Taylor Carol Louise ♦ La fuite

Quand, un soir en sortant du travail pour aller récupérer sa fille Elise à la crèche, une parfaite étrangère approche Jo Blackmore dans un parking et la sollicite pour la prendre dans sa voiture, elle accepte sans réticence…

avant de s’en mordre les doigts : Cette femme, Paula, connaît tout : son mari, ses filles, son adresse et a en sa possession un gant de sa fille, Elise.

Paula prétend que Max, le mari de Joannes, a quelque chose à elle et elle veut le récupérer… Il va falloir qu’il le rende s’il ne veut pas qu’elle s’en prenne à sa famille et sa fille.

Elle le dit à Max qui prétend ne pas connaître Paula et qui insinue que Joanne l’invente peut-être parce qu’elle souffre d’agoraphobie, de dépression et d’anxiété. Car Jo est fragile. Depuis sa fausse couche quatre ans auparavant elle est devenue anxieuse, dépressive et agoraphobe. Même l’arrivée d’Elise, deux ans plus tôt ne l’a pas guérie. Au contraire, son anxiété et sa paranoïa se sont accentuées au point où elle doit prendre des médicaments. Malgré tout, elle a repris une activité professionnelle et fait de son mieux pour s’occuper de sa fille.

Max travaille comme journaliste criminel et Joanne est convaincue que Paula pourrait bien être liée à l’une de ses affaires. Mais les choses prennent une sombre tournure troublante lorsqu’une série d’événements se produit et que Joanne est la cible.

Paula entre par effraction dans leur maison et plante de la drogue, puis appelle la police. Joanne est arrêtée et maintenant les services sociaux sont sur son dos. Joanne a l’impression que personne n’est de son côté. Max refuse de la croire même si Paula l’a approché aussi. Les choses vont de mal en pis.

Ce qui commence comme une menace subtile tournera vite au cauchemar quand la police, les services sociaux et même son propre mari se retournent contre Jo. Personne ne veut croire que la petite Elise est en danger. Mais Jo sait qu’il n’y a qu’une seule façon de la protéger.

L’auteur :

Carol Louise Taylor, née Carol Louise Taylor en 1973 à Worcester, en Angleterre, est une femme de lettres britannique, auteure de thriller psychologique et de chick lit. Pour ses romans chick lit, elle utilise le pseudonyme Cally Taylor. Elle a passé ses premières années à vivre dans divers camps militaires au Royaume-Uni et en Allemagne.

Elle a écrit son premier roman à 8 ans, mais ses nouvelles ne seront réellement publiées qu’en 2005 dans des revues féminines ou littéraires et remporteront des prix.

Elle a fait des études de psychologie à l’université de Northumbria à Newcastle upon Tyne où elle obtient son diplôme de psychologie et a poursuivi une carrière dans la conception pédagogique et l’apprentissage en ligne avant de partir pour écrire à temps plein en 2014.

En 2005, elle amorce une carrière d’écrivain en publiant des nouvelles et, en 2006, elle est lauréate du Prix Helen Mullin et du concours Bank Street Writers. Ses premières nouvelles appartiennent au genre chick lit et elle les signe du pseudonyme Cally Taylor.

La chick lit se caractérise sur le plan thématique : elle raconte l’histoire d’une jeune citadine, âgée d’une vingtaine d’années, souvent blanche, célibataire, branchée, et généralement issue de la classe moyenne, habituellement aux prises avec un travail harassant ou inintéressant dans le monde des médias (magazine de mode, maison d’édition, émission télévisée etc.), à la recherche de l’homme de sa vie et souvent en désaccord avec sa famille (le plus souvent avec sa mère) ou minée par un besoin compulsif (celui d’acheter des vêtements par exemple) visant à calmer ses anxiétés. L’héroïne est obsédée par l’apparence et a une passion pour le shopping. Les aventures sont toujours saupoudrées d’humour et de dérision, spécificités essentielles de la chick lit. Le ton est très spécifique : désinvolte, désabusé, bourré d’humour (noir). Bien que des éléments romantiques soient souvent présents dans la littérature féminine, ils ne sont généralement pas considérés comme faisant partie intégrante du genre, car les relations de l’héroïne avec sa famille, ses amis sont peut-être aussi importantes que ses relations avec l’Homme

Ses deux premiers romans sont du même genre. Avec Heaven Can Wait, elle remporte en 2009 le prix Pink Thong du meilleur premier roman.

Le second, Home for Christmas, est adapté en 2014 pour le film britannique Home For Christmas, réalisé par Jamie Patterson, avec Lucy Griffiths et April Pearson.

En 2014, avec son troisième roman, L’Accident (The Accident), elle aborde le thriller psychologique. En 2015, elle publie Le Mensonge (The Lie), roman classé dans les meilleures ventes Sunday Times Bestseller. Les droits pour une adaptation télévisée ont été achetés par The Forge, une société de production télévisuelle britannique.

Ses livres ont été vendus à plus d’un million d’exemplaires, ont été le numéro un sur Amazon Kindle, Kobo, iBooks et Google Play, et ont été traduits dans plus de 20 langues. « The escape » a remporté le prix «Hidden Depths» de Dead Good Books pour le Narrateur le plus peu fiable.

Elle est un membre diplômé de la British Psychological Society et membre de la Crime Writers’ Association. Elle vit à Bristol au Royaume-Uni avec son mari et son petit garçon.

 

Œuvre : Romans :

Chick lit

  • Heaven Can Wait (2009)
  • Home for Christmas (2011)

Thrillers psychologiques

  • The Accident (2014) Publié en français sous le titre L’Accident -2015
  • The Lie (2015) Publié en français sous le titre Le Mensonge -2016
  • The Missing (2016) Publié en français sous le titre Disparition -2017
  • The Escape (2017) Publié en français sous le titre La fuite – 2018
  • The Fear (2018)
  • Sleep (2019)

Laisser un commentaire