Gaudé Laurent ♦ Le soleil des Scorta

Le soleil des ScortaL’auteur décrit la destinée particulière des Scorta, clan bâtard du fin fond de l’Italie du XXème siècle.

Luciano Mascalzone est de retour après de nombreuses années d’exil, bien décidé à prendre, de force s’il le faut, ce qu’il estime lui revenir de droit !

Parce qu’un viol a fondé leur lignée, les Scorta sont nés dans l’opprobre. A Montepuccio, leur petit village au cœur des Pouilles d’Italie du sud brûlé par un soleil de plomb considéré comme le plus grand tueur en série de la région, ils vivent pauvrement, et ne mourront pas riches. Mais ils ont fait vœu de se transmettre, de génération en génération, le peu que la vie leur laisserait en héritage. Et en dehors du modeste bureau de tabac familial, créé avec ce qu’ils appellent “l’argent de New York”, leur richesse est aussi immatérielle qu’une expérience, un souvenir, une parcelle de sagesse, une étincelle de joie. Ou encore un secret. Comme celui que la vieille Carmela – dont la voix se noue ici à la chronique objective des événements – confie à son contemporain, l’ancien curé de Montepuccio, par crainte que les mots ne viennent très vite à lui manquer.

Trois générations de Scorta confessées par la matriarche Carmela, au curé de son village, avant de pousser son dernier soupir.

Un magistral récit sur l’héritage, la filiation, l’appartenance viscérale à une terre aride n’offrant que misère et tourment et ce, malgré tous les efforts pour s’en émanciper. Cette famille marquée par ses origines liées au banditisme, à la rapine, à la contrebande, à des antécédents très douteux va décider de s’installer dans ce petit village d’Italie et d’y rester pour y faire régner sa propre loi, malgré des conditions de vie parfois dures et misérables.

Roman solaire, profondément humaniste, le livre de Laurent Gaudé, Prix Goncourt 2004, met en scène, de 1870 à nos jours, l’existence de cette famille des Pouilles à laquelle chaque génération, chaque individualité, tente d’apporter, au gré de son propre destin, la fierté d’être un Scorta, et la révélation d’un bonheur.

Par l’entremise de cette contrée, de cette Montepuccio et de ces familles que l’auteur semble si bien connaître, il nous délivre de fortes réflexions sur la mort, le sens de la famille et l’importance de la transmission entre les générations.

Le massif du Gargano dans les Pouilles, qui constitue le décor rude et aride du roman, et en particulier les villes de Monte Sant’Angelo et surtout de Peschici, où réside une partie de l’année Laurent Gaudé et dont sa femme est originaire, ont servi de source d’inspiration à l’auteur pour décrire la vie quotidienne d’un petit village du sud de l’Italie.

Il est clair que Laurent Gaudé a voulu rendre hommage au pays de son épouse, un pays qu’elle s’est plu à lui faire découvrir au-delà des paysages, par une confrontation intime avec sa population, tout en authenticité.

L’auteur :

Laurent GaudéLaurent Gaudé, né le 6 juillet 1972 dans le 14ème arrondissement de Paris, est un écrivain français ayant obtenu le prix Goncourt des lycéens et le prix des libraires avec La Mort du roi Tsongor en 2002.

Et en 2004, il est lauréat du prix Goncourt pour son roman Le Soleil des Scorta, roman traduit dans 34 pays.

Une fois son bac en poche, il se décide à suivre des études littéraires de lettres modernes, jusqu’à la préparation d’une thèse en études théâtrales. Il demandera d’ailleurs que son sujet soit soumis à la direction de l’auteur et metteur en scène dramatique Jean-Pierre Sarrazac.

Après une Maîtrise de lettres à l’Université Paris III, pour laquelle il a soutenu un mémoire intitulé Le thème du combat dans la dramaturgie contemporaine française, sous la direction de Michel Corvin (1994), puis un DEA à la même université, pour lequel il a soutenu un mémoire intitulé Le conflit dans le théâtre contemporain, sous la direction de Jean-Pierre Sarrazac (1998), Laurent Gaudé écrit pour la scène (1999). Passionné par le théâtre, Laurent Gaudé se décide à vivre de sa plume.

C’est à l’âge de vingt-cinq ans, en 1997, qu’il publie sa première pièce, Onysos le furieux, à Théâtre Ouvert. Ce premier texte sera monté en 2000 au Théâtre national de Strasbourg dans une mise en scène de Yannis Kokkos. Il s’agit d’un monologue épique, écrit en seulement 10 jours au printemps 1996.

En 1999, ses efforts se révèlent payants avec la publication de sa pièce, Combats de possédés, parue aux éditions Actes sud à qui il est toujours resté fidèle depuis. Elle sera jouée en Allemagne et lue au Royal National Théâtre de Londres. Tout s’enchaîne alors très vite pour ce jeune auteur : sa pièce, traduite en allemand, est jouée à Essen dans une mise en scène de Jürgen Bosse.

Devant le succès grandissant de son auteur, Actes sud édite en 2001 deux ouvrages de Laurent Gaudé : sa troisième pièce, Pluies de cendres, créée en mars au studio de la Comédie Française, et son premier roman, Cris, dont l’action se déroule dans les tranchées de la Première Guerre mondiale.

En 2002, parution de deux nouvelles pièces : Cendres sur les mains et Le Tigre bleu de l’Euphrate.

En 2002, Laurent Gaudé revient un temps au roman avec La Mort du roi Tsongor, son deuxième roman, qui lui vaut d’être cité pour le prix Goncourt et surtout d’être récompensé par le prix Goncourt des lycéens et le prix des libraires. Ce roman sera traduit dans 34 pays.

Deux ans plus tard, en 2004, il remporte le prix Goncourt ainsi que le prix du jury Jean-Giono avec son roman Le Soleil des Scorta qui sera également un succès de librairie (80 000 exemplaires vendus entre la parution du roman et l’attribution du prix Goncourt en 2004).

Romancier et dramaturge, Laurent Gaudé est aussi auteur de nouvelles, d’un beau livre avec le photographe Oan Kim, d’un album pour enfants, de scénario. Il s’essaie à toutes ces formes pour le plaisir d’explorer sans cesse le vaste territoire de l’imaginaire et de l’écriture.

Travaillant à Paris, marié à une femme d’origine italienne, Laurent Gaudé prépare alors Le Soleil des Scorta, publié lors de la rentrée littéraire 2004. Ce roman épique, qui raconte la lignée familiale souvent malheureuse des Scorta, remporte le prix Goncourt en 2004. C’est la première fois que l’éditeur Actes sud remporte ce prestigieux prix ; le livre, quant à lui, a déjà reçu un excellent accueil public : il s’était déjà vendu à 80 000 exemplaires avant que le verdict du Goncourt ne soit rendu.

Il est le frère du journaliste Ivan Gaudé (Joystick, Canard PC). Il est le père de deux enfants.

En juin 2015, le vendredi 19 juin, un extrait d’une de ses œuvres, Le Tigre bleu de l’Euphrate (2002), fait l’objet d’un travail de commentaire pour l’épreuve anticipée de français du baccalauréat des filières S et ES. Cette même génération de lycéens avait déjà eu l’occasion d’étudier un extrait de son roman Le Soleil des Scorta (2004) lors de l’épreuve de français du diplôme national du brevet 2013.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire