Hawkins Paula ♦ Au fond de l’eau

Ce roman, nouveau thriller psychologique qui se déroule dans la campagne anglaise, raconte l’histoire de la relation chaotique de deux sœurs et de la violence faite aux femmes. Des femmes insoumises que l’on tente de réduire au silence.

Une semaine avant sa mort, Nel a appelé sa sœur, Julia dites Jules, qui n’a pas revu sa sœur Nel depuis des années, ni répondu à ses nombreux messages téléphoniques.  Et qui n’a pas voulu lui répondre encore cette fois-ci.

Alors que son corps de vient d’être retrouvé dans la rivière qui traverse Beckford, leur ville natale, Julia est effrayée à l’idée de revenir sur les lieux de son enfance. De quoi a-t-elle le plus peur ? D’affronter le prétendu suicide de sa sœur ? De s’occuper de Lena, sa nièce de quinze ans, une adolescente doublement endeuillée par la mort de sa mère et le suicide au même endroit de Katie sa meilleure amie quelques mois plus tôt et qu’elle ne connaît pas ? Ou de faire face à un passé qu’elle a toujours fui ? Plus que tout encore, c’est peut-être la rivière qui la terrifie, ces eaux à la fois enchanteresses et mortelles, où, depuis toujours, les tragédies se succèdent.

On est dans un petit village et près d’une rivière, avec le mystérieux « Bassin des noyées », lieu qui semble exercer une fascination/répulsion sur les habitants, et qui semble aimanter les noyades, suicides, crimes sordides.
Danielle dite Nel, est l’une des disparues. Sa mort est-elle liée à son « grand projet » de livre sur le Bassin des noyées? Depuis des siècles, à Beckford, des femmes se jettent et se font jeter de la falaise. D’où cette troublante appellation de bassin aux noyées. Pourquoi les habitants de Beckford ne voyaient-ils pas d’un très bon œil le projet de livre de Nel sur le Bassin aux noyées ?

Pourquoi Lena ne se pose pas de question sur le suicide de sa mère, mère célibataire obsédée par le Bassin aux noyées si ce n’est parce qu’elle en connait les raisons ? Pourquoi Jules, sa petite sœur, avait coupé les ponts au point de ne même plus répondre à ses appels ? Y-a-t-il un lien avec la disparition de Katie Whittaker, adolescente de 15 ans noyée quelques mois plus tôt au même endroit ?

Quel est le secret qui unit Josh, le petit frère de Katie, et Lena ? Pourquoi le bracelet de Nel est retrouvé sur le bureau d’Helen, la femme de Sean, directrice du collège ? Que cache Mark Henderson, le professeur de Katie et Lena ? Quel rôle joue Robbie Cannon, l’ancien petit ami de Nel, qui depuis a été condamné plusieurs fois pour vengeance conjugale ?

Et de Nickie que tout le monde prend pour une vieille folle et qui se dit voyante et qui parle à sa sœur morte, qu’a-t-elle vraiment vu ?

Roman choral où tour à tour Julia, sa nièce Lena, Sean le flic, sa femme, son père, la mère de la jeune fille décédée et d’autres, prennent la parole et nous racontent LEUR version de l’histoire.

Et cette histoire est multiple. Elle prend racine dans le passé et tels des petits ruisseaux, ils alimentent, à la fin, la rivière de Beckford. Plein de petits ricochets dans l’eau : un tout petit bruit, puis des ronds qui à la fin se rejoignent ou pas …

Paula Hawkins explore des thèmes intéressants et parmi eux, la sexualité des jeunes adolescentes, jouant sur un parallèle que j’ai trouvé bien fait entre celle qui a été violée à treize ans mais n’a jamais osé en parler et celle qui a vécu à quinze ans une relation avec un homme de quatorze ans son aîné, ce qui devient un crime pour l’adulte, alors qu’à un an près, celui de la majorité sexuelle, ça aurait pu été considéré comme une histoire d’amour

Ce n’est pas un roman policier avec un suspens de dingue, mais plutôt celui d’un malaise diffus, de secrets et de beaucoup de non-dits et d’incompréhensions qui forment un beau gâchis. C’est un thriller basé plus sur la psychologie des personnages et sur le suspense que sur le gore.

Le roman aborde de nombreux thèmes, à la fois banals, universels et émouvants: la violence conjugale, l’infidélité ou encore le regard impitoyable de la société sur les mœurs qui ne se conforment pas à ses prescrits.

Nous retrouvons ici principalement des femmes :

On découvre dans un premier temps Julia, vieille fille complexée qui est une femme assez instable. Bon, déjà elle parle à sa sœur morte, ce qui est déjà pas mal bizarre. Elle manque cruellement de confiance en elle. Elle est depuis des années en colère contre sa sœur. Mais c’est un personnage intéressant et attachant qui combat des démons du passé que l’on découvre petit à petit.

Puis on a Lena, belle adolescente arrogante. C’est la nièce de Julia. Assez instable, impulsive et renfermée. Il faut dire que la jeune femme n’a pas vraiment de chance, sa meilleure amie s’est suicidée quelques mois plus tôt et elle vient de perdre sa mère. Elle pense que tout le monde l’abandonne et souffre vraiment de cela. C’est un personnage super attachant.

Il y a aussi Nel la sœur décédée de Julia et la mère de Lena. On apprend à la découvrir à travers les yeux de Julia. C’était une femme pleine de charme, belle, intelligente et cultivée. Mais elle était obsédée par la mort, la noyade et le suicide, des obsessions assez morbides. C’était une femme à la fois aimée et détestée, car elle avait tendance à remuer au mauvais endroit.

On retrouve également la famille de Katie (l’ancienne meilleure amie de Lena), qui s’est suicidé il y a quelques mois.

Au fil des pages, on essaie de comprendre pourquoi. Louise, sa mère, culpabilise et est ensevelie par le chagrin, la colère et les regrets. Elle essaie malgré tout de faire face. On ne voit quasiment pas le père de Lena. Josh, le petit frère de Léna, est un petit apeuré et triste. Il est très attachant également.

On apprend à connaître la famille Townsend qui est une famille assez particulière. Patrick, le chef de famille, est un vieil homme étrange. Il est manipulateur, mais respecter, car c’était un ancien flic. Son fils Sean, est aussi policier, c’est d’ailleurs lui qui est sur cette enquête. C’est un homme assez étrange que j’ai eu du mal à cerner. Hélène, sa femme, est proviseur du lycée. Elle aussi est assez particulière et un peu instable.

Pour finir il y a les personnages secondaires Nickie, une vieille femme qui prétend être voyante et qui sait parler aux morts. Tout le monde la repousse et la prend pour une folle. Erin, une policière qui vient d’être muté sur cette enquête, qui va faire équipe avec Sean. Mark jeune et séduisant prof de lettres. Patrick vieux flic rigide et son taiseux de fils Sean, lui aussi est policier.

 

 

L’auteur :

Paula Hawkins, née à Harare au Zimbabwe le 26 Août 1972 est un auteur britannique, connue pour son roman La Fille du RER. Son père était un professeur d’économie et journaliste financier.

Elle est née et a grandi à Harare au Zimbabwe. Son père était un professeur d’économie et journaliste pour la finance.

 Elle a déménagé à Londres en 1989 à l’âge de 17 ans, et plus tard a étudié la philosophie, la politique et l’économie à l’Université d’Oxford.

Elle a travaillé comme journaliste pour The Times, les rapports sur les entreprises. Elle a ensuite travaillé pour un certain nombre de publications sur une base indépendante, et a écrit un livre de conseils financiers pour les femmes, la déesse de l’argent.

Elle a été journaliste pendant quinze ans avant de se consacrer à l’écriture de fiction.

Autour de 2009, Paula Hawkins a commencé à écrire de la comédie fiction romanesque sous le nom Amy Argent.

Elle a écrit quatre romans dont Confessions d’un Recessionista Reluctant. Elle n’a pas percé commercialement jusqu’à ce qu’elle se mette à écrire une histoire plus sombre, plus sérieux « The Girl on the Train », 2015. Son roman « La Fille du train », était un thriller complexe avec les thèmes de la violence domestique, abus d’alcool et de drogue. Le roman a pris ses 6 mois écriture à plein temps pour terminer à un moment où elle était dans une situation financière difficile et a dû emprunter de son père pour être en mesure de le compléter.

Les droits d’adaptation ont été achetés par Steven Spielberg avant même sa parution. Il a été adapté pour le cinéma par Tate Taylor, en 2016, avec Emilie Blunt dans le rôle de Rachel Watson.

Selon le magazine américain Forbes, Paula Hawkins serait classée 9ème au palmarès des auteurs les mieux payés avec 10 millions de dollars pour la période du 01/07/2015 au 30/06/2016 à égalité avec Veronica Roth et John Green.

Paula Hawkins a vécu au Zimbabwe, mais aussi à Oxford, à Paris et à Bruxelles, avant de s’installer définitivement dans le sud Londres depuis 1989 avec son compagnon qui est avocat.

Enregistrer

Laisser un commentaire