Olmi Véronique ♦ Nous étions faits pour être heureux

Nous étions fait pour vivre heureuxBien dans sa tête, dans sa vie, dans son couple, Suzanne est une accordeuse de piano d’une quarantaine d’années. Elle vit dans une douce quiétude avec Antoine, son mari, ouvrier dans un garage. C’est elle qui assure la stabilité du ménage.

Elle regarde les matches de foot afin qu’il puisse en parler avec les collègues de travail à la pause-café sinon, il n’a rien à partager avec eux…

Serge, quant à lui, dirige une agence immobilière. Il a 60 ans, il a ce dont rêvent les hommes : une belle carrière, une grande maison à Montmartre, une épouse Lucie, somptueuse et parfaite de 30 ans sa cadette, et deux beaux enfants, Théo 7 ans et Chloé 3 ans.

Quand ces deux-là se croisent pour la première fois, ils ne savent pas encore qu’ils se reverront, s’aimeront, s’ouvriront leurs cœurs et que leurs vies en seront bouleversées

Suzanne doit venir plusieurs fois accorder le piano et Serge finit par la voir et il se sent attiré irrésistiblement vers elle. Il va la suivre chez elle et faire l’amour avec elle car c’est vital pour lui et elle le laisse entrer dans sa vie sans bien comprendre ce qu’il veut vraiment.

Pourquoi soudain recherche-t-il Suzanne qui n’est ni jeune, ni belle, et apparemment ordinaire ?

C’est pourtant dans les bras de cette femme entière et vivante, loin de sa vie trop parfaite, dont il semble toujours être plus spectateur qu’acteur, qu’il va enfin sortir de son silence, livrer ses secrets, raconter ses blessures : son père violent tyrannique, les coups qui pleuvent, une scène importante à laquelle il assiste et qui va le perturber toute sa vie, le terrible remord qui le tenaille depuis le décès de sa mère dans des conditions tragiques et lui confier un secret d’enfance dont il n’a jamais parlé et qui a changé le cours de sa vie.

C’est grâce à ses questions, à son insistance et, sans doute, à la compréhension qu’il sait pouvoir espérer d’elle, que Serge va s’ouvrir et raconter tout ce qu’il a toujours caché, pour oublier un peu et par peur d’être rejeté surtout.

Pour évoquer la passion naissante, les vérités enfouies et coupables, l’auteur de « Bord de mer », « Le Premier amour » et « Cet été-là », décline avec subtilité, en musique douce, juste et fatale, ces moments clefs où les vies basculent et cherchent désespérément la note juste.

L’auteur :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Véronique Olmi est un écrivain français, née en 1962 à Nice. Elle est la petite-fille de Philippe Olmi, ministre de l’Agriculture, député des Alpes-Maritimes et maire de Villefranche-sur-Mer durant 20 ans.

Après avoir suivi des études d’art dramatique chez Jean-Laurent Cochet, Véronique Olmi a été assistante à la mise en scène pour Gabriel Garran et Jean-Louis Bourdon de 1990 à 1993, puis comédienne et dramaturge en 1996.

Auteur pour le théâtre, elle a également publié, en 2001, chez Actes Sud, son premier roman, Bord de Mer qui a reçu le prix Alain Fournier.

Son roman Cet été-là a reçu en 2011 le Prix des Maisons de la Presse.

Elle bénéficie d’une reconnaissance internationale : ses ouvrages sont traduits en vingt langues et ses pièces sont jouées autant en France qu’à l’étranger.

Metteurs en scène et comédiens prestigieux ont mis en scène et joué ses pièces :

– En 1998, Le Passage est créé à Lausanne et Chaos debout au Festival d’Avignon, dans des mises en scène de Brigitte Jacques Wajeman et Jacques Lassalle, les deux pièces seront reprises au théâtre des Abbesses.

– Point à la ligne est créée à la Comédie Française (Vieux Colombier) par Philippe Adrien. Mathilde est créée au théâtre du Rond-point (salle Renaud Barrault) avec Pierre Arditi et Ariane Ascaride, dans une mise en scène de Didier Long.

– Je nous aime beaucoup est créée au Petit Théâtre de Paris dans une mise en scène de Josée Paul.

– Une Séparation est créée au théâtre des Mathurins, dans une mise en scène de Jean-Philippe Puymartin et Anne Rotenberg.

En 2000, sa pièce « Le Jardin des Apparences » a deux nominations aux Molières, dont celle pour le meilleur auteur.

Dramaturge, comédienne, novelliste et romancière, Véronique Olmi crée tantôt dans un genre tantôt dans l’autre.

Elle est la directrice artistique du Festival de théâtre : « Le Paris des Femmes » au théâtre des Mathurins.

Elle a créé et dirigé pendant trois ans le comité de lecture du théâtre du Rond-Point, (direction Jean-Michel Ribes)

À la demande de Laure Adler, elle a produit et animé une émission sur France Culture : « C’est entendu ! ».

Elle a signé en 2007 pour le Figaro Madame un reportage : « Les Amazones de Tsahal ».

Elle a participé, en tant que chroniqueuse, à plusieurs numéros du magazine télévisé Avant-premières, produit par Rachel Kahn.

En tant que directrice artistique, elle a lancé en janvier 2012, la première édition du festival d’auteures théâtrales Le Paris des femmes au Théâtre des Mathurins

Nous étions faits pour être heureux est son dixième roman.

Laisser un commentaire