Jonasson Ragnar ♦ La dame de Reykjavik

Hulda Hermannsdo´ttir, islandaise, n’a pas eu la vie facile…De sa naissance à ses 64 ans, les drames, les peines, les deuils se sont succédés sans lui laisser le moindre répit. Mais Hulda est dure au mal et elle est restée debout, envers et contre tout.

Et c’est son travail qui l’a maintenue à flot en faisant toujours cavalier seul.

La dame de Reykjavik, premier tome de sa nouvelle série Hidden Iceland.

Inspectrice chef de Reykjavik, elle a tout donné à sa carrière. Elle a toujours mené ses enquêtes à bien, malgré les obstacles, le machisme ambiant, l’inimitié de ses collègues.

Elle a beau être une des meilleures enquêtrices du poste de police de Reykjavik, à soixante-quatre ans, sa direction la pousse vers la sortie. Normalement, elle aurait encore quelques mois à faire, mais un jeune ambitieux a déjà été recruté pour la remplacer. On lui accorde quelques jours pour débarrasser son bureau,

La perspective de la retraite l’affole. Tout ce temps et cette solitude qui s’offrent à elle, c’est la porte ouverte aux vieux démons et aux secrets tragiques qu’elle refoule depuis toujours. Et ses échappées dans la magnificence des paysages islandais, pour respirer à plein poumons la sauvagerie de son île, ne suffiront plus, cette fois.

Alors, comme une dernière faveur, elle demande à son patron de rouvrir une affaire non résolue. Elle n’a que quinze jours devant elle. Mais l’enquête sur la mort d’Elena, une jeune russe demandeuse d’asile, bâclée par un de ses collègues, va s’avérer bien plus complexe et risquée que prévu. Hulda a-t-elle vraiment pesé tous les risques?

Dans ce roman, l’Islande est bien sûr très présente – cette petite île aux paysages époustouflants, ce paradis que son isolement préserve de tout. Pourtant Jonasson ne se prive pas pour critiquer ouvertement une société repliée sur elle-même et le sort qu’elle réserve aux femmes, aux vieux, aux étrangers. On découvre la misogynie, le jeunisme, le racisme d’une société qui se différencie de moins en moins des autres pays d’Europe.

L’auteur :

Ragnar Jónasson, né à Reykjavik en Islande, en 1976 est auteur de roman policier. Ses grands-parents sont originaires de Siglufjördur, la ville où se déroule Snjór.

Il a découvert à 13 ans les livres d’Agatha Christie et entreprend la traduction, à 17 ans, de quatorze de ses romans en islandais. Il se passionne également pour les ouvrages de Peter May et de P. D. James.

Avocat et professeur de droit à l’Université de Reykjavik, il est aussi écrivain et le cofondateur du Festival international de romans policiers Iceland Noir.

Il se lance dans l’écriture avec la publication d’un roman policier intitulé Fölsk nóta (2009), premier volet de la série policière Dark Iceland dont l’intrigue se déroule à Siglufjördur, la ville la plus au nord de l’Islande, d’où sont originaires ses grands-parents et où a grandi son père et dont le personnage récurrent est le jeune policier Ari Thór.

Dans Snjór (Snjóblinda, 2010), le jeune homme, qui vient tout juste de sortir de l’école de la police de Reykjavik, est envoyé à Siglufjördur, le village islandais le plus septentrional, pour enquêter sur un double meurtre.

Dans Mörk (Náttblinda, 2014), il est chargé de faire toute la lumière sur la mort de son collègue, l’inspecteur Herjólfur, assassiné alors qu’il se livrait à une enquête près d’une vieille maison abandonnée. Ce roman a été élu « Meilleur polar de l’année 2016 » selon le SundayExpress et le Daily Express, et a reçu le Dead Good Reader Award en Angleterre.

Pour Le Magazine littéraire, Mörk (Náttblinda) est « à mille lieux de ces facéties spirituelles et poudrées, (…) Ragnar Jónasson présente le visage livide et nu des sobres polars nordiques ».

Pour Grazia, « à 40 ans, Ragnar Jonasson s’impose désormais comme la nouvelle star du polar islandais ».

C’est l’agent d’Henning Mankell qui a découvert Ragnar Jónasson et vendu les droits de ses livres de la série « Dark Iceland » dans quinze pays, dont les États-Unis et l’Angleterre. La série se déroule dans et aux alentours de Siglufjördur : un idyllique et tranquille village de pêche dans le nord de l’Islande, où personne ne ferme sa porte, accessible seulement par un petit tunnel dans la montagne.  Ari Thor Arason : un policer débutant qui occupe son premier poste, loin de sa petite amie qui vit à Reykjavik, avec un passé qu’il n’arrive pas à laisser derrière lui.

Nouvelliste, il écrit également en anglais. Il vit à Reykjavik.

Laisser un commentaire