Harstad Donald ♦ Onze jours

Onze joursLe thème du livre : un massacre accompli dans une ferme de l’Amérique dite profonde. Des gens qui vivaient différemment, qui se livraient peut-être à des rituels sataniques.

C’est le shérif Carl Houseman qui nous raconte ces onze jours, le temps qu’a duré cette enquête liée au satanisme, avant de connaître son dénouement. L’utilisation des codes de police nous donne un aperçu des procédures policières et nous plonge encore un peu plus au cœur de l’action.

Onze jours, premier roman de Donald Harstad, est un polar sanglant et efficace.

Un appel anonyme, une voix de femme, conduisent le shérif Carl Houseman et son unité dans une ferme isolée, à quelques kilomètres de leur petite ville du cœur de l’Iowa, en plein mois de mai.

Là, les attend un spectacle effrayant : un corps atrocement mutilé, victime de ce qui semble être un meurtre rituel. Quelques heures plus tard, c’est à nouveau l’horreur : d’autres cadavres dans le même état, sont découverts dans une ferme voisine. Commence alors pour Carl Houseman une enquête qui va durer onze jours.

Carl Houseman : numéro 3 de la police de Maitland. Toujours sur la route, verglacée ou défoncée, du comté. Racontant ses péripéties d’un ton sec, façon rapport de flic, structuré et clair.  C’est un homme tout ce qu’il y a de plus ordinaire. La cinquantaine, marié, une grande fille, il a l’habitude des cambriolages, des personnes surprises en état d’ébriété, ou en possession d’une petite quantité de drogue. Il ne s’attend certainement pas à se retrouver avec un tueur sataniste dans son secteur, un tueur tout prêt à recommencer.

Nous sommes dans le Middle-West, et les extrémistes de tout poil y ont depuis longtemps trouvé refuge : le lieu rêvé pour organiser de petits attentats, des meetings, des escroqueries bancaires, des stages commando dans les collines. Et ils savent, désormais, utiliser le dernier cri de la technique : Internet est si pratique pour communiquer ! C’est le tournant d’un monde pour le shérif. Il va falloir qu’il s’adapte. Vite !

Sitôt qu’il arrive une affaire bizarre dans ce trou perdu de comté de Nation, débarquent les fédéraux. Ils y imaginent des interventions étrangères, des complots… Pourtant, la solution vient de la connaissance du terrain. Un domaine où le shérif Carl Houseman est expert.

Epaulé d’une jeune femme du département des homicides, et d’un flic de choc venu de New York, il doit répondre à des questions plus troublantes les unes que les autres. Est-ce réellement un culte sataniste qui est à l’origine de ces meurtres ? Est-il possible que les habitants de cette petite communauté, ses amis, ses proches, renferment de si noirs secrets?

Donald Harstad, policier dans l’Iowa depuis plus de vingt-cinq ans, s’inspire d’une enquête qu’il a réellement menée pour nous conter cette terrible histoire. Sa connaissance du terrain et des méthodes d’investigation donnent à ce livre, fourmillant de détails sur les procédures policières et la vie quotidienne de la police américaine, un aspect brut et quasi documentaire qui le rend plus terrifiant encore.

Vérifiant l’adage selon laquelle « la réalité dépasse la fiction », on découvrira dans ce voyage au bout de l’horreur que les habitants des campagnes reculées américaines n’ont rien à envier à ceux des mégapoles urbaines en matière de secrets, de déviances et de perversités.

Le début du roman est difficile, même un peu cru. Mais ensuite, tu y prends goût. Tu suis le shérif adjoint, ses coéquipiers, l’aide extérieure du FBI (les bouseux de l’Iowa n’ayant pas l’habitude d’affronter des sectes sataniques) avec tous les codes du métier. Tu es au cœur du système local, avec ses manques de moyens, son amateurisme, ses limites… et ses habitants étranges.

Quel est vraiment le pire, dans cette enquête ? Imaginer qu’un groupe de citoyens ordinaires soient capables de sacrifier un nouveau-né ? Penser qu’un homme, apparemment bien intégré dans la société, s’est transformé en tueur sanguinaire ? Ou, plus simplement, constater la facilité avec laquelle certains dérapent, adhèrent à des croyances les affranchissant de toutes les règles avec lesquelles ils vivaient jusqu’à présent ? Entrer dans une secte paraît incroyablement facile, et ce ne sont pas seulement des personnes vulnérables qui sont attirés par elles, non, ce sont, encore une fois, des personnes ordinaires, qui paraissent avoir réussi dans la vie – sans réussir cependant leur vie.

L’auteur :

Donald HarstadDonald Harstad, né le 14 juin 1946 à Los Angeles, en Californie (États-Unis),, est un écrivain américain de roman policier qui vit à Elkader, dans l’Iowa. Il est surtout connu en France pour ses récits qui mettent en avant les enquêtes du shérif Carl Houseman dans le comté rural fictif de Nation, dans l’Iowa.

Donald Harstad a vécu à Elkader, Iowa, dès l’âge de cinq ans. Après deux années d’études universitaires et un service national au Viêt Nam, il travaille pendant cinq ans sur les plateaux de tournage à Hollywood. Il aurait aussi travaillé au service du courrier de CBS.

En 1970, il retourne à Elkader où sa femme Mary commence une carrière d’enseignante.

À partir de 1973, il s’engage dans les services de police du comté de Clayton de Clayton County, Iowa, où il sert d’abord comme agent de patrouille, puis inspecteur et enfin adjoint au shérif.

S’ennuyant durant ses 11 jours de vacances après 19 années en tant que sheriff, il décide d’écrire un roman « Onze jours ». Il fût publié près de 5 ans après l’avoir terminé. Il prend sa retraite en 1996 après une première crise cardiaque. Le succès de ce roman lui a permis de se tourner vers une carrière d’écrivain après avoir été policier dans l’Iowa durant 26 ans.

Le style de Donald Harstad est souvent décrit comme sec, réaliste, proche du documentaire. Il accorde ainsi beaucoup d’importance à la description de la procédure policière: appels par la radio et notamment les codes chiffrés utilisés par les policiers pour gagner du temps, rédaction des rapports, rapports hiérarchiques, droits du citoyen à respecter.

 

Œuvre :

Romans

Série Carl Houseman

  • Eleven Days (1998)

Publié en français sous le titre Onze jours, traduit de l’américain par Serge Halff, 2004 – réédition, 2005

  • The Known Dead (1999)

Publié en français sous le titre Code 10, traduit de l’américain par Gilles Morris-Dumoulin 2005 – réédition 2006

  • The Big Thaw (2000)

Publié en français sous le titre -30°, traduit de l’américain par Gilles Morris-Dumoulin 2006 -réédition 2007

  • Code 61 (2002)

Publié en français sous le titre 5 octobre, 23h33, traduit de l’américain par Gilles Morris-Dumoulin, 2007 – réédition 2008

  • A Long December (2003)

Publié en français sous le titre Quatre jours avant Noël, traduit de l’américain par Gilles Morris-Dumoulin 2008 ; réédition 2009

  • November Rain (2009)

Publié en français sous le titre Six heures plus tard, traduit de l’américain par Gilles Morris-Dumoulin, 2009 – réédition 2010

Autre roman

  • Three Octobers (2006)

Enregistrer

Laisser un commentaire