Lebert Karine ♦ Les murmures du lac

Récit sur l’usurpation d’identité. Karine Lebert explore dans Les murmures du lac un phantasme de la gémellité, l’une des jumelles peut-elle remplacer l’autre dans sa vie quotidienne sans que l’entourage ne s’en aperçoive ?

Lucille et Isaure. La seconde, Isaure, a rompu tous les ponts avec sa famille et sa jumelle depuis 20 ans et revient en Vendée sans un sou du Mexique, espionner avec envie sa sœur qui elle a bien réussi. De loin elle observe  Lucille qui sur sa puissante moto fait du cross autour du lac du Jaunay où Lucille et Isaure. La seconde, Isaure, a rompu tous les ponts avec sa famille et sa jumelle depuis 20 ans et revient sans un sou du Mexique espionner avec envie sa sœur qui elle a bien réussi. De loin elle observe  Lucille qui, sur sa puissante moto, fait du cross autour du lac du Jaunay où elle finit par tomber et se noyer malgré les efforts d’Isaure pour la sauver… Isaure prend alors une folle décision : prendre la place de sa sœur, le temps de récupérer sa fortune. Le sac de Lucille avec ses papiers est intact.

Quelques hésitations… et Isaure rejoint la maison familiale sur l’ile d’Yeu reprise pas sa soeur et découvre une surprise de taille, Lucille avait un bébé, Noé !!!

Malgré la crainte d’être à tout moment démasquée, Isaure se fond dans la vie de sa jumelle. Mais comment réussir à se fait passer pour elle auprès de ses amis, amies, amants,  le  prétexte  de la naissance de Noé qui  l’a changée sera-t-il suffisant ?

De plus, la  police intervient, le lieutenant Raoul Maneville se fiant à un témoignage soupçonne l’usurpation d’identité et tient l’affaire qui va le sortir de son anonymat de petit lieutenant de province… Isaure-Lucille réussit pourtant à semer le doute sur ses investigations et trouver un équilibre familial autour de Noé et d’un amant de Lucille, Simon.  Mais tout s’écroule, le lieutenant obtient de faire de sonder le lac du Jaunay…

Le destin n’a pas toujours été tendre avec elle, lui offrirait-il une seconde chance ?

L’auteur :

Karine Lebert est une romancière française, née le 17 janvier 1969, en Normandie dans l’Orne dont les paysages inspirent le décor de ses romans.

Elle a commencé à écrire très jeune, des petits textes accompagnés de dessins sur le modèle de ses lectures de l’époque, la bibliothèque rose, puis verte.

Elle n’a jamais cessé depuis, même si la vie l’a orientée vers le milieu médical où elle a travaillé une dizaines d’années.

Elle a d’abord été biographe en écrivant pour les autres. Elle habitait alors Paris et la clientèle était facile à trouver : des hommes d’affaires, une dame qui avait tenu une galerie à Saint Germain-des-Prés et amie de Picasso…, mais aussi des grands-mères qui destinaient leur livre à leurs petits-enfants.

Puis elle est revenue habiter en Normandie.

Elle a alors été correspondante de presse pour le quotidien Normandie. Parallèlement elle travaillait en tant que styliste pour le magazine de décoration « Maisons Normandes ».

C’est aussi à cette époque qu’elle a commencé à écrire un premier roman en espérant être publiée.

Elle a publié son premier roman, Rouge Bonheur, en 2007.

Tout s’est enchaîné très vite et elle a eu la chance de ne pas connaître de galère dans ce milieu. L’historien Michel De Decker a lu et aimé son manuscrit et l’a recommandée à l’éditrice de l’époque. Elle a donc intégré les Editions De Borée avec son premier roman « Nina et ses sœurs ». Cinq autres ont suivi. Elle a aussi écrit deux romans pour une collection généraliste de cet éditeur, une période riche en expériences, en connaissances, en salons du livre, en dédicaces, en rencontres…, durant laquelle elle a beaucoup appris.

C’est à ce moment qu’elle a décidé de ne plus se consacre qu’à l’écriture de romans. Cette unique activité lui laissait du temps libre et comme son mari avait de nombreux déplacements à l’étranger pour son travail, principalement en Afrique, en Asie et en Europe, elle l’a suivi, vivant même six mois en Afrique du Sud. Ces voyages l’ont enrichie et ont nourri son écriture et son imaginaire. Ce n’est pas un hasard si elle a rédigé un ouvrage qui se déroule au Vietnam.

En 2015, elle a suivi Clarisse Enaudeau, alors chez De Borée, aux Presses de La Cité, où elle vient de publier son quatrième roman « Les Amants de l’été 44 ».

Au fil des années, ses premiers romans sont sortis en poche chez De Borée et elle a eu aussi la chance d’être publiée chez France Loisirs.

Pour Karine Lebert, si l’écriture demande une certaine discipline, cela doit rester avant tout un plaisir. Elle tient énormément à cette notion de plaisir. Quand elle façonne la trame d’un roman, elle est vraiment dans sa bulle, insensible à tout ce qui l’entoure. Pour elle, il y a quelque chose de magique à créer une histoire, à construire des personnages, à les faire évoluer grâce à son imagination.

Au fil du temps et de l’expérience, sa façon d’appréhender ce métier a évolué. Si elle s’accorde encore quelques salons du livre et des dédicaces en librairie afin de rencontrer ses lecteurs, elle se concentre désormais sur l’essentiel à ses yeux, l’écriture. Au tout début, elle répondait oui à toutes les sollicitations qui se présentaient. Puis elle a appris à faire un tri judicieux, à n’écouter que ses envies, à se faire plaisir. Elle croit à présent avoir trouvé un bon équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée, entre ses passions, les voyages, la décoration, la lecture et son activité de romancière.

Elle veut profiter tout simplement de la vie dans la belle région de Normandie, près d’Honfleur, Deauville et Trouville où elle habite dans une grande maison avec son mari, au milieu d’animaux, en Normandie, près du typique village de Lyons la forêt. C’est là qu’elle écrit ses romans du moins quand l’un de ses six chats ne décide pas qu’il en sera autrement en se couchant sur son ordinateur!

Karine Lebert fait partie de la Société des auteurs de Normandie, ainsi que de la Société des gens de lettres.

Elle bénéficie d’une distribution nationale, son œuvre est aussi accessible aux éditions France Loisirs, aux clubs Le grand Livre du Mois, France Abonnements, en gros caractères aux éditions À vue d’œil…

Prix de la ville d’Étretat pour Nina et ses sœurs, prix de la ville d’Aumale pour Les Mystères de Camille Prix du Roman d’Aumale pour « Les Ombres du palais » Prix du salon d’Aumale pour « Ce que Fanny veut… »

Prix de la ville de Vimoutiers pour « Les demoiselles de Beaune »

 

 

Bibliographie

Éditions Presses de la Cité :

  • Ce que Fanny veut…, 2015
  • Les Saisons du mensonge, 2016
  • Les demoiselles de Beaune, 2017
  • Les amants de l’été 44, 2018

Éditions de Borée :

  • Nina et ses sœurs, 2009 – En poche en 2014
  • Le Secret d’Emma, 2010 – En poche en 2015
  • Les Mystères de Camille, 2011 – En poche en 2016
  • Loin de Margaux, 2012 – En poche en 2017
  • La Dame de Saigon, 2013
  • Les Sortilèges du Tremblay, (préface d’Yves Jacob), 2013
  • Les Ombres du palais, 2014
  • Les Brumes de Vouvray, 2014

Éditions France Loisirs :

  • Les Sortilèges du Tremblay, 2012 (préface d’Yves Jacob)
  • Loin de Margaux, 2013
  • Les saisons du mensonge, 2015
  • Les brumes de Vouvray, 2015

Laisser un commentaire