Penny Louise ♦ En plein coeur

En plein coeur« En plein cœur » débute en automne, au Québec, alors qu’on découvre le cadavre d’une villageoise adorée de tous, un dimanche d’Action de grâce. L’inspecteur-chef Armand Gamache, qui dirige l’escouade des homicides de la Sûreté du Québec, est chargé de l’enquête avec son adjoint.

Ils arrivent tous les deux, accompagnés d’une curieuse agente, Yvette Nichol, dans le petit village Three Pines sympathique et rural au sud de Montréal, juste au nord de la frontière américaine où on vient de retrouver Melle Jane Neal, âgée de 76 ans, enseignante à la retraite que tout le monde aimait, morte d’une pointe de flèche « En plein cœur », en ce dimanche matin de « l’Action de Grâce ». Ben Hadley est le témoin qui a trouvé le corps. Il est très marqué, car Jane Neal était une amie de sa mère, Timmer Hadley, décédée de maladie voilà quelques semaines. Ce meurtre est déroutant. Qui voudrait voir morte une vieille dame aussi gentille qui a vu grandir tous les enfants du village et qui dirigeait l’association des femmes de l’église anglicane? L’ancienne enseignante ne semblait pas compter d’ennemis.

Les habitants sont certains que c’est un accident de chasse et rien de plus tragique, mais Gamache pressent quelque chose de plus grave dans ces bois à distance, et est bientôt certain que Jane Neal est morte des mains de quelqu’un beaucoup plus sinistre qu’un chasseur tireur à l’arc négligent.

À Three Pines, il y a un club de tir à l’arc, dont le siège se situe dans l’ancienne école du village. Curieuse coïncidence, peut-être. Mais ici, beaucoup de gens pratiquent la chasse à l’arc, avec du matériel plus ou moins récent. Ayant réuni la population, Armand Gamache ne tarde pas à le vérifier.

Il est beaucoup question d’art et de peinture, les meilleurs amis de Jane ayant été Clara et Peter, qui essayent de vivre de leurs peintures. Si Peter Morrow est reconnu, il peint peu et Clara son épouse n’a pas acquis encore de notoriété. Clara est sans doute la plus choquée parmi les habitants. Elle partageait avec Jane Neal une amitié telle mère et fille. Son mari a des difficultés à la réconforter. Jane peignait elle-aussi, sans en avoir dit un mot de toute sa vie; elle représentait la vie du village et ses habitants et c’est dans « Jour de Foire » son dernier tableau que se trouve la solution de l’énigme de sa mort …

Le mystère s’épaissit à mesure que l’on met au jour des œuvres d’art que la victime a longtemps gardées secrètes. Rustiques, primitives et troublantes, ces peintures touchent différemment tous ceux qui les voient.

Le meurtrier est-il dissimulé dans le tableau? Son mobile l’est-il également? Est-ce un pur hasard si la victime avait décidé, quelques jours avant le meurtre, d’exposer son œuvre pour la première fois?

Il y a aussi Ruth Zardo, la terrible poétesse réputée; Olivier Brûlé et son compagnon Gabriel qui tiennent le bistro local qui sont peinés, mais ne le montrent pas; Ben Hadley, le meilleur ami de Peter, dont la mère vient de mourir; et Myrna, l’ancienne psy de Montréal devenue libraire qui est la seule noire de Three Pines.

Armand Gamache rencontre l’héritière de Jane Neal, la fière Yolande, sa nièce et agent immobilier. Pas de tendresse à attendre de cette femme, qui interdit à la police de pénétrer chez sa tante. Du vivant de celle-ci, personne n’entrait chez elle, d’ailleurs. Sans être vraiment à suspecter, le mari et le fils de Yolande sont connus pour leurs actes délictueux.

À mesure que l’inspecteur-chef Gamache approfondit son enquête, il découvre de sombres secrets enfouis et déterre d’affreux souvenirs. Quelque part, dans le joli village de Three Pines, quelqu’un n’est pas ce qu’il paraît être.

Ce livre-ci est le premier de la série des enquêtes d’Armand Gamache, qui est inspecteur-chef à la Sûreté du Québec. C’est un homme charmant, d’un peu plus de cinquante ans, grisonnant, qui sait écouter poliment mais aussi être ferme. On a beau aimer grandement les commissaires grincheux, ayant un passé trouble, des démons intérieurs qui les grugent, des histoires familiales envahissantes, des défauts énormes qui nous les rendent quand même très sympathiques, il est bon de temps en temps d’en rencontrer un qui ait quelques qualités et surtout qui soit sympathique. Le policier de Louise Penny, Armand Gamache, est charmant, gentil, attentionné, poli, préoccupé du sort de ses policiers, une sorte de Guido Brunetti québécois … Son adjoint Jean-Guy Beauvoir a une admiration sans limite pour lui.

Il a remporté les prix New Blood Dagger en Grande-Bretagne, Anthony et Barry aux États-Unis et Arthur-Ellis au Canada. Il a aussi été sélectionné pour le Barry Award du meilleur roman policier de la décennie aux côtés des Connelly, Larsson, Lehane et Zafón. Tous les livres qui ont suivi ont remporté les prix internationaux les plus prestigieux.

Un livre délicieux, avec une belle intrigue policière et des personnages très attachants. Mais c’est aussi l’occasion pour l’auteure québécoise de montrer sa connaissance – bienveillante – de la nature humaine; une écriture intelligente et fine, fortement évocatrice et souvent pleine d’humour ! On est loin du roman noir où le sang coule à flots, où les meurtres se succèdent dans une atmosphère glauque et au centre d’une société pourrie … Non, ici, un seul meurtre, simple, sans torture … une flèche en bois. Ne cherchez pas les sensations fortes ou les pages d’horreur, vous y retrouverez surtout des êtres humains, comme vous et moi, préoccupés par leur quotidien, dans de vieilles maisons aux effluves de dinde farcie et de muffins aux carottes.

L’auteur :

Louise-Penny

Louise Penny, née le 1er juillet 1958 à Toronto, dans la province de l’Ontario, est une femme de lettres canadienne surtout connue pour ses romans policiers. Son père exerce la fonction de gestionnaire de fonds. Sa mère était une fervente lectrice de fiction et de non-fiction, avec un goût particulier pour la fiction policière et Louise a grandi en lisant des auteurs de mystères tels qu’Agatha Christie. , Georges Simenon , Dorothy L. Sayers et Michael Innes.

Elle fait des études à l’Université Ryerson, où elle obtient un diplôme en 1979, avant de faire une carrière de 18 ans comme animatrice radio pour la CBC.

Son éloignement dans des postes loin de sa famille et de ses amis lui valent de sombrer dans l’alcool. C’est un appel aux Alcooliques Anonymes et la rencontre avec son défunt mari Michael Whitehead, né le 10 avril 1934, cardiologue et chef du service d’hématologie à l’Hôpital de Montréal pour enfants dont la femme est décédée deux ans plus tôt, qui, selon l’écrivaine, lui ont permis de surmonter ses démons après un long et douloureux processus. À 35 ans, elle reconnaît publiquement avoir un problème d’alcool dépendance qu’elle parvient à résoudre en suivant une cure.

Après son mariage, elle démissionne de son poste à la CBC et se lance dans l’écriture d’une série policière ayant pour héros Armand Gamache, un inspecteur-chef responsable des homicides à la Sûreté du Québec, dont plusieurs des enquêtes se déroulent dans les Cantons de l’Est. C’est un homme charmant, qui sait écouter poliment mais aussi être ferme. On a beau aimer grandement les commissaires grincheux, ayant un passé trouble, des démons intérieurs qui les grugent, des histoires familiales envahissantes, des défauts énormes qui nous les rendent quand même très sympathiques, il est bon de temps en temps d’en rencontrer un qui ait quelques qualités et surtout qui soit sympathique. Le policier de Louise Penny, Armand Gamache, possède toutes les qualités que Louise Penny admire chez un homme : il est charmant, gentil, attentionné, poli, intègre, plein d’humour, préoccupé du sort de ses policiers, non violent, capable de se défendre – une sorte de Guido Brunetti québécois (personnage des romans de Donna Leon) … C’est un adulte, un homme bon. Il sait aimer et il est aimé. Son adjoint Jean-Guy Beauvoir a une admiration sans limite pour lui.

Ce personnage lui a été inspiré par son mari. Son nom lui a été inspiré par une rencontre chez son tailleur, où elle aperçoit un homme aux grands yeux marron ayant pour nom de famille « Gamache ». Elle a su tout de suite que c’était le nom de son personnage.

La série, traduit en plusieurs langues, rafle plusieurs prix et obtient un succès critique et public.

En 1999, elle et son mari décident d’aller vivre dans les Cantons-de-l’est québécois, à Knowlton. De tous les écrivains anglophones de cette province où les tensions linguistiques entre la majorité francophone et la minorité anglophone ne sont jamais loin, Louise Penny est l’une des rares dont le personnage principal est un Canadien francophone.

Louise Penny a eu le succès littéraire très tard. Elle a 46 ans lorsque son premier roman « Nature morte », (En plein cœur) a été publié, après avoir été refusé et ignoré par cinquante maisons d’édition.

Encouragée par son mari, elle a écrit une première version de son roman, dans lequel le lecteur rencontre pour la première fois le célèbre inspecteur alors qu’il enquête sur le meurtre d’une artiste du petit village Three Pines. Elle a créé un village où elle aimerait vivre, peuplé de gens dont elle voudrait être l’amie, et un personnage principal qu’elle serait prête à épouser. »

Ce roman a remporté les prix les plus prestigieux : du Creasy Dagger en Grande-Bretagne à l’Arthur-Ellis Award au Canada, en passant par les Anthony et Barry Awards aux États-Unis, tous destinés à récompenser un premier roman.

Les livres de cette série lui ont valu quatre fois de suite (2007–2010) le prix Agatha pour le roman policier de l’année qui se conforme au style d’Agatha Christie. Ils lui ont valu d’être nominée aux côtés de Harlan Coben, Michael Connelly et Stieg Larsson dans de nombreux prix internationaux.

Ses romans ont été publiés en 23 langues.

Pendant plusieurs années, Penny a résisté à la vente des droits de télévision ou de cinéma sur ses livres, craignant de perdre le contrôle créatif de ses personnages. Cependant, lorsqu’elle a été approchée par PDM Entertainment et Attraction Images qui lui a offert un poste de productrice exécutive pendant la production du film, elle a changé d’avis et a accepté de leur vendre les droits sur ses deux premiers romans. Still Life est entré en production à l’automne 2012, avec l’acteur britannique Nathaniel Parker en tant que chef inspecteur Gamache. Le film a été diffusé sur CBC TV en 2013.

Louise Penny est nommée membre de l’Ordre du Canada en 2013 et Officière de l’Ordre National du Québec en 2017.

En août 2017, amie du couple, elle invite à North Hatley, en Estrie, l’ancien président américain Bill Clinton, son épouse et ex-candidate à la présidence Hillary Clinton, de même que leur fille Chelsea et ses deux enfants.

Penny vit actuellement à Knowlton , un petit village des Cantons- de -l’Est, à environ 100 km de Montréal, au Québec, dans une maison regorgeant d’œuvres d’art. Sur les murs sont accrochées des toiles représentant une femme mystérieuse parée de bijoux et le roi Léopold de Belgique. Un coussin sur lequel on lit les mots Goodness exists (« La bonté existe ») est déposé sur un fauteuil.

Son mari Michael est décédé le 18 septembre 2016, à l’âge de 82 ans, atteint de démence diagnostiquée en 2014. La notice nécrologique de l’Université McGill sur le Dr Whitehead l’a décrit comme «un excellent clinicien, clinicien-chercheur et administrateur, qui était aimé des enfants, de leurs familles et de ses collègues. Sa chaleur, sa gentillesse et sa générosité manqueront beaucoup.

 

ROMANS :

Série : Une enquête de l’inspecteur-chef Armand Gamache

  1. En plein Cœur, 2010 – Still Life 2005 Réédité sous le titre Nature morte, 2011
  2. Sous la glace, 2011 – A Fatal Grace, 2007
  3. Le Mois le plus cruel, 2012 – The Cruelest Month, 2008
  4. Défense de tuer, 2013 – The Murder Stone, 2009
  5. Révélation brutale, 2014 –The Brutal Telling, 2009
  6. Enterrez vos morts, 2013 – Bury Your Dead, 2010
  7. Illusion de lumière, 2013 – A Trick of the Light, 2011
  8. Le Beau Mystère, 2014 – The Beautiful Mystery, 2012
  9. La Faille en toute chose, 2014 – How the Light Gets In, 2013
  10. Un long retour, 2015 – The Long Way Home, 2014
  11. La Nature de la bête, 2016The Nature of the Beast, 2015
  12. Un outrage mortel, 2017 – A Great Reckoning, 2016
  1. Maisons de verre, 2018 – Glass houses, 2016 – Déjà n°1 sur les listes du New York Times et du Globe and Mail. Ce qui en fait le livre le plus populaire en Amérique du Nord.

Nouvelle :

Série : Une enquête de l’inspecteur-chef Armand Gamache

  1. The Hangman, 2010

 

Récompenses et distinctions

  • Ordre national du Québec pour sa contribution exceptionnelle au rayonnement du Québec et de ses régions.
  • Ordre du Canada pour sa contribution à la culture canadienne en tant qu’auteure mettant en lumière les Cantons-de-l’Est, au Québec.
  • Prix Agatha
    • Meilleur roman en 2007 pour Sous la glace
    • Meilleur roman en 2008 pour Le Mois le plus cruel
    • Meilleur roman en 2009 pour Révélation brutale
    • Meilleur roman en 2010 pour Enterrez vos morts
    • Meilleur roman en 2012 pour Le Beau Mystère
    • Meilleur roman contemporain 2016 pour Un outrage mortel
    • Meilleur roman contemporain 2017 pour Glass Houses
  • New Blood Dagger award du Crime Writers’ Association (Royaume-Uni)
    • Meilleur premier roman policier pour Nature morte
  • Prix Arthur-Ellis (Canada)
    • Meilleur roman pour Enterrez vos morts
    • Meilleur premier roman policier pour Nature morte
    • Nommé pour le meilleur roman pour Défense de tuer
  • Prix Dilys
    • Meilleur roman policier pour Nature morte
  • Prix Anthony (États-Unis)
    • Meilleur premier roman pour Nature morte en 2007
    • Nommé pour le meilleur roman pour Le Mois le plus cruel en 2008
    • Nommé pour le meilleur roman pour La Nature et la bête
    • Meilleur roman pour Un outrage mortel en 2017
  • Prix Barry (États-Unis)
    • Meilleur premier roman pour Nature morte
    • Nommé pour le meilleur roman pour Le Mois le plus cruel en 2008
  • Prix Macavity
    • Nommé pour le meilleur roman pour Le Mois le plus cruel en 2008
    • Meilleur roman pour Enterrez vos morts en 2011
    • Meilleur roman pour Le Beau Mystère en 2013
    • Meilleur roman pour Un outrage mortel en 2017

Adaptation à la télévision

  • 2013 : Nature morte – téléfilm canadien réalisé par Peter Moss, d’après le roman éponyme, avec Nathaniel Parker dans le rôle du l’inspecteur-chef Armand Gamache, Anthony Lemke et Kate Hewlett.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire