Parrado Fernando ♦ Miracle dans les Andes

miracle-dans-les-andesOn se souvient de ce petit avion, un Fairchild F-227, qui transportait une équipe de jeunes rugbymen uruguayens partis au Chili disputer un match amical, et qui s’est écrasé, un vendredi 13 octobre 1972 dans les Andes.

L’atmosphère est joyeuse dans l’avion, les joueurs sont heureux à l’idée du match à venir, les quelques amis ou membres de leurs familles qui les accompagnent prennent plaisir à partager ce bon moment. Jusqu’à l’accident, en pleine Cordillère des Andes.

Perdus au milieu d’une nature hostile, seuls sur un glacier à 3 500 mètres d’altitude, les survivants attendent l’arrivée des secours. Les quelques rescapés du crash tentent de survivre jusqu’à l’arrivée des secours. Ils n’ont rien à manger et pas de vêtements chauds… Mais la suite de l’histoire ne se passe pas du tout comme ils l’espéraient. L’un d’eux a réussi à récupérer un petit transistor par lequel ils apprennent, le dixième jour, que les recherches sont stoppées. Ils sont considérés comme morts. Les secours ne viendront pas.

Soixante-douze jours durant, les survivants de ce crash vécurent au milieu des cadavres et des débris de la carlingue. Seuls au monde, ils luttèrent contre le froid et le désespoir – n’ayant bientôt d’autre choix que de manger la chair de leurs compagnons morts. Le journaliste Piers-Paul Read avait relaté le fait dans Les survivants, paru chez Grasset en 1974, puis réédité en 1993 à la sortie du film de Frank Marshall, avec Ethan Hawk.

Il nous manquait, à ce jour, le récit d’un survivant. Et c’est ce récit que Nando Parrado, après s’y être refusé pendant plus de trente ans, vient d’écrire. Une extraordinaire leçon de courage. Nando Parrado, l’un des survivants, nous en livre aujourd’hui le récit de l’intérieur. Et quel récit !

Après le choc éprouvé lors du crash, Parrado se réveille d’un coma de plusieurs jours pour apprendre la mort de sa mère et de sa sœur dans l’accident. Il découvre un paysage de désolation, entre les râles des moribonds et les cadavres ensevelis sous la neige.

Alors, comment survivre mentalement dans cet enfer blanc qui crisse de toute part ? Comment survivre quand il n’y a rien autour de l’appareil si ce n’est des débris éparpillés qui témoignent de la violence du choc, du chaos ? L’environnement est certes superbe, majestueux mais d’une rare hostilité.

Chaque jour est une épreuve, et chaque lever de soleil voit naître la remise en question de l’utilité de se battre pour survivre, le bouleversement des croyances religieuses et par conséquent la décision de transgresser le tabou ultime : se nourrir du corps des victimes. L’ultime tabou est franchi lorsque pour ne pas mourir, tous mangent des morceaux de chair prélevés sur les restes des victimes.

Acculé avec ses compagnons à un terrible drame de conscience, il s’engage enfin avec deux autres rescapés dans une longue marche en haute montagne, chaussures de rugby aux pieds, avec de la chair de leurs amis décédés dans leurs sacs à dos pour toute provision. Le conte macabre se transforme alors en un récit d’aventure haletant. De la réussite de leur équipée dépend la survie des derniers rescapés, portés disparus par des secours qui ont abandonné les recherches?

Fernando Parrado témoigne, 34 ans plus tard, dans ce texte poignant de sincérité et de retenue, de la formidable capacité d’adaptation de ces hommes à des situations extrêmes, de leur aptitude à rationaliser l’horreur, de leur solidarité ; en un mot, du triomphe de leur humanité.

L’auteur :

fernando-parradoFernando Parrado, dit « Nando », né d’une famille bourgeoise le 9 décembre 1949 à Montevideo en Uruguay, est l’un des 16 rescapés du vol 571 Fuerza Aérea Uruguaya qui s’est écrasé dans les Andes le 13 octobre 1972. Au moment de l’accident Andes, il était un étudiant à l’université. Il a une sœur plus âgée, Graciela et une plus jeune, Susana.

Il est allé au collège Stella Maris où, dès son plus jeune âge, il a démontré des habiletés spéciales pour le sport. Il a excellé en rugby et jouait au rugby à XV dans l’équipe du collège, les Old Christians.

Les Old Christians devaient aller jouer une rencontre au Chili, lorsque leur appareil, un Fairchild F-227 de la Force aérienne uruguayenne, s’écrasa dans la Cordillère des Andes à plus de 3 600 mètres d’altitude. Il était accompagné de sa mère, Eugénia Parrado (50 ans), qui mourut le premier soir, et de sa sœur Susana « Suzy » Parrado, qui mourut quelques jours après, à l’âge de 20 ans.

Après deux mois de survie dans des conditions extrêmes, où les compagnons survivants furent finalement contraints de s’adonner à l’anthropophagie. Il réussit, après plusieurs tentatives, à partir en expédition dans les montagnes avec son ami Roberto Canessa afin de trouver des secours et de récupérer les quatorze autres survivants qui étaient restés réfugiés dans le fuselage de l’appareil. Après douze jours de marche à travers la Cordillère, ils se retrouvent dans une haute vallée du Chili, sur les contreforts des Andes. Ils parviennent à trouver de l’aide après avoir parcouru 100 km à pieds à travers les montagnes escarpées.

Sur les quarante-cinq passagers, seulement seize ont survécu. Véritables battants, ils se sont acharnés à reprendre le cours d’une existence « normale« . Le miracle des Andes semble avoir eu pour effet de redoubler leurs forces et leur détermination. Tous ont fondé une famille, ont mené de belles carrières.

En 2006, 34 ans plus tard, Fernando Parrado publie un livre poignant intitulé Milagro en los Andes, traduit en anglais « Miracle In The Andes : 72 Days on the Mountain and My Long Trek Home », en français « Miracle dans les Andes », en 2008, où il raconte son expérience de survivant des Andes.

Il avait participé, en 1974, à la rédaction de Alive: The Story of the Andes Survivors de Piers-Paul Read, puis au film tiré du livre et à plusieurs documentaires.

Après son retour de la montagne, il a abandonné ses études. Toujours face à la perte de sa sœur Susy, et de sa mère, victimes du même accident d’avion, Nando Parrado a dérivé pendant un certain temps.

Ensuite, il a d’abord aidé son père, puis il  s’est intéressé aux courses automobiles de sport. Pendant de nombreuses années,  il a fait une carrière de pilote de voiture de course professionnel.

Après son mariage, il a abandonné la course professionnelle et a repris l’affaire de son père au côté de sa sœur âgée et de son beau-frère. Il a également développé des entreprises supplémentaires et est devenu une personnalité de la télévision en Uruguay.

Aujourd’hui, il est président de MRC Ltda, entreprise qui qui produit depuis deux ans deux des programmes de télévision les plus connus en Uruguay depuis trente ans et de La Casa del Tornillo (Seler Parrado SA) qui est une quincaillerie industrielle la plus prestigieuse de l’Uruguay depuis 1958.

En plus de son travail dans les affaires et la télévision, Fernando Parrado est un conférencier motivateur, qui utilise son expérience dans les Andes pour aider les autres à faire face à un traumatisme psychologique.

C’est un sportif actif. Il est marié à Véronique et à deux filles : Véronica et Cécilia.

Lettre  de Fernando Parrado :

« Le temps guérit toutes les blessures, a mis un voile sur mes pires souvenirs et les peines. Maintenant, je me souviens des parties les plus terribles de notre situation dramatique presque comme si je l’avais lu dans un livre. Et pour la première fois, je me suis aperçu que les Andes m’avaient touché plus que je ne le pensais. Je me suis aperçu qu’il n’y avait pas moyen de prétendre qu’il n’y avait rien eu, et essayé d’apprendre de l’expérience. Cela a changé ma vie de façon radicale.

Ma vie de famille a été détruite quand ma mère et ma sœur ont péri dans l’accident. Quand je suis rentré, j’ai eu l’expérience étrange d’observer ce qui se serait passé si j’avais été vraiment mort. En arrivant chez moi près de trois mois après l’accident, je me suis aperçu que mes vêtements avaient été donnés, ma chambre maintenant était occupée par ma sœur aînée, qui avait déménagé avec sa famille, mes affiches et les photos avaient été retirées des murs, et mon vélo avait été vendu. Il n’y avait aucun signe de moi, à l’exception de quelques photos dans la chambre et dans le bureau de mon père.

Quelques jours après mon retour, je suis allé à la même pizzeria que je fréquentais avant l’accident. Tous les jeunes ont été surpris de me voir. Ils ont demandé des autographes, et le propriétaire ne m’a pas fait payer. J’étais la même personne, mais quelque chose avait changé dans la façon dont tout le monde me regardait.

Avant l’accident, mon esprit était occupé avec mes études en administration des affaires, mais dès que je suis revenu je n’ai pas repris mes études. Notre entreprise familiale avait presque été détruite, puisque ma mère était responsable de la moitié du travail.

Quand vous êtes jeune, vous vous sentez immortel. Il n’y a rien que qui puisse vous modifier ou vous détruire. Grâce à notre expérience douloureuse, j’ai appris que la vie est étroitement liée à la mort. Ce sont les seules réalités de notre existence. Vous êtes né pour mourir un jour. Ce qui se passe sur la route, personne ne sait vraiment.

Il y a certaines choses sur lesquelles j’ai beaucoup réfléchi au fil des ans. Ma pensée a certainement été influencée par l’expérience des Andes. Je suis sûr que la même chose est vraie avec les autres survivants. Ces choses sont : FAMILLE, CONFIDENCE et AMITIÉ.

Tout au long des soixante-douze jours passés dans les montagnes, il n’y avait absolument rien à quoi nous pouvions nous rattacher. Tout avait perdu son sens. Il n’y avait pas d’avenir … il n’y avait pas d’espoir. Les études, le travail, les choses matérielles: rien n’avait une valeur quelconque.

Tout le monde connaissait la nécessité de l’affection familiale. Notre désir de se sentir en sécurité dans une famille, et notre besoin de sentir et de donner l’amour d’une famille était les seules choses qui nous aidaient. Alors maintenant, après avoir vécu une situation humaine où nos limites physiques et mentales ont été constamment dépassées, je suis venu à comprendre que LA FAMILLE est ce qui nous a permis de survivre

Nos vies honorent cela. Je suis extrêmement heureux de pouvoir mettre mes filles au lit tous les soirs. Cette prise de conscience ne m’a pas éloigné de mon travail dans la vie. Je suis le PDG de six entreprises, mais il n’y a pas de réunion d’affaires ou d’activité commerciale que je voudrais échanger pour les moments de bonheur que j’ai avec Véronique et mes enfants.

J’ai appris que les moments ne se répètent pas, mais la prochaine fois que je mourrai, je sais de quoi je me souviendrai : de mes affections et mon amour, pas de mes affaires, mes voitures, mes contrats, mes emprunts bancaires, mes revenus, mes emails et les aéroports.

L’expérience des Andes a également influencé ma CONFIANCE. J’ai été en mesure de prendre des décisions assez facilement dans de nombreux aspects de la vie et du travail en raison de quelque chose qui s’est passé dans ces montagnes.

Quand j’étais au sommet d’un pic de 18 000 pieds avec Roberto Canessa, en regardant le vaste paysage de pics enneigés qui nous entoure, nous savions que nous allions mourir.

Il n’y avait absolument aucun moyen de sortir.

Nous décidâmes alors comment nous allions mourir : nous marcherions vers le soleil et vers l’ouest. C’était mieux que de geler au sommet. Cette décision nous a pris moins de trente secondes. D’autres décisions prises plus tard dans la vie ne semblaient pas plus difficiles que de décider de ma propre mort.

J’ai acquis la confiance en moi, une tranquillité tranquille qui m’a donné une meilleure perception du monde autour de moi. Prendre des décisions est devenu plus facile parce que je savais que la pire chose qui pourrait arriver serait que je me trompais tout simplement. Comparé à ce que j’avais vécu, ce n’était rien.

Enfin, je suis venu à comprendre la valeur de l’AMITIÉ. Il était profondément émouvant de voir des jeunes garçons aider leurs amis de façon qu’ils n’auraient pas pu imaginer, même risquer et donner leur vie pour l’autre. L’amitié a été un facteur important dans notre capacité à survivre, et après notre retour, nous avons fait de notre amitié les uns avec les autres une priorité dans nos vies.

Parfois, je me demande pourquoi les gens ont besoin de vivre des situations extrêmes pour comprendre les vraies valeurs de la vie. Ces valeurs sont si claires et proches de nous, mais nous nous précipitons toujours à leur recherche des «choses importantes». La chaleur de l’étreinte de mes filles au moment où je les couche, ou la présence tranquille de ma femme Véronique près de moi – moments qui ne se répèteront pas – voilà les valeurs importantes et durables. »

Enregistrer

Laisser un commentaire