Minoui Delphine ♦ Je vous écris de Téhéran

A 23 ans, Delphine Minoui reçoit de son grand-père d’Iran qui va mourir, un poème de Hafez. Elle prend un billet d’avion pour Téhéran, pense y rester une semaine et ça durera dix ans, avant de partir suite à des menaces trop insistantes.

Elle découvre toute une part invisible de son histoire.

Delphine Minoui, journaliste reporter, spécialiste du Moyen-Orient, veut découvrir la part d’elle-même qu’elle ne connaît pas. De mère française et de père iranien, ex diplomate de l’ONU à Paris et devenu définitivement résident français après la révolution de 1979, elle ne connaît rien de ses racines iraniennes. Elle décide d’écrire une lettre à son grand-père, qui est décédé et qui l’a poussé à partir en Iran. Elle nous fera découvrir ce pays qui est déchiré entre religion et désir de démocratie.

Sous la forme d’une lettre posthume à son grand-père, entremêlée de récits plus proches du reportage, Delphine Minoui raconte ses années iraniennes, de 1997 à 2009 où elle fréquente de près la société civile, tout en travaillant pour la presse internationale. Au fil de cette missive où passé et présent s’entrechoquent, la journaliste franco-iranienne porte un regard neuf et subtil sur son pays d’origine, à la fois rêvé et redouté, tiraillé entre ouverture et repli sur lui-même.

Dans ce livre-témoignage, elle raconte les paradoxes, les contradictions, les soubresauts de la vie sociale et politico-religieuse de ce pays cher à son coeur, qui ne cesse d’avancer-reculer vers la démocratie, la liberté d’expression, les droits de l’homme et de la femme. Avec elle, on s’infiltre dans les soirées interdites de Téhéran, on pénètre dans l’intimité des mollahs et des miliciens bassidjis, on plonge dans le labyrinthe des services de sécurité, on suit les espoirs et les déceptions du peuple, aux côtés de sa grand-mère Mamani, son amie Niloufar ou la jeune étudiante Sepideh. La société iranienne dans laquelle se fond l’histoire personnelle de la reporter n’a jamais été décrite avec tant de beauté et d’émotion.

 L’auteur :

Delphine Minoui, née en 1974 de mère française et de père iranien, est une journaliste française spécialisée notamment dans le monde iranien.

Major de promotion du CELSA (section journalisme) en 1997 puis diplômée de l’EHESS en 1999, Delphine Minoui s’installe en Iran pour exercer sa profession. Correspondante de France Inter et France Info dès 1999, elle collabore à partir de 2002 au Figaro. Elle a également réalisé et collaboré à plusieurs documentaires. Elle a notamment suivi pour Le Figaro l’après-11 septembre en Afghanistan, l’invasion américaine en Irak et la montée de la crise nucléaire iranienne.

En 2006, Delphine Minoui a été la lauréate du prix Albert-Londres pour une série d’articles sur l’Irak et l’Iran.

Fin 2007, on lui retire son permis de travaill en Iran, Delphine Minoui s’installe à Beyrouth. Outre le Figaro, elle travaille aussi pour Le Temps, Le Soir et Le Point.

Elle a écrit récemment sur Nojoud Ali, la première petite fille à avoir obtenu le divorce au Yémen.

Enregistrer

Laisser un commentaire