Abel barbara ♦ La brûlure du chocolat

Sur un ton léger, parfois humoristique, Barbara Abel nous raconte l’histoire de Zoé, jeune femme qui à la suite d’un choc émotionnel se retrouve amnésique.

Le moment n’est jamais bien choisi mais là, ce n’est vraiment pas le moment puisque zoé doit se marier dans une semaine et qu’elle doit rendre à son éditeur son dernier livre !

Zoé Letellier, 29 ans, a tout pour être heureuse, jeune romancière à succès, elle est sur le point de se marier et de sortir la suite du roman « Amères Friandises » qui l’a hissée au sommet de la gloire. Elle était sur le point de faire une grande révélation à sa famille le jour où un malaise lors d’un mystérieux rendez-vous l’a rendue amnésique.

Au niveau des souvenirs personnels, c’est le néant absolu. Elle ne reconnaîtra pas ses parents quand elle se réveillera dans son lit d’hôpital. Pas plus que son frère jumeau Mathias ou sa grande sœur Lola. Pire, elle ne reconnaîtra pas son propre visage dans un miroir, comme si elle le découvrait pour la première fois.

Quel est ce choc qui a d’un seul coup effacé la totalité de son vécu ?  Quelle révélation a pu être ainsi rejetée en bloc par son esprit qui n’a trouvé que ce moyen de la protéger ?

La seule solution pour retrouver la mémoire? Que ses proches sollicitent ses souvenirs : il suffit parfois d’un seul fait, d’une seule sensation reliant au passé pour forcer les portes de la mémoire cadenassées.

Et chacun des membres de sa famille d’y aller de son souvenir. Ses parents, son frère jumeau Mathias, sa grande sœur Lola, sa meilleure amie et son fiancé Julien s’évertuent à lui retracer le récit de son propre passé à travers leurs souvenirs, leurs anecdotes tantôt amusantes tantôt émouvantes. Mais voilà, qui dit « témoignage » dit subjectivité. Bientôt les récits se contredisent, d’anciennes rancœurs font surface, des secrets se révèlent…

Sans compter que Zoé, bien malgré elle, ne facilite pas les choses : elle n’est pas du tout amoureuse du garçon qu’elle doit épouser 1 semaine plus tard, elle est incapable de reconnaître celui qui paraît-il est son amant, et puis elle a aussi appris qu’elle était écrivain, et, dans la foulée, qu’elle était censée rendre son manuscrit encore inachevé à son éditeur!

Finalement, ne serait-il pas plus simple pour Zoé de ne jamais retrouver la mémoire ? Mais attention Zoé, sans passé comment prétendre à un avenir ?

Dans son roman, on retrouve un peu de Barbara Abel dans le personnage de Zoé Letellier. Elle partage aussi le même signe zodiacal (elles sont toutes les deux sagittaires). Elles ont le même éditeur (ou presque : l’une est au Fleuve Noir, la seconde chez… « Rivière Rouge »).

C’est également un livre dans lequel on ressent tout l’amour de Barbara Abel pour la langue française.
« Elle se joue de nous au travers des lapsus et des jeux de mots par exemple. » Les jeux de mots y sont nombreux et on sent que l’auteur s’est amusée dans la construction de ses phrases, dans la manipulation du vocabulaire. Elle joue avec l’intonation et la signification des mots, et fait par exemple d’étranges parallèles entre des noms qui se ressemblent mais qui, à une lettre près, changent totalement de sens. Embrasser, embarrasser et embraser en étant les principales illustrations.

 

L’auteur :

Barbara Abel, née le 3 décembre 1969 à Bruxelles, est une auteure belge de roman policier. Elle a collaboré à l’émission « Cinquante Degrés Nord » diffusée sur Arte Belgique et la RTBF.

À 15 ans, Barbara Abel suit des cours de théâtre à l’Académie d’Etterbeek (Belgique). Elle étudie ensuite à l’Université libre de Bruxelles et y obtient une licence en philologie romane, puis suit les cours d’interprétation du Passage à Paris. Elle exerce un certain temps le métier de comédienne et participe à des spectacles de rue.

Avec son compagnon Gérard Goffaux, elle écrit sa première pièce de théâtre à 23 ans, « L’Esquimau qui jardinait », montée sur des scènes bruxelloises et au Festival de théâtre de Spa (Belgique).

Elle se lance ensuite dans l’écriture.

 Après avoir publié quelques textes en revues, elle publie en 2002 son premier roman « L’instinct maternel », qui devient lauréat du Prix du roman policier de Cognac, avant d’être sélectionnée par le jury du Prix du Roman d’Aventure pour « Un bel âge pour mourir ».

Elle fait ensuite paraître d’autres récits de suspense qui évoquent souvent des milieux familiaux étouffants où germent délits et folie.

Elle assure également des chroniques culturelles diffusées sur Arte Belgique. Elle a collaboré à l’émission « Cinquante Degrés Nord » diffusée sur Arte Belgique et la RTBF.

Son roman « Un bel âge pour mourir », paru en 2003, a été adapté pour France 2 avec Marie-France Pisier et Émilie Dequenne dans les rôles principaux.

S’ensuivent « Duelle » en 2005, « La Mort en écho » en 2006, « Illustre Inconnu » en 2007, « Le Bonheur sur ordonnance » en 2009, « La Brûlure du chocolat «  en 2010, « Derrière la haine » en 2012 – Prix des lycéens de littérature belge 2015, « Après la fin » en 2013 (qui est la suite de Derrière la haine) et « L’innocence des bourreaux » en 2015.

Aujourd’hui, ses romans sont traduits en allemand, en espagnol et en russe…

Elle vit à Bruxelles avec son mari et ses deux enfants. Elle est membre de la Ligue de l’Imaginaire.

Œuvre :

Romans

  • L’Instinct maternel, 2002
  • Un bel âge pour mourir, 2003
  • Duelle, 2005
  • La Mort en écho, 2006
  • Illustre Inconnu, 2007
  • Le Bonheur sur ordonnance, 2009
  • La Brûlure du chocolat, 2010
  • Derrière la haine, 2012
  • Après la fin, 2013
  • L’Innocence des bourreaux, 2015
  • Je sais pas, 2016

Littérature d’enfance et de jeunesse

Série Jennifer

  • Je vous salue Jennifer, tome 1, 2008 (en collaboration avec Gérard Goffaux)
  • Je vous salue Jennifer, tome 2, 2010 (en collaboration avec Gérard Goffaux)

 

Prix et récompenses

  • Prix du roman policier du festival de Cognac 2002 pour L’Instinct maternel
  • Prix des lycéens de littérature belge 2015 pour Derrière la haine
  • Prix du Polar Découverte Les Petits Mots des Libraires pour L’innocence des bourreaux

Laisser un commentaire