Hudson Kerry ♦ Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman

Tony Hogan m'a payé un ice-creamAccueillie dans ce monde par une flopée d’injures, la petite Janie Ryan est vite projetée au milieu de cris, de fumées de cigarettes, de vapeurs d’alcool, mais aussi de beaucoup d’amour.

Dans une langue saisissante et originale, elle remonte à ses premiers jours pour nous raconter sa jeunesse écossaise, de centres d’accueil en HLM minables et autres  « beds and breakfasts » douteux… Alcool, drogue, fins de mois difficiles et beaux-pères de passage : rien ne lui est épargné. Mais, toujours prête à en découdre, Janie se débat, portée par un humour féroce et la rage de se construire une vie correspondant à ses attentes.

C’est l’histoire de Janie Ryan, petite fille très lucide, au tempérament impulsif, vulgaire et comique, sans aucun doute la copie conforme de sa mère, d’un scepticisme latent vers une liberté plus éclairée, de son enfance illuminée de faux espoirs, de son adolescence bouillonnante d’incompréhension et de conflits passionnés avec sa mère.

C’est dans un décor noir et dans une atmosphère de précarité profonde que cette fille se trouve brinqueballée. Elle déménage d’appartements miteux et insalubres, à des chambres d’hôtes rudimentaires et à des HLM pourris.

Avec le temps, Janie passera de l’enfant fidèle au cœur gros comme ça, prête à donner tout l’amour à sa mère en toutes circonstances, faisant l’impasse sur les promesses d’un monde meilleur, capable de donner sans retour, à l’adolescente révoltée, désabusée, perdue, en conflit permanent avec le monde qui l’entoure où elle se cherche une place alors que sa mère s’enfonce dans l’absence, totalement déprimée.

Janie trouve une échappatoire dans les sorties, les beuveries, les premières expériences sexuelles et les risques que cela comporte. Elle est pointée comme une pute, une freak (= monstre humain, hippie, marginal), devenue l’objet de railleries mesquines, de provocations et d’humiliations répétées (dans l’actualité cela rappelle le suicide d’adolescentes victimes de tels comportements injustes et inacceptables).

Elle doit partir. Elle le voudrait, mais il lui faut couper le cordon maternel. Seulement alors, elle pourra s’aventurer dans son univers dont elle ne sait pas de quoi il sera fait, mais dont elle est certaine qu’il sera hors de l’Écosse (Aberdeen), hors des cités difficiles anglaises, et que cela commencera à Londres.

L’auteur :

Kerry HudsonKerry Hudson est née à Aberdeen (Écosse – Royaume Uni)  en 1980. Elle a grandi dans une succession de quartiers HLM, de B & B et des parcs de caravanes.

Son premier roman, « Tony Hogan m’a payé un ice-cream avant de me piquer maman » a été lauréat du premier Prix du livre écossais et a été sélectionné pour le Southbank Prix Sky Arts Littérature, gardien Premier Prix du livre, Prix Green Carnation, Club First de l’auteur Prix ​​roman et le Premier Prix du livre Polari.

Le deuxième roman de Kerry, « La couleur de l’eau », a été développé avec le soutien de la Loterie Nationale grâce à une subvention du Conseil des Arts d’Angleterre et sera publié par Chatto & Windus en 2014.

Kerry a écrit pour Grazia, Guardian Review et VOUS Magazine et enseigne à l’Académie nationale de l’écriture, Arvon et Norwich Centre des écrivains aussi. Elle vit et écrit à Hackney.

Elle vit aujourd’hui (novembre 2015) à Berlin. Elle obtient le prix Femina étranger en 2015 pour La Couleur de l’eau (Thirst).

Laisser un commentaire