF, la Chaîne de l’Espoir, Terre des Hommes, Intervida, l’AFXB et SOS Sahel.

Elle travaille également sur un projet de long-métrage intitulé « Omer and the Baddies », adapté de la série de dessin animée « Omer et le Fils de l’Étoile », réalisée par Frédéric Koskas.

 

 

 

Livre audio : 6h52mn –

           Texte intégral lu par Hervé Lavigne et Véronique Groux De Miéri

 Véronique Groux de Miéri : Comédienne pour les Editions VDB depuis près de dix ans, elle a une voxographie bien remplie avec des interprétations difficiles dont elle a su brillamment tirer parti.

 Véronique Groux de Miéri est « voix off » depuis 1999.

 Elle débute son parcours au Canada en 1985, au sein de la Compagnie de ballet-jazz 4 temps. Mais la formation artistique multidisciplinaire qu’elle a reçue lui ouvre d’autres horizons. Car si elle danse, elle sait aussi chanter et jouer. Ce qu’elle fait au sein de diverses compagnies et formations. Elle s’est également attachée à transmettre les clés des disciplines qu’elle pratique, afin que d’autres y puisent harmonie et épanouissement.

Hervé Lavigne : Acteur. Il a fait ses études au Conservatoire d’Art Dramatique de Marseille.

Laisser un commentaire