HOBB Robin ♦ Le peuple des rennes

le-peuple-des-rennesLa singularité de l’ouvrage vient, tout d’abord, du cadre et de l’époque choisis par l’auteur qui nous entraîne dans un monde préhistorique imaginaire mais parfaitement cohérent, où vivent tribus nomades et sédentaires possédant différents degrés d’évolution en fonction des régions.

C’est dans cet univers froid et dur qu’évoluent, à la suite d’un viol, une femme hors du commun, Tillu guérisseuse compétente et indépendante, et son fils, Kerleu, jeune garçon de dix ans atteint de ce que l’on pourrait qualifier aujourd’hui d’une forme d’autisme rendant son intégration au sein d’une tribu extrêmement difficile, voire impossible.

Dans la tribu dans laquelle Tillu s’est établie, seul Carp, un vieux chaman peu scrupuleux, voit en Kerleu un futur grand chaman qu’il voudrait éduquer moyennant une union avec la guérisseuse. Tillu ne voulant pas que son enfant devienne un apprenti chaman, s’enfuit avec lui pensant pouvoir échapper aux pouvoirs maléfiques du vieil homme. Vont alors commencer des jours d’errance jusqu’à ce que Tillu trouve un endroit où planter la tente. Un environnement préhistorique et hostile, des chasseurs, des conditions de vie difficile sont autant d’obstacles que Tillu doit appréhender.

Handicapée par son statut de femme célibataire et par l’étrangeté de son fils, la jeune femme se voit forcée de mener une existence faite d’errance et de solitude, quotidien brisé par sa rencontre avec une tribu accueillante et évoluée, celle du peuple des rennes. Sa fuite la conduit malgré elle près d’une tribu qui élève des rennes.Jusqu’au jour où elle aperçoit deux chasseurs dans le vallon. La chasse tourne mal, l’un deux est blessé. Comprenant vite que sans son aide, il risque de mourir, Tillu n’a d’autres choix que d’aller le sauver et de les héberger pour la nuit. Elle apprend qu’ils appartiennent à une tribu, installée non loin de là : le peuple des rennes.

Suite à l’accident de chasse, d’Heckram l’intègrera petit à petit avec son fils dans sa tribu qui a grand besoin d’une guérisseuse. Mais comme dans les tribus précédentes Kerleu inquiète, dérange. Il semble de plus en plus habité par des visions chamaniques. Carp fini par retrouver l’enfant et la femme qu’il convoite au grand damne de Tillu qui sent son enfant lui échapper. Des accidents gravissimes vont semer le doute dans l’esprit du peuple des rennes, l’enfant différent et la guérisseuse attirent selon eux la malédiction. Tillu sait que son enfant n’est en rien responsable et il lui faudra tout son amour et sa confiance pour braver le mépris et la haine des humains.

Personnages :

Tillu : Tillu est avec son fils Kerleu l’héroïne principale de cette série. Violée par un des pillards ayant décimé sa tribu, elle accouche neuf mois après d’un garçon, Kerleu, qui se démarque tout le temps des autres enfants par ses différences : peu social, ne prêtant attention à rien, habité d’étranges visions. Tillu n’a de cesse de le protéger des autres et d’essayer de l’élever du mieux qu’elle peut.

Kerleu : Fils unique de la guérisseuse Tillu, Kerleu ne semble s’intéresser à rien. Jusqu’au jour de sa rencontre avec le chaman Carp qui va lui révéler sa véritable nature de chaman.

Heckram : Chasseur et éleveur du peuple des rennes, il est le premier de cette tribu à rencontrer Tillu.

Lasse : Adolescent de la tribu du peuple des rennes, il est le meilleur ami d’Heckram.

Ella : Jeune femme de la tribu du peuple des rennes, ami d’enfance d’Heckram, elle l’épouse malgré la proposition de mariage reçu de Joboam, ami du maître des hardes.

Joboam : Ami de Capiam, le maître des hardes, le chef de la tribu du peuple des rennes, imbu de sa personne, habitué à tout diriger, il ne supporte pas le refus d’Ella de l’épouser. Il ambitionne également de prendre la place de Capiam.

Carp : Chaman de la tribu de Bénu, de laquelle Tillu s’est enfuie, il part à sa recherche dans le but de retrouver Kerleu afin de terminer sa formation de chaman.

Capiam : Il est le maître des hardes, chef de la tribu du peuple des rennes.

Kelta : Elle est la femme de Capiam, le maître des hardes.

Rolke : Fils de Capiam, il est imbu de sa personne et ne respecte rien ni personne.

Kari : Fille de Capiam, elle est la seule qui ose tenir tête à Joboam

Livre audio : – 12h45mn – Lu par :

  • Véronique Groux de Miéri :

veronique-groux-de-mieriArtiste interprète, c’est au Québec que Véronique Groux De Mieri débute son parcours professionnel en se produisant avec la compagnie de danse « 4 temps ».

De retour à Paris, elle poursuit ses études en danse, théâtre et chant, avec entre autres Diana Ringel, Ludwig Flashen, Haydee Alba. Elle collabore aux créations de diverses compagnies et formations, enseigne la danse, anime des groupes et traduit des ouvrages de développement personnel, puis se tourne vers une nouvelle forme d’expression de son tempérament artistique : la voix Off. Bilingue, elle a enregistré depuis 15 ans, dans de multiples styles et registres, un nombre considérable d’audioguides, documentaires, films d’animation et plus d’une centaine de livres audio. Avec sensibilité et talent, sa voix donne un corps vivant aux textes qu’elle interprète.

  • Yves Mugler : est né le 25 janvier 1963

Yves Mugler

Il a commencé à utiliser sa voix à la Radio en 1981, suivant les conseils de Jean-Luc Gallini (RMC) et Ann Sorel (France Inter) qui l’ont successivement formé aux techniques vocales. Il a travaillé pendant plusieurs années comme animateur-présentateur, avant de se consacrer à la réalisation de Voix-Off pour des programmes audiovisuels, des bandes annonces à la télévision, des doublages de films, des messages publicitaires…

En parallèle, passionné par l’interactivité vocale, il a aussi dirigé un programme national de recherches linguistiques en collaboration avec le Centre National des Etudes Téléphoniques (CNET), pour lequelil a produit les premiers « vocabulaires français de reconnaissance vocale».

En 1992, il a quitté Paris pour revenir vivre en Provence et c’est  à cette époque que les Editions VDB l’ont contacté pour interpréter le tout premier livre audio de leur production : « Disparue dans la nuit » de Yann Queffélec.

Jusqu’à présent il n’a jamais refusé d’interpréter un livre, même si parfois certains d’entre eux l’inspirent plus que d’autres. Son rôle d’interprète consiste avant toute chose à être le « porte-parole » d’un auteur, quel que soit son talent. Aussi, lorsqu’un ouvrage le tente moins, son travail de préparation devient plus conséquent en ce qui concerne le « domptage » du texte pour réussir à l’intégrer en dépit de ses aspirations ou de ses goûts personnels. Le but du jeu étant de devenir son plus fidèle représentant vis-à-vis de l’auditeur. Ce n’est pas facile, mais toujours très intéressant. Personnellement, il est plutôt attiré par des ouvrages portant sur la philosophie, mais en ce qui concerne les romans, il a une préférence pour les ouvrages qui sollicitent l’imaginaire et stimulent les émotions, dans lesquels l’auteur est suffisamment habile pour ne pas tout révéler, ne pas tout expliquer de façon systématique et ainsi lui laisser suffisamment de liberté pour lui permettre de compléter ce qui est évoqué avec sa propre vision des choses.

Outre l’interprétation de livres audio, il intervient pour la radio, la télévision et les applications multimédia dont le contenu nécessite l’intervention d’une voix. Il s’agit essentiellement de narrations et de commentaires, et il garde sa préférence pour tout ce qui touche à l’information, la formation, l’éducation.

En 1982, Jean-Luc Gallini quitte la direction de l’information sur RMC pour prendre la direction d’une nouvelle station de radio FM : RCVL. Il repère sa voix et insiste pour lui confier la réalisation et l’animation d’une émission quotidienne sur la tranche « jeunes » : ce sera Super-Extra-Cool. Ainsi, pendant plusieurs mois, Jean-Luc Gallini le forme en grand professionnel aux techniques vocales de la Radio et à leurs particularités, avec une précision et une efficacité redoutables. Période bénie pour la création radiophonique… Plus tard, Ann Sorel viendra compléter sa formation radiophonique par une approche pleine d’esprit et d’ouverture, en lui confiant la direction et la présentation des infos matinales sur Europe 2 Vaucluse.

Grâce à son bagage radiophonique, il s’oriente naturellement vers la production de contenus sonores dont se nourrissent les nombreuses stations FM (programmes courts, kits audio-presse, messages publicitaires et promotionnels…), mais aussi pour la Télévision (bandes annonces, doublages…) et se glisse dans le marché de la télématique. Il travaille depuis 1981 comme comédien voix off pour la Radio, la Télévision et les productions audio-visuelles qui nécessitent l’intervention d’une voix professionnelle en langue française. Il réalise ses prestations Voix Off en studio, à la demande d’une clientèle locale, nationale et internationale. Les séances d’enregistrement peuvent se dérouler dans le studio indépendant, mais aussi à distance depuis son Home studio ou dans les Studios de La Buissonne. Toutes ses prestations Voix Off sont payées en salaire, sous la forme d’un cachet « comédien, artiste-interprète, artiste dramatique », encadrées par un contrat de travail spécifique d’enregistrement, à durée déterminée.

Avec son timbre de voix baryton naturellement adapté à la narration et au commentaire, il a contribué au succès de plusieurs ouvrages de références en tant que voix hors-champ pour des documentaires, des reportages, des programmes audiovisuels, et comme interprète de nombreux livres audio. L’intelligence accordée au script et la prise en compte permanente de l’auditeur sont au cœur de son travail d’interprétation.

Il enseigne les techniques vocales pour les métiers du Speak et de la voix à l’image dans le cadre de formations professionnelles pour comédiens, animateurs, présentateurs, journalistes et reporters d’images, et de formation vocale vers un repositionnement individuel par la Voix.

L’auteur :

robin-hobbRobin Hobb, ou Megan Lindholm, de son vrai nom Margaret Astrid Lindholm Ogden, née le 5 mars 1952 à Berkeley en Californie est une écrivaine américaine de fantasy.

Elle a déménagé à Fairbanks, en Alaska avec sa famille dans le début des années 1960.

Elle a commencé à écrire sous le pseudonyme de Megan Lindholm pour des revues en 1971, ainsi que des ouvrages dont on commence à trouver des versions traduites en français. Elle a connu son plus grand succès avec la première trilogie de L’Assassin royal (The Farseer Trilogy) en 1995.

En 1970, à l’âge de 18 ans, elle a épousé Fred Ogden et a déménagé à l’île de Kodiak où il l’a initié rapidement à toutes les choses maritimes.

Elle a écrit pour des journaux locaux, ainsi que des magazines pour enfants tels que Faits saillants pour les enfants et Jack et Jill, ainsi que la création de court métrage de fiction pour les enfants à être utilisés dans le SRA programmé du matériel de lecture.

Entre 1983, année de publication de ses premiers textes, et le milieu des années 90, elle a donné le jour à une vingtaine de romans. Fantasy initiatique, fantasy médiévale, fantasy urbaine ou bien préhistorique, et même science-fiction, Margarett Astrid Lindholm Ogden (son nom complet) explore le vaste champ de l’imaginaire, dans des romans et des nouvelles dont les ventes restent modestes.

Malgré ces succès d’estime, Megan Lindholm reste une auteure relativement confidentielle, dont aucune œuvre ne semble vouloir sortir du lot.

Au milieu des années 90, elle publie les premiers tomes d’un nouveau cycle, « The Farseer Trilogy », cette fois-ci sous le nom de plume de Robin Hobb, à la demande de son éditeur qui souhaitait marquer une rupture entre les deux facettes de son œuvre.

Les trois volumes de cette saga, sortis respectivement en 1995 « Assassin’s apprentice », 1996 « Royal assassin » et 1997 « Assassin’s quest », propulsent Robin Hobb au sommet des ventes. En l’espace de quelques mois, elle sort de l’anonymat pour devenir l’un des auteurs les plus en vue de la fantasy américaine.

Elle a depuis publié d’autres cycles prenant place dans le même univers que « The Farseer Trilogy » qui ont rencontré le même succès (« Les Aventuriers de la mer », « Les Cités des anciens »). Elle est également l’auteur de la série « Le Soldat chamane ».

Elle figure désormais régulièrement sur les listes des best-sellers en France, aux États-Unis, en Angleterre et en Allemagne.

Elle est mariée à un pêcheur et mère de quatre enfants. Elle affectionne particulièrement les chiens. Cela a sans doute influencé l’attirance de Fitz (héros de L’Assassin royal) pour les canins. Elle a aussi passé une partie de son enfance en Alaska.

Certains auteurs écrivent sous différents pseudonymes afin de pouvoir écrire dans des genres différents. Les ouvrages signés Robin Hobb et Megan Lindholm s’inscrivent principalement dans le domaine du médiéval-fantastique. La distinction se fait par des approches différentes du genre.

 

Le Peuple des rennes

Ce diptyque, signé Megan Lindholm, est paru en anglais sous le nom de The Reindeer People.

  1 – Le Peuple des rennes (The Reindeer People) – 1988 – Sorti en France le 14 octobre 2004

  2 – Le frère du loup (The Wolf’s brother) – 1988 – Sorti en France le 21 avril 2005

Ce diptyque a été intégralement traduit par Maryvonne Ssossé.

Les deux volumes du diptyque du Peuple des rennes sont désormais regroupés en un tome : Le Peuple des rennes – L’Intégrale chez Le Pré aux clercs.

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire