Abel Barbara ♦ Derrière la haine

Derrière la haineUne violente dispute éclate entre Laëtitia et Tiphaine, deux voisines qui visiblement se détestent à propos des enfants. Une accusation de trop, des menaces d’avertir les flics, c’en est trop pour Tiphaine. La gifle part et s’abat violemment sur Laëtitia. David, le mari de cette dernière, met fin à cette querelle. Le couple rentre chez lui, Tiphaine dans la maison mitoyenne séparée par une haie…

… 7 ans plus tôt : D’un côté Laëtitia et David Brunelle, avec pour seule famille, Ernest, l’agent de probation de David qui sera le parrain de leur futur enfant.

David a connu une enfance très chaotique et une jeunesse difficile, devenant petit délinquant sous l’emprise de la drogue, puis braqueur accomplissant de la prison. Depuis il s’est amendé, a remonté peu à peu la pente en effectuant divers petits boulots. Sa rencontre avec Laetitia eut lieu dans un hôpital alors qu’il était employé comme agent d’entretien et qu’elle rendait visite à ses parents victimes d’un accident de la route. Depuis il travaille comme chauffeur de taxi et il est amené à prendre en charge des clients particuliers. Il veut pour son fils Milo le meilleur et surtout, ne reproduire en aucun cas les erreurs qu’il a pu, lui-même, commettre par le passé. Laetitia quant à elle, fille unique, a perdu ses deux parents dans un accident de la route.

De l’autre, Tiphaine et Sylvain Geniot. Sylvain veut également le meilleur pour son fils Maxime. Lui qui a tant souffert de la relation inexistante avec son père.

Tiphaine travaille comme horticultrice aux services techniques de la commune. Auparavant elle était pharmacienne, mais une histoire d’ordonnance mal comprise lui a fait perdre son emploi. Sylvain est architecte et il a connu Tiphaine lorsqu’elle tenait l’officine. Elle ignore, peut-être, que sa déchéance a été provoquée par Sylvain. En effet il avait un ami, le docteur Stéphane Legendre, qui avait prescrit des médicaments à une patiente, mais il ignorait que celle-ci était enceinte. Une bourde fatale. Sylvain a accepté d’aider son ami et il a subtilisé la prescription délivrée et remise à la pharmacienne pour la substituer par une autre, plus en conformité. L’erreur pour la justice a été imputée à Tiphaine. Toutefois la rencontre entre les deux jeunes gens s’est conclue par un mariage.

Laëtitia et David ont aménagé dans la maison héritée des parents de Laetitia et se lient peu à peu avec Tiphaine et Sylvain qui eux ne sont que locataires. Une maison jumelée en banlieue parisienne, dans un lotissement tranquille, avec des maisons jumelées construites sur le même modèle. Les logements sont séparés par une simple haie mitoyenne.

Ils sont amis et qui plus est, fusionnels et solidaires. L’amitié est parfaite, ils s’entendent à merveille, partageant les bonheurs et les petits malheurs du quotidien. Leur amitié déjà fusionnelle sera renforcée par l’arrivée de leurs petits garçons à trois mois d’intervalle. Ces derniers, Maxime et Milo, presque frères, complices et joueurs, grandissent ensemble, comme des jumeaux et font le bonheur de chacun. Les enfants sont baptisés, religieusement et civilement malgré l’athéisme de certains des parents.

Les années passent. Jusqu’au jour où un drame surgit mettant à mal la confiance, le respect et l’affection qu’ils se portaient…

Le premier sujet de discorde nait lorsque les deux gamins qui jouent dans un des jardins creusent un trou dans la haie qui sépare les deux terrains. Les parents envisagent alors de poser une barrière afin de faciliter les échanges sans passer par la rue. Mais les tergiversations sur la forme et le matériau s’élèvent et c’est David qui enfonce le clou. Il est contre une ouverture, arguant que dans ce cas leur intimité ne pourrait plus être préservée.

Et le drame surgit mettant à mal la confiance, le respect et l’affection qu’ils se portaient…

Un jour Laetitia aperçoit Maxime se penchant dangereusement sur le rebord de la fenêtre de sa chambre. Il est malade, il a chaud et pleure. Laetitia appelle Tiphaine, en vain. Elle ne peut rejoindre Maxime sous la fenêtre à cause du manque de passage dans la haie. Alors elle fait le tour afin de prévenir son amie. Tiphaine était tout simplement dans son bain et lorsque les deux femmes arrivent dans la chambre de Maxime, il est trop tard. Maxime est passé par la fenêtre et gît désarticulé comme un pantin sur la terrasse.

Drame qui va profondément endeuiller les deux familles et qui fera que plus rien ne sera jamais comme avant. Les relations vont se tendre jusqu’à basculer dans l’horreur. La haine va lentement se distiller telle un poison. Les rancœurs et les secrets se déchaînent. En effet, chacun traîne son lot de casseroles, tels qu’un passé d’ex-taulard toxicomane pour David, la perte soudaine des parents de Laëtitia et une rencontre malsaine entre Tiphaine et Sylvain.

Lorsqu’un autre évènement tragique intervient, l’incompréhension des circonstances entraîne la suspicion. Leur succèdent ensuite la colère, la peur et l’angoisse. D’autant plus que d’autres évènements très troublants surviennent…

L’auteur :

barbara-abelBarbara Abel, née le 3 décembre 1969 à Bruxelles, est une auteure belge de roman policier. Elle a collaboré à l’émission « Cinquante Degrés Nord » diffusée sur Arte Belgique et la RTBF.

À 15 ans, Barbara Abel suit des cours de théâtre à l’Académie d’Etterbeek (Belgique). Elle étudie ensuite à l’Université libre de Bruxelles et y obtient une licence en philologie romane, puis suit les cours d’interprétation du Passage à Paris.

Elle exerce un certain temps le métier de comédienne et participe à des spectacles de rue.

Avec son compagnon Gérard Goffaux, elle écrit sa première pièce de théâtre à 23 ans, « L’Esquimau qui jardinait », montée sur des scènes bruxelloises et au Festival de théâtre de Spa (Belgique).

Après avoir publié quelques textes en revues, en 2002 son premier roman L’instinct maternel, est lauréat du Prix du roman policier de Cognac avant d’être sélectionnée par le jury du Prix du Roman d’Aventure pour Un bel âge pour mourir.

Ses récits de suspense évoquent souvent des milieux familiaux étouffants où germent délits et folie.

Elle assure également des chroniques culturelles diffusées sur Arte Belgique. Elle a collaboré à l’émission « Cinquante Degrés Nord » diffusée sur Arte Belgique et la RTBF.

Son roman Un bel âge pour mourir, paru en 2003, a été adapté pour France 2 avec Marie-France Pisier et Émilie Dequenne dans les rôles principaux.

S’ensuivent « Duelle » en 2005, « La Mort en écho » en 2006, « Illustre Inconnu » en 2007, « Le Bonheur sur ordonnance » en 2009, « La Brûlure du chocolat «  en 2010, « Derrière la haine » en 2012 – Prix des lycéens de littérature belge 2015, « Après la fin » en 2013 (qui est la suite de Derrière la haine) et « L’innocence des bourreaux » en 2015.

Aujourd’hui, ses romans sont traduits en allemand, en espagnol et en russe…

Œuvre :

Romans

  • L’Instinct maternel, 2002
  • Un bel âge pour mourir, 2003
  • Duelle, 2005
  • La Mort en écho, 2006
  • Illustre Inconnu, 2007
  • Le Bonheur sur ordonnance, 2009
  • La Brûlure du chocolat, 2010
  • Derrière la haine, 2012
  • Après la fin, 2013
  • L’Innocence des bourreaux, 2015

Littérature d’enfance et de jeunesse

Série Jennifer

  • Je vous salue Jennifer, tome 1, 2008 (en collaboration avec Gérard Goffaux)
  • Je vous salue Jennifer, tome 2, 2010 (en collaboration avec Gérard Goffaux)

Prix et récompenses

  • Prix du roman policier du festival de Cognac 2002 pour L’Instinct maternel
  • Prix des lycéens de littérature belge 2015 pour Derrière la haine
  • Prix du Polar Découverte Les Petits Mots des Libraires pour L’innocence des bourreaux

Enregistrer

Laisser un commentaire