Musso Valentin ♦ Une vraie famille

une-vraie-familleLes Vasseur, François et Mathilde, un couple de Parisiens quinquagénaires, ayant plus de trente ans de mariage et une fille qui vit à Londres, sont installés depuis plusieurs mois en Bretagne, près de Quimperlé.

Ils sont sauvages et reste assez évasifs sur leurs vies, leurs passés et leur fille Camille installée à Londres. Seul un voisin et la kiné de François sont les personnes qu’ils côtoient. Lui est professeur d’histoire médiévale à l’Université, elle, est galeriste à Paris, Ils semblent vivre en retrait dans leur résidence secondaire en Bretagne à la suite d’un drame personnel familial et un accident qui a endommagé sérieusement une des jambes de François, le professeur d’université.

Un jour, François va avoir un pneu crevé. Il va trouver un jeune homme sur le bord de la route qui se nomme Ludovic enfin qui semble se prénommer ainsi. C’est du moins le prénom qu’il a donné. Celui-ci les dépanne. Il propose alors ses services pour différents travaux dans la maison et le jardin. On ne sait pas d’où il vient. Il semble être un jeune homme simple et sans histoires.  Le couple l’embauche pour quelques travaux de jardinage et lui propose de le loger. Le mystérieux garçon sait rapidement se rendre indispensable et s’installe dans leur vie. Peu à peu, il semble se faire à cette vie avec une « famille » de substitution.

Originaire de Lille, vit dans sa camionnette. Il est assez taciturne et peu cultivé, mais il fait un excellent boulot dans le jardin du couple. Dans le bâtiment annexe de la longère des Vasseur, les travaux de l’appartement destiné à Camille sont restés en suspens. Entreprendre ce chantier paraît exciter Ludovic. Si Mathilde a été réticente au début, elle voit d’un bon œil qu’il se charge des travaux. Vu comme il pleut sans cesse à l’extérieur, plutôt que de loger dans sa camionnette, Ludovic est invité par le couple à s’installer dans l’appartement en rénovation. Quand François en parle à la kiné Laurence, elle lui recommande tout de même la prudence. Après tout, les Vasseur savent bien peu de chose sur ce jeune bricoleur, aussi compétent soit-il.

François a l’impression que le chantier a un peu ralenti depuis que Ludovic y habite. De menus incidents se produisent. Le plus troublant, c’est le vol d’un livre rare appartenant à François, que le jeune homme va discrètement restituer, faute d’avoir pu le vendre. Quand il fait des recherches sur Internet, François s’aperçoit que Ludovic se nomme en réalité Bryan Lefebvre, natif de Douai. Il a été impliqué dans une affaire de viol collectif : même s’il n’était pas coupable, c’est lui qui entraîna la jeune Mélanie lors d’une soirée de fête.

Quand les Vasseur commencent à se poser des questions et à regretter de lui avoir ouvert leur porte, il est déjà trop tard. Leur petite vie tranquille va très vite basculer dans un cauchemar sans nom. Car la véritable menace qui pèse sur leur maison n’est pas du tout celle qu’ils croyaient.

L’auteur :

Valentin MussoValentin Musso est né le 19 août 1977. Il a effectué ses études secondaires au lycée Masséna à Nice.

Frère du romancier Guillaume Musso et fils d’une bibliothécaire, il a baigné dans le monde des livres dès son enfance. A son adolescence, il découvre le roman noir américain. C’est également à cette époque que le goût pour l’écriture lui est venu. Il s’est orienté vers les romans de Stephen King au lieu de la littérature classique. Il enseigne actuellement les langues anciennes et la littérature à Antibes, dans les Alpes-Maritimes.

Valentin Musso a publié son premier roman « La ronde des innocents » qui a remporté le « Prix littéraire au sommet de La Clusaz 2010 », le 6 mai 2010, en collaboration avec les Editions des Nouveaux Auteurs.

Son premier roman est un thriller se présentant sous forme d’une double enquête, qui va aboutir à la révélation de terribles manipulations. Ce livre raconte l’histoire de Vincent Nimier qui a cru tout savoir sur la vie de son frère Raphaël jusqu’au jour où ce dernier a été découvert mort.

Fort de son succès, il a publié « Les cendres froides » le 5 mai 2011 avec la même société d’éditions que sa première œuvre. Ce roman relate les recherches effectuées par un commissaire des brigades mobiles et un spécialiste des pathologies mentales pour démasquer celui qui est nommé l’ogre ou le tueur de Nice. Ce dernier pratique un rituel inspiré des récits de l’Antiquité sur la descente en enfer pour mettre fin à la vie de ses proies. Le 4 octobre dernier, il a mis en vente « Le murmure de l’ogre » avec le concours de l’édition « Seuil ».

Laisser un commentaire