Ingelman-Sundberg Catharina ♦ Comment braquer une banque sans perdre son dentier

Comment braquer une banqueMärtha, Stina, Anna-Greta, le Génie et le Râteau ont 80 ans et dépérissent dans une maison de retraite de Stockholm. Ils pensent, après avoir regardé un reportage sur les prisons suédoises, qu’on y est mieux traité que dans les maisons de retraite!

Aussi, nos cinq octogénaires vont-ils se faire la malle afin de commettre un hold-up et aller en prison où, pensent-ils, ils seront mieux que dans leur maison de retraite « Le Diamant » où la nourriture est infecte, où ils doivent être au lit à 20 heures, où ils n’ont pas le droit de faire du sport ni de sortir… Et quand la direction de la résidence décide de réduire le budget « décorations de Noël », la coupe est pleine. Ils ne resteront pas une minute de plus dans ce mouroir.

Évidemment, rien ne se passe comme prévu et de coffres forts vidés en vol de tableaux, nos cinq sympathiques vieillards vont vivre des émotions fortes.

Leur premier casse fera date et se portera sur des toiles maîtresses des collections du musée de Stockholm. Et bien sûr, ils finiront en prison. Le cerveau de la bande, Martha, y relativisera le confort de la situation de détenu. Mais le pli est pris, les retraités ont pris goût au frisson du casse. Ils projettent d’en commettre d’autres, de faire prospérer leur butin afin d’améliorer le statut des personnes âgées en maison de retraite auquel ils destinent le produit de leurs méfaits.

L’auteure joue bel et bien la carte de l’humour (avec tout de même un soupçon de suspense) en nous invitant à suivre le périple improbable de nos papys et mamies qui vont découvrir que devenir un criminel est plus difficile qu’il n’y paraît. Et l’humour est bel et bien au rendez-vous.

Elle soigne ses personnages. Nos petits vieux ont chacun une personnalité bien affirmée, avec des forces mais aussi quelques faiblesses (ils n’ont plus 20 ans). Ils sont la parfaite illustration de l’adage « l’union fait la force ». Ensemble rien ne peut leur résister, mais seuls ils redeviennent de frêles vieillards (ou presque). Elle réussit à aborder un sujet épineux (voire douloureux) avec humour et intelligence.

« Une comédie policière joliment troussée. L’auteur dépeint des scènes cocasses, tout en pointant du doigt la place des personnes âgées dans notre société. »  Michel Primault,  Femme actuelle

L’auteur :

Catharina Ingelman-SundbergCatharina Ingelman-Sundberg, née en 1948, est une écrivaine suédoise très populaire et une archéologue sous-marine qui a participé à plusieurs explorations à la recherche notamment de drakkars ensevelis. A l’Université, elle a étudié l’histoire, histoire de l’art, de l’archéologie et de l’ethnologie, et a travaillé au Musée maritime de Stockholm et au Musée maritime norvégien à Oslo.

Catharina Ingelman-Sundberg a travaillé au Musée Australie occidentale à Perth, en Australie, où elle a dirigé la fouille du Indiaman Zeewijk néerlandaise (1727) et a participé au sauvetage du Néerlandais Indiaman Batavia.

Elle était soit membre, soit dirigeante d’expéditions dans plusieurs parties du monde, souvent comme une pionnière sur les sites d’épaves. Elle a aidé à développer des méthodes de récupération et la préservation des artefacts: révéler des secrets historiques à travers les découvertes de la porcelaine délicate, argent, canon lourd, bois massifs fascinaient Catharina .

En 1991, elle a reçu la fondation Anders Franzén pour ses efforts archéologiques nationaux et internationaux.

Après avoir satisfait son intérêt pour l’archéologie marine, il était temps pour elle de changer de profession. Elle a rejoint l’école de journalisme à Göteborg, en essayant la radio et la télévision.

Son livre « La bataille contre les Breakers » a été publié en 1991 et est à sa quatrième réimpression, après avoir vendu 60 000 exemplaires.

Elle a fait de la plongée à Birka, première ville des Vikings de Suède, et la découverte d’un système de défense de l’ère Viking, a donné lieu à la première de la fiction historique de la trilogie « Viking » décrivant l’histoire et le mode de vie des Vikings, qui a été vendue à plus de 90 000 exemplaires et est toujours à vendre. Des traductions en anglais sont en cours.

En 1999, elle a reçu le prix Lars Widdings comme écrivain suédois de romans historiques et l’histoire populaire de cette année.

Elle a écrit de nombreux romans historiques pour lesquels elle a été primée, avec des ventes totales de plus de un million à son crédit.

Elle a produit 18 livres dans plusieurs genres, y compris la science populaire, bande dessinée et pour enfants. Elle est peut-être mieux connue et aimée cependant pour ses romans de fiction historiques de la période Viking.

Elle partage son temps entre la rédaction de romans et de papiers pour un grand quotidien suédois, le « Svenska Dagbladet ».

Catharina travaille déjà sur un nouveau contrat de livre. Situé au Moyen-Age, il a lieu à Stockholm, en Suède. Il est un suivi du livre « Brännmarkt » basé sur l’histoire vraie de l’assassinat Käpplinge, au moment où les Suédois, les Allemands et les pirates se battaient pour le pouvoir en Scandinavie. Il est dans la ligne de la trilogie Viking: un roman d’amour et d’aventure dans le style de la fiction historique.

Elle est la fille d’Axel Ingelman-Sundberg et Miriam Furuhjelm et sœur de Magnus Ingelman-Sundberg.

Laisser un commentaire