Delzongle Sonja ♦ Quand la neige danse

S’inspirant d’un fait divers bien réel, Sonja Delzongle a imaginé une sombre histoire autour d’enlèvements d’enfants. Le thème glaçant de l’enlèvement de quatre fillettes n’est que le début d’une histoire à pistes multiples.

Quand la neige danse est un thriller à l’américaine.

Février 2014, au nord de Chicago. La neige et le blizzard semblent avoir pétrifié la petite ville de Crystal Lake. Un matin, le médecin Joe Lasko reçoit un paquet. Y repose une magnifique poupée aux cheveux longs et roux, sosie de sa fille Lieserl 4 ans, disparue depuis plusieurs semaines. Comble de l’horreur : la poupée est vêtue exactement comme Lieserl le jour où elle s’est volatilisée sur le lac gelé où la baby-sitter avait emmené l’enfant patiner.

Ce n’est pas tout. Depuis un mois, quatre fillettes ont été enlevées, et chacune des familles va recevoir une poupée, couchée dans une boîte à chaussures qui est le sosie de leur fille, habillée des mêmes vêtements qu’elles portaient le jour de leur disparition. Le chef de la police Alec Stevens un gars qui se nettoie les mains avec un gel antiseptique chaque fois que les circonstances l’obligent à serrer la main d’un quidam, met tout en œuvre pour résoudre cette affaire de disparitions. Mais celle-ci piétine. La police semble totalement perdue et ne sait plus comment se charger de cette enquête où les témoins sont absents et les indices infimes.

Joe, jeune divorcé, décide de mener sa propre enquête, aidé par une détective privée, Eva Sportis, dont il était secrètement amoureux des années plus tôt et qui était la petite amie de Gabe (dit le Magnifique), le frère ainé de Joe. Eva lui propose son aide et cela remue toutefois de mauvais souvenirs dans la mémoire de Joe. Gabe, qui a mal tourné, est devenu un voyou, a fait de la prison, a tué un policier lors d’un braquage, est retourné en tôle. Après avoir purgé une peine de plusieurs années de prison, il  revient au pays pour demander de l’aide à son frère, à un moment où celui-ci a d’autres préoccupations en tête. Les deux frères ne se voient plus.

Eva va bientôt avouer que c’est Gabe qui lui a demandé de proposer ses bons services. Joe ne veut pas renouer, pourtant devant la bonne volonté de son frère aîné, il accepte de l’héberger mais dans une cabane au fond du jardin. Une cabane aménagée pour des amis, je précise.

Conscients que l’affaire les dépasse, tous deux appellent à l’aide Hanah Baxter, la célèbre profileuse, une enquêteuse aux méthodes assez particulières et son inséparable pendule, découverte dans son précédent roman « Dust » récompensé par le prix Anguille sous roche 2015. Normalement Hanah ne travaille qu’en dehors des Etats-Unis, mais pour une fois elle déroge à ses principes.

Quelque part dans Crystal Lake, depuis très longtemps, quelqu’un s’en prend aux enfants. Les détient-il prisonnières? Sont-elles encore en vie? Qui a pu les enlever ? Un psychopathe ? Une femme en mal d’enfant ? Un des parents ? Un réseau pédophile ? Joe ? Ou Gabe son frère ?

L’auteur :

Sonja Delzongle, née le 28 août 1967 à Troyes, est une femme de lettres français, auteure de roman policier.

C’est à Dijon, où ses parents se sont installés, qu’elle passe sa petite enfance et adolescence, entre ses rêves, la lecture, l’écriture, et sa passion pour le dessin.

Après une petite enfance sans histoires autres que celles qu’elle imaginait déjà, Sonia Delzongle voulut très tôt être maçon, puis archéologue. Et, pourquoi pas, exploratrice. Mais de toutes ces velléités, elle n’en fit rien, excepté un linceul de rêves et s’achemina tranquillement vers une de ces scolarités sans faille jusqu’à ce que les méandres d’une adolescence mystique et tourmentée vinssent rendre le chemin plus chaotique. Outre les rêves et la lecture, l’écriture, déjà une passion en plus du dessin, resta le refuge privilégié de tous les possibles qu’elle s’inventait à défaut de les vivre.

Après quelques études universitaires non abouties en Langues et Lettres Modernes, elle s’attaque au concours de l’École des Beaux-Arts de Dijon et obtient un diplôme au bout de six ans. Elle connaît alors les aléas d’une vie professionnelle. Elle mène une vie de bohème, entre emplois divers (les plus marquants ayant été le commerce artisanal africain-asiatique et la tenue d’un bar de nuit). Elle papillonne de job en job pour pouvoir continuer à peindre et exposer. Ce parcours du combattant la mena à Lyon où elle put enfin réaliser un de ses nombreux rêves non réalisés, devenir journaliste en presse écrite. En plus d’un monde sinistré, elle allait découvrir un univers sans pitié de basses rivalités et d’ego XXL.

Elle devient journaliste en presse écrite à Lyon…

Un jour sans doute plus sombre que les autres, Sonia Delzongle songea qu’elle aurait peut-être dû faire serial killer. Mais elle se contenta de lire des ouvrages sur le thème, d’écrire des romans nombrilistes et sans consistance jusqu’à cette toute petite réussite littéraire, une nouvelle devenue depuis un roman court, « La Journée d’un Sniper », publié par Jacques André, un éditeur lyonnais, qui signa ce qu’elle espérait et espère toujours être le début d’une gloire méritée. Elle publie ensuite un premier thriller « À titre posthume », qui eut son petit succès, avant de taper dans l’œil d’un éditeur de Montréal, Transit éditeur/Cogito avec, cette fois, un thriller, un vrai, bien noir et glauque, bien noir, aussi sombre qu’un jour de pluie au Havre, « Le Hameau des Purs », à paraître fin janvier 2011.

 La lecture d’ouvrages sur les serials killers combinée avec sa passion pour le continent africain, également visible sur ses toiles, l’incite à s’engager dans l’écriture de son roman Dust qui parait en 2015. L’ouvrage connait un succès éditorial et public. Sa passion pour l’Afrique, qui remonte à sa petite enfance, l’a amenée à y faire de multiples séjours. Sonja Delzongle, dont la jeunesse a été marquée par la guerre en Serbie, a été confrontée en Afrique à une autre vision de la violence et de la misère, et a voulu l’explorer dans ce thriller très réaliste.

En 2016, parait « Quand la neige danse », toujours chez Denoël, qui met également en scène la profileuse Hanah Baxter et dont l’action se passe non plus au Kenya mais dans le froid nord-américain. Elle est nominée pour ce roman au Prix Polar en séries.

Elle partage aujourd’hui sa vie entre Lyon et la Drôme.

Œuvre :

            Romans :

  • La Journée d’un sniper, 2007
  • À titre posthume, 2009
  • Le Hameau des Purs, 2011
  • Dust, 2015 – Ré-édition 2016
  • Quand la neige danse, 2016 – Ré-édition 2017

Prix et récompenses :

             – Prix Anguille sous roche 2015 pour Dust

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire