Tal Men Sophie ♦ Les yeux couleur de pluie -01 –

Premier roman d’une trilogie. L’héroïne Marie Lou qui découvre les aléas de la l’internat, les tribulations d’une étudiante en médecine se retrouvant affectée à Brest du jour au lendemain. Le bout du monde à ses yeux…  et sa fantomatique première grande histoire d’amour.

Une belle histoire sensible et drôle, pleine d’anecdotes insolites sur le milieu médical, qui vous tient en haleine du début à la fin.

Pour Marie-Lou, c’est une nouvelle vie qui commence, loin des siens, de ses montagnes… L’insouciance et la légèreté de ses vingt-cinq ans se mêleront à la dure réalité de l’hôpital, des gardes aux urgences, du contact avec la maladie.

Au beau milieu de la nuit, cette savoyarde en ciré jaune croisera Matthieu, surfeur et accessoirement interne d’ORL. Ce loup solitaire, mystérieux et poétique, arrivera-t-il à lui faire une place dans sa vie ?

Campé dans une Bretagne haute en couleurs, ce roman est l’histoire d’un départ ou plutôt d’un envol, de rencontres, de passions, de non-dits, de doute… L’histoire d’une vie…

L’auteur :

Sophie Tal Men est née en 1980 est neurologue à l’hôpital de Lorient en Bretagne.

Elle a grandi dans une famille de médecins : une maman kiné, un papa médecin généraliste de campagne, un grand-père qui dirigeait un sanatorium à La Boissière. Ajoutez une tante et un oncle de la partie et un frère qui épouse le métier et le tableau est presque complet. On comprend alors que, lycéenne, portée par les Lettres, elle hésite longtemps entre faire Khâgne et Hypokhâgne ou suivre la filiation.

Mais elle fait son choix. Elle bosse à fond, termine première des bizuts au concours de première année de la fac de Rennes 1. Elle se dirige vers la neurologie, « la spécialité la plus littéraire ». 

En 1999 jeune étudiante, elle monte sur les planches, dans un préfabriqué de l’université rennaise. Elle joue un rôle dans une adaptation de La Maladie de Sachs. Dans la salle se trouve… Martin Winckler – encore un médecin qui prend la plume -, auteur de ce best-seller qui a été adapté à l’écran. Une belle rencontre, qui aura une suite… Ces doubles vies la titillent.

Elle se lance elle aussi dans l’écriture. Chaque soir, quand les trois enfants sont couchés, elle se réfugie derrière son ordinateur. C’est au début assez fouillis. Elle apprivoise l’exercice d’écrire. L’exigence, la discipline ne lui font pas peur.

En mai 2015, le rêve commence. Sophie Tal Men poste son livre « Les yeux couleur de pluie » sur la plateforme Amazon sous un pseudonyme. Ici, pas de comité de sélection. Elle avait auparavant envoyé son manuscrit à seize maisons d’éditions. Pas de réponse, si ce n’est deux refus et un mail à Martin Winckler

Sur le Net, en quinze jours, le livre trouve son lectorat et atteint le top 10 des ventes. Carton plein avec 11000 lecteurs… L’auteure ne se dévoile pas. Garde une part de mystère autour de son identité.

C’est à partir de là qu’elle se rappelle au bon souvenir de Martin Winckler. Il l’aiguille, lui donne le nom d’une éditrice d’Albin Michel. Et c’est parti. Sophie Tal Men avance à visage découvert.

En mai 2016, l’ouvrage paraît et connaît le succès qu’on lui connaît.

Si l’auteure s’inspire de patients et collègues, son livre n’est en rien une autobiographie. D’ailleurs, la médecin hospitalière ne travaille, ni ne vit à Brest.

 L’auteure, qui pourrait être estampillée feel-good, pour les bonnes valeurs qu’elle véhicule dans ses écrits, continue son bonhomme de chemin. Humblement. Albin Michel et son directeur éditorial, Richard Ducousset, lui font confiance.

Après le formidable succès des « Yeux couleur de pluie » (vendu à plus de 100 000 exemplaires), Sophie Tal Men poursuit la suite des aventures de Marie-Lou, dans « Entre mes doigts coule le sable » paru en 2017 et « De battre la chamade ». Elle poursuit sa chronique drôle et tendre de la vie à l’hôpital à travers une galerie de personnages attachants et qui nous ressemblent.

Qui ne se plante pas ne pousse jamais est son quatrième roman.

Auteure chez Albin Michel, elle a été reconnue par Livres hebdo comme « Une auteure qui compte parmi les nouvelles papesses du roman populaire. Qui font souffler un vent de modernité et de fraîcheur sur le roman populaire… Un cocktail qui confère à leurs récits un caractère d’universalité et un pouvoir d’identification fort. « 

Laisser un commentaire