Lemaître Pierre ♦ Couleurs de l’incendie

Cinq ans après son roman « Au-revoir là-haut », Pierre Lemaître nous livre la suite : Couleurs de l’incendie. C’est le second volet de la trilogie inaugurée avec « Au revoir là-haut », prix Goncourt 2013.

La trilogie traite de l’ensemble de l’entre-deux-guerres : Au revoir là-haut pour les années 1920, Couleurs de l’incendie pour les années 1930 et le troisième livre se passera en 1940, pendant l’exode.

« Couleurs de l’incendie » publié le 3 janvier 2018, s’ouvre sur un enterrement, en février 1927 : celui du patriarche, Marcel Péricourt.

Edouard, son fils, est mort. Nous sommes 7 ans après la fin d’Au-revoir là-haut. Le président de la République, lui-même, a fait le déplacement pour rendre hommage à Marcel Péricourt, ce grand homme de la vie financière. Tout le monde est prêt pour la levée du corps et pour accompagner le cercueil jusqu’à la tombe…

Depuis qu’elle a divorcé de Pradelle (condamné et mis en prison dans l’affaire des cimetières militaires frauduleux), Madeleine, la fille de Marcel Péricourt, élève dans l’hôtel particulier familial son fils unique Paul, avec l’aide de Léonce, sa ravissante dame de compagnie, et André, son précepteur, qui est aussi son amant.

Madeleine, doit prendre la tête de l’empire financier dont elle est l’héritière. Mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d’un geste inattendu et tragique se jette dans le vide et va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement.

Paul ne peut plus marcher et Madeleine ne sait comment apaiser ses cauchemars, ni comment lui redonner le sourire. Paul sort pourtant de sa léthargie et retrouve peu à peu le sourire avec l’arrivée de Vladi, sa nouvelle nounou, une virevoltante polonaise ne parlant pas un mot de français, mais emplissant la maison de ses chants et de sa joie de vivre. Paul retrouve aussi le goût de vivre avec la naissance d’une nouvelle passion pour le répertoire lyrique, particulièrement quand il est chanté par une chanteuse d’opéra virtuose et fantasque, qui le prend en amitié.

Anéantie par l’accident qui a rendu son fils handicapé, et ignorante comme la plupart des femmes de son époque des rouages de l’économie, elle ne se sent ni les compétences ni les appétits pour assurer la succession Péricourt. Elle laisse donc Gustave Joubert, le fondé de pouvoir, le soin de prendre les rênes de la banque… Les affaires tournent très mal et Madeleine se voit dans l’obligation de vendre sa maison…

Face à l’adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l’ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d’intelligence, d’énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d’autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l’incendie qui va ravager l’Europe.

Avec ce deuxième volet, Pierre Lemaitre poursuit son exploration de l’histoire du XXème siècle en s’attaquant aux années trente. Il met surtout au centre de son récit une femme, Madeleine, qui, contrainte par les événements, va peu à peu sortir de sa condition confortable et passive de fille de notable. Couleurs de l’incendie est d’abord l’histoire d’une femme donc, Madeleine. Elle a tout perdu et va devoir reconquérir sa vie.

Après son divorce, puis la mort de son père, puis l’accident de son fils, Madeleine doit affronter la misogynie, les intentions malveillantes, la férocité et la duplicité des hommes qui l’entourent. Ils ont des ambitions qui la dépassent, jusqu’au jour où le déclassement l’oblige à se défendre. Elle y mettra toute son énergie, et toute son intelligence.

Une émancipation certes guidée par la vengeance, mais une belle émancipation quand même. Madeleine apprend à jouir de sa liberté, de son corps, et trouve la voie de son indépendance financière (avec l’aide de son fils, dont la vivacité d’esprit n’a pas été altérée par l’accident).

 

L’auteur :

Pierre Lemaitre, né le 19 avril 1951 à Paris, est un romancier et scénariste français, lauréat du prix Goncourt 2013.

Il passe sa jeunesse entre Aubervilliers et Drancy auprès de parents employés, qu’il situe politiquement « à gauche ».

Psychologue de formation et autodidacte en littérature, il effectue une grande partie de sa carrière dans la formation professionnelle des adultes, leur enseignant la communication, la culture générale ou animant des cycles d’enseignement de la littérature à destination de bibliothécaires.

Il se consacre ensuite, à cinquante ans passés, à l’écriture, en tant que romancier et scénariste.

Pierre Lemaitre considère lui-même son travail comme un permanent « exercice d’admiration de la littérature ». Ainsi, dès son premier roman Travail soigné, (Prix Cognac 2006), il rend hommage à ses maîtres en faisant, de ces écrivains, des protagonistes de son intrigue : Bret Easton Ellis, Émile Gaboriau, James Ellroy, William McIlvanney….

Son deuxième roman, Robe de marié, (Meilleur Polar Francophone 2009), exercice explicite d’admiration de l’art hitchcockien raconte l’histoire de Sophie, une trentenaire démente, qui devient une criminelle en série sans jamais se souvenir de ses meurtres.

En 2010, il aborde ensuite le thriller social avec Cadres noirs, (Prix Le Point du Polar européen 2010), qui met en scène un cadre au chômage qui accepte de participer à un jeu de rôle en forme de prise d’otages. Le livre est inspiré d’un fait divers réel survenu en 2005 à France Télévisions Publicité, dirigée à l’époque par Philippe Santini, et pour lequel cette entreprise a été condamnée par la chambre criminelle de la Cour de cassation le 7 avril 2010.

Alex, quatrième roman, prix des lecteurs du livre de poche, deuxième volet de la trilogie Verhoenen, renoue avec le style de narration, et joue sur l’identification, moteur du thriller : l’héroïne y est tour à tour victime et meurtrière jusqu’à la conclusion qui retourne une nouvelle fois la compréhension que le lecteur peut avoir du personnage. Là encore, on trouve, d’Aragon à Proust en passant par Barthes, Harvey ou Pasternak, quelques citations ou influences que l’auteur signale explicitement.

Cinq polars le font remarquer des amateurs du genre, séduits davantage par des intrigues extrêmement habiles que par le flamboiement du style : Travail soigné, Robe de marié, Cadres noirs, Alex, Sacrifices…. Les prix tombent presque aussi drus que les obus sur le chemin des dames : huit jusqu’à aujourd’hui, dont le Prix Sang d’Encre, le Prix du Polar francophone, le Prix du polar européen, le Prix des Lecteurs du Livre de Poche…

Il crée un héros récurrent, Camille Verhoeven, et signe même un feuilleton numérique, Les Grands Moyens, transformé ensuite en roman. C’est une enquête de Camille Verhœven, en marge de la trilogie commencée avec Travail soigné, poursuivie avec Alex et achevée avec Sacrifices qui voit la conclusion de la destinée du héros. Confirmant dans une interview son attachement à Alexandre Dumas, Pierre Lemaitre a ajouté un quatrième volet à sa « Trilogie Verhœven » (à l’image des Trois Mousquetaires qui, en fait, étaient quatre) : Rosy & John est la novélisation de son feuilleton numérique Les Grands Moyens.

En 2016, son roman « Au revoir là-haut » marque, dans son œuvre, un important changement puisqu’il signe, cette fois, un roman picaresque (et non historique, comme le souligne Pierre Assouline). Délaissant le genre policier, Pierre Lemaitre reste néanmoins fidèle à l’esprit de ses premiers romans puisqu’il cite plusieurs auteurs (d’Ajar à Crane et de Hugo à La Rochefoucauld), qu’il salue dans ses remerciements avec, notamment, un hommage appuyé à Louis Guilloux et Carson McCullers.

En novembre 2013, le roman reçoit le prix Goncourt. Il est classé en tête par l’Express dans sa liste des best-sellers de l’année 2013 et adapté au cinéma par Albert Dupontel en 2017, sous le même titre.

En 2016, Lemaitre renoue avec le roman noir avec Trois jours et une vie qui raconte la destinée d’un assassin de 12 ans.

Le 3 janvier 2018, paraît « Couleurs de l’incendie » le second volet de la trilogie ouverte avec Au revoir là-haut et prend Madeleine Péricourt, sœur d’Édouard Péricourt, pour personnage principal. Hommage à Alexandre Dumas, et plus généralement au roman du XIXème siècle, ce second volet de la trilogie se déroule entre 1927 et 1933.

Au plan thématique, Lemaitre distingue clairement ses romans noirs de ses romans policiers. Il classe parmi les premiers des romans comme Cadres noirs ou encore Trois jours et une vie, tandis qu’il classe dans la seconde catégorie l’ensemble de la trilogie Verhoeven et Robe de marié.

De « Robe de marié » à « Sacrifices », cinq romans noirs, couronnés par de nombreux prix, ont valu à Pierre Lemaitre un succès critique et public exceptionnel. Il est internationalement reconnu dans le domaine du roman policier. Stephen King le considère comme « a really excellent suspense novelist ».

Ses romans sont traduits dans une trentaine de langues et édités en forme de livre audio. Au revoir là-haut, lu par l’écrivain lui-même, a reçu le Prix Audiolib de l’Académie Charles Cros 2014.

Il est administrateur de la Société des gens de lettres (SGDL) depuis 2011.

Pierre Lemaitre soutient en 2012 Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle.

En 2015, il devient ambassadeur du Secours populaire. Il soutient la lutte de l’Observatoire international des prisons (OIP) en livrant notamment un texte intitulé « Une question de mots » au recueil collectif Passés par la case prison publié à La Découverte en 2014.

Œuvres :

Série Verhœven :

  • Travail soigné, 2006
  • Alex, Paris, Albin Michel, févr. 2011
  • Les Grands Moyens, feuilleton numérique comprenant le texte enregistré par l’auteur. réédition revue par l’auteur sous le titre Rosy & John, 2013
  • Sacrifices, 2012
  • Verhoeven, tétralogie incluant : Travail soigné, Alex, Rosy & John, Sacrifices, 2015

 

Autres romans :

  • Robe de marié, 2009
  • Cadres noirs, 2010
  • Au revoir là-haut, 2013
  • Trois jours et une vie, 2016
  • Couleurs de l’incendie, 2018 – second volet de la trilogie ouverte avec Au revoir là-haut

Filmographie :

Cinéma

  • Alex, scénario : James B. Harris supervisé par l’auteur d’après son roman éponyme.
  • Au revoir là-haut, scénario : Albert Dupontel (avec la participation de l’auteur)
  • Au secours, réalisation

Télévision

  • 2012 : L’Affaire Vauthier, 52 min – série « Injustices », TF1
  • 2010 : Marché de dupes, 90 min – série « Boulevard du Palais », France 2
  • 2009 : Otages, 2 x 55 min – TF 1
  • 2009 : L’Homme aux deux visages, 52 min – série « Marion Mazzano », France 2

  

Distinctions :

  • Travail soigné:

       Prix du premier roman du festival de Cognac, 2006

       Nommé au CWA Daggers International 2014

  • Robe de marié:

       Prix des lectrices Confidentielles, 2009

       Prix Sang d’encre et Prix des lecteurs Goutte de Sang d’encre, Vienne, 2009

       Prix du polar francophone de Montigny-lès-Cormeilles, 2009

       Premio Best Novel Vaelcia Negra, 2015

  • Cadres noirs:

       Prix Le Point du polar européen, 2010

  • Alex:

       Prix des lecteurs policier du Livre de poche, 2012

       CWA International Dagger, 2013

  • Au revoir là-haut:

       Prix des libraires de Nancy Le Point, 2013

       Roman français préféré des libraires à la rentrée, 2013

       Meilleur roman français 2013 décerné par le magazine Lire

       Prix Goncourt 2013

       Prix du roman France-Télévisions 2013

       Prix Audiolib pour l’édition sonore

       Goncourt des étudiants de Serbie 2013

       Coup de cœur 2014 de l’Académie Charles Cros pour l’enregistrement audio

       Prix Tulipe du meilleur roman français 2014

       Premio Letterario Internazionale Raffaelo Brignetti 2014

       CWA International Dagger 2016 dans sa traduction anglaise publiée sous le titre The Great Swindle

  • Sacrifices:

       CWA International Dagger, 2015, dans sa traduction anglaise publiée sous le titre Camille

  • Rosy & John:

       Prix Attrap’cœur 2016

  • Big Caliber Award du 13ème International Crime and Mystery Festival de Wrocław pour l’ensemble de son œuvre

Laisser un commentaire