Jonasson Ragnar ♦ Mörk

Paru sous son titre original « Nattblinda » qui signifie « cécité nocturne », le livre est traduit en français sous le titre « Mörk »  qui veut dire « frontière » : la frontière entre l’été et l’hiver car l’automne en Islande est un état d’esprit. C’est le cinquième de la série mettant en scène Ari Thor et le dernier volet de la série.

 

Ce polar tourne autour de la violence conjugale qui, on va le voir, entraîne bien des ravages afin que justice se fasse. Un petit trafic de stupéfiants vient se greffer sur l’enquête.

Le roman se déroule dans le froid pendant une période où le soleil ne se lève pas durant ce qui semble des jours et des nuits interminables. Après les neiges hivernales, l’été où le soleil ne se couche pas, voici l’automne, entre pluies, rafales de vent et températures très fraîches… La pénombre durera trois mois. Et l’ombre inquiétante qui commence à s’étendre sur les montagnes touche aussi les habitants. En Islande du nord, à l’approche de l’hiver, le pays bénéficie de longs crépuscules, et vers la mi-novembre il y fait totalement nuit durant 2 mois. Jusqu’en janvier, la population est plongée dans l’obscurité 24h/24. Les islandais ont surnommé cette période « la déprime des journées courtes » et c’est dans ce contexte que se déroule l’intrigue.

Nous retrouvons donc Ari Thor, toujours en poste à Siglufjördur, cloué au lit à cause d’une méchante grippe. La grosse crise économique de 2008 en Islande et la fin de la pêche aux harengs sont derrière. La ville connaît une nouvelle popularité avec de bonnes pistes de ski et de belles résidences secondaires. Une certaine prospérité est revenue. Le jeune policier veille sur la petite communauté sans histoires.

Les choses ont un peu changé pour lui. Il est papa d’un petit garçon Stefnir. Kristin qui exerce comme médecin dans une autre ville, est venue s’installer avec lui, et il s’est bien familiarisé avec son nouvel environnement.

Mais les choses ne vont pas vraiment comme il l’aurait souhaité. La promotion dont il rêvait lui est passé sous le nez. Sa relation amoureuse n’est pas au beau fixe car Kristin se pose des questions sur ses sentiments à son égard. Et pour couronner le tout, son supérieur, qui est venu le remplacer durant sa maladie, se fait tirer dessus. Ce dernier détecte, lors d’une ronde nocturne par une nuit pluvieuse, quelque chose de suspect dans une maison abandonnée. Il descend de son véhicule, se dirige vers la maison, mais il est aveuglé par une torche braquée dans les yeux. Un coup de feu retentit, il s’écroule… Ari Thor averti par la femme de l’inspecteur qu’il n’est pas rentré, part à sa recherche et le découvre gisant au sol très grièvement blessé d’un coup de fusil dans la poitrine. Entre la vie et la mort, Herjólfur est transféré à l’hôpital de Reykjavík.

Seul policier de la petite ville du nord de l’Islande, Ari Thor demande des renforts en suggérant l’inspecteur Tomas, son ancien chef, le vieux briscard, qui connaît la ville et ses habitants comme sa poche. Fraîchement muté dans la capitale, il revient prêter main forte à Ari dans le déroulement de l’enquête. Tout en restant proches, les deux policiers vont user de méthodes différentes, voire contradictoires. A la fin de l’enquête, alors que Tómas retournera dans la capitale, Ari Thór restera, lui, à Siglufjörður. Il doit donc ménager les susceptibilités des uns et des autres, en étant plus diplomate que son ami. Le retour de son coéquipier lui rappelle les liens familiaux et amicaux qui existent entre tous les habitants et qui font que lui, malgré le temps passé, sera toujours un étranger.

L’enquête, sans aucun indice, piétine. Elle s’oriente dans un premier temps vers un trafic de drogue. Puis, suite aux relevés téléphoniques, elle s’oriente vers un élu de la ville et son adjointe qui semblent cacher bien des choses. L’incident semble agité jusqu’aux plus hautes autorités locales. L’événement met en lumière toutes sortes d’hypocrisies et petits secrets que certains auraient bien voulu conserver, cachés dans les petits intérieurs douillets de ces maisons colorées.

L’illusion d’innocence tombe et la ville, par le passé spécialisée dans la pêche du hareng et nouvellement convertie au tourisme, s’extrait brutalement de la tranquillité qui la définit, pour embrasser le chaos.

Tous les habitants n’avaient-ils pas, au fond, une bonne raison de semer le chaos ? Elín, qui fuit un passé violent – Gunnar, maire du village, qui cache d’étranges secrets – Un professeur d’histoire à qui on a dérobé le fusil qui pourrait être l’arme de l’agression – une infirmière qui veut témoigner du passé… Et cette maison où a eu lieu semble-t-il dans le passé, un accident qui pourrait être aussi un crime ? Et cette voix mystérieuse qui murmure, sortie d’un lointain passé. Quel lien a-t-elle avec les suspects?

Empêtré dans sa relation de couple, alors que sa femme le délaisse et qui s’imagine une évasion auprès d’un des médecins de l’hôpital d’Akureyri où elle travaille, Ari Thor va devoir fouiller les petits et grands secrets des habitants. Petites magouilles politiques, mini trafic de stups, violences conjugales, Siglujördur est un endroit bien moins calme qu’il y paraît.

            Deux fils narratifs coexistent : le présent d’Ari Thór et de Tómas et d’étranges chapitres sortis du journal d’un jeune homme interné, écrits en italique, qui se déroulent dans un hôpital psychiatrique. Durant un très long laps de temps, ces deux fils restent radicalement séparés.

 

L’auteur :

Ragnar Jónasson, né à Reykjavik en Islande, en 1976 est auteur de roman policier. Ses grands-parents sont originaires de Siglufjördur. Dans sa jeunesse, Ragnar Jónasson y a passé de merveilleux étés !

A 13 ans, il a découvert à 13 ans les livres d’Agatha Christie et entreprend à 17 ans, la traduction, de quatorze de ses romans en islandais. Il se passionne également pour les ouvrages de Peter May et de P. D. James.

Avocat et professeur de droit à l’Université de Reykjavik, il est aussi écrivain et le cofondateur du Festival international de romans policiers Iceland Noir.

Il se lance dans l’écriture avec la publication d’un roman policier intitulé Fölsk nóta (2009), premier volet de la série policière Dark Iceland dont l’intrigue se déroule dans et aux alentours de Siglufjördur, un idyllique et tranquille village de pêche le plus au nord de l’Islande, où personne ne ferme sa porte, et accessible seulement par un petit tunnel dans la montagne d’où sont originaires ses grands-parents et où a grandi son père et dont le personnage récurrent est le jeune policier Ari Thor, un policer débutant qui occupe son premier poste, loin de sa petite amie qui vit à Reykjavik, avec un passé qu’il n’arrive pas à laisser derrière lui.

Ari Thor ARASON – Né à Reykjavik – Age : 23 ans- Claustrophobe et orphelin depuis ses 13 ans

Profession : policier – Surnommé le Révérend

Etudes : Université de philosophie, puis de théologie

Situation de famille : Fiancé à Kristin (étudiante en médecine à Reykjavik)

Première affectation : Siglufjordur (petit port de pêche au Nord de l’Islande)

Particularités : première enquête

 

Dans Snjór (Snjóblinda, 2010), le jeune homme, qui vient tout juste de sortir de l’école de la police de Reykjavik, est envoyé à Siglufjördur, le village islandais le plus septentrional, pour enquêter sur un double meurtre.

Dans Mörk (Náttblinda, 2014), il est chargé de faire toute la lumière sur la mort de son collègue, l’inspecteur Herjólfur, assassiné alors qu’il se livrait à une enquête près d’une vieille maison abandonnée. Ce roman a été élu « Meilleur polar de l’année 2016 » selon le SundayExpress et le Daily Express, et a reçu le Dead Good Reader Award en Angleterre.

Pour Le Magazine littéraire, Mörk (Náttblinda) est « à mille lieux de ces facéties spirituelles et poudrées, (…) Ragnar Jónasson présente le visage livide et nu des sobres polars nordiques ».

Pour Grazia, « à 40 ans, Ragnar Jonasson s’impose désormais comme la nouvelle star du polar islandais ».

Nouvelliste, il écrit également en anglais. Il vit à Reykjavik.

 

  • Œuvre :

        Romans

Série Dark Iceland :

  • Fölsk nóta (2009) – – Préquel sur Ari Thór – Uniquement  disponible en islandais
  • Snjóblinda (2010) – Publié en français sous le titre Snjór, (2016)
  • Myrknætti (2011) – Publié en français sous le titre Nátt, (2018)
  • Rof (2012) – Publié en français sous le titre Sótt, (2018)
  • Andköf (2013) – Publié en français sous le titre Vík, (2019)
  • Náttblinda (2014) – Publié en français sous le titre Mörk, (2017)

 

Trilogie Hidden Iceland :

  • Dimma (2015) – Publié en français sous le titre La Dame de Reykjavik, (2018)
  • Drungi (2016) – Publié en français sous le titre L’Île au secret, Paris, (2020)

 

  Nouvelles

Laisser un commentaire