George Elizabeth ♦ La ronde des mensonges

La ronde des mensongesUn jeune homme, Ian Cresswell, neveu et collaborateur du patron d’une boîte industrielle le richissime Bernard Fairclough, est retrouvé noyé dans le hangar à bateau d’un château du Lake District.

Apparemment, il s’agirait d’une mort accidentelle. Il est mort noyé en glissant sur la dalle mal scellée d’un débarcadère privé sur le Lac Windermere.

Mais Sir Bernard, récemment anobli a des doutes sur la mort « accidentelle » et obtient de ses relations londoniennes qu’un inspecteur de Scotland Yard vienne enquêter discrètement. Il demande à Lynley d’enquêter dans la plus grande discrétion sur ce drame.

Le héros récurrent d’Elizabeth George, l’improbable Inspecteur-Comte Lynley, huitième comte d’Asherton et membre éminent du département des enquêtes criminelles de Scotland Yard sera dépêché sur place, c’est à dire dans le district de Cumbria, superbe contrée du Nord de l’Angleterre, prise entre marées géantes et montagnes primaires. Il se fait accompagner dans cette enquête par ses fidèles amis de toujours : Simon Saint-James, médecin légiste et son épouse Deborah.

Les suspects sont nombreux : l’héritier, ex-drogué repenti, ses sœurs Manette et Mignon, sa femme, Alatea ravissante Argentine dont il est passionnément épris, ainsi que la galerie de personnages secondaires hauts en couleur. Tous ont un secret bien caché. Le très chic et très aristocratique Thomas Lynley de Scotland Yard va tenter de les percer à jour. Notre lord, ancien d’Eton, roule en Healey Elliott, une voiture de collection des années 1950 et a ses habitudes dans les clubs londoniens. Autant dire qu’il n’est pas dépaysé par le cadre de cette enquête

C’est surtout la noblesse qui trinque ici. La famille Fairclough et ses relations corrompues sont au centre de l’intrigue. Aucun personnage n’est épargné, de la mère démissionnaire à la fille qui fait chanter son père, sans oublier le mort lui-même qui venait de quitter sa femme pour un homme. Au fil de l’enquête, la fine couche de vernis de respectabilité qui entourait la famille se craquelle et dévoile un drôle de panier de crabe où le mensonge fait loi. Le personnage le plus réussi est certainement celui de la très énervante Mignon Fairclough, « reine des manipulatrice » au sein de cette  famille. Victime d’un accident dans sa jeunesse, elle souffre d’un handicap depuis. Et en profite pour mener ses parents pas le bout du nez, se faisant construire une « folie » dans le parc du château et obtenant des subsides toujours plus conséquentes de son père.

 

L’auteur :

Elizabeth GeorgeElizabeth George, née Suzan Elizabeth George le 26 février 1949 à Warren, État de l’Ohio, est une écrivaine américaine, auteur de romans policiers. Ses parents sont Robert Edwin et Anne Rivelle George.

Ses parents déménagent dans l’Ouest américain lorsqu’elle a 18 mois et se fixent en Californie, près de San Francisco, dans l’actuelle Silicon Valley.

Elizabeth George dit : « quand mon frère aîné avait 6 ans, il fut blessé à l’œil par une flèche. Nos parents lui faisaient la lecture pendant des heures et j’écoutais. Nous n’étions pas une famille très riche, alors nous nous sommes tournés vers le monde de l’imagination. »

Dès l’âge de sept ans, elle manifeste un goût prononcé pour l’écriture. Elle commença à écrire des histoires courtes à l’école élémentaire, après que sa mère lui ait donné une vieille machine à écrire datant des années 30.

Elle écrivit son premier roman (non publié) quand elle termina ses études au lycée « Holly Cross » à Mountain View.

 Elle suit sa scolarité à l’école St Joseph Grammar, puis au collège Holy Cross.

En 1966, à 16 ans, elle fait un voyage scolaire au Royaume-Uni sur les traces de William Shakespeare. Ce voyage éveille en elle une passion pour la Grande-Bretagne qui ne s’est jamais démentie depuis. Son anglophilie revendiquée a déjà donné dix-sept romans, tous publiés aux Presses de la Cité, ayant pour cadre la Grande-Bretagne. Elle y séjourne d’ailleurs régulièrement [elle possède un pied-à-terre à Londres] afin d’effectuer les nombreux repérages nécessaires à la construction de ses livres et d’affiner sa documentation auprès de ses contacts à Scotland Yard.

Après le collège, elle fréquente les universités de Los Altos Hills et de Riverside où elle obtient une maîtrise d’anglais et un master de psychopédagogie et un doctorat honorifique en lettres humaines.

Elle commence sa carrière professionnelle comme professeur au collège Mater Dei High School de Santa Ana. Mais là, elle a cédé à son penchant pour le travail organisé et a été sommairement congédié avec dix autres enseignants pour activité syndicale.

Elle change d’établissement pour intégrer, en tant que professeur d’anglais, le collège de la ville d’El Toro (aujourd’hui appelée Lake Forest) en Californie. Elle y reste jusqu’à la fin de sa carrière d’enseignante. Au cours de ces années d’enseignement, elle soutient ses étudiants en difficulté scolaire et présente un éventail éclectique d’écrivains, de Shakespeare à la littérature moderne, en passant par le roman policier. Edgar Allan Poe, Agatha Christie et P. D. James ont été disséqués avec ses étudiants. Elizabeth George quitte l’enseignement après treize ans et demi quand elle a vendu son premier roman.

Pendant quelques années, elle enseigne les techniques de l’écriture au Community College, mais l’écriture monopolise bientôt son temps. Elle enseigne ensuite sur de brèves périodes dans différentes universités : université de la Colombie-Britannique (à Vancouver), université d’Oxford, université de Californie…

Elizabeth George fait ses débuts en littérature policière avec « A Great Deliverance », paru chez Bantam Books en 1988, qui obtient deux prix prestigieux couronnant le meilleur premier roman aux États-Unis. Traduit en français sous le titre « Enquête dans le brouillard « publié en 1990, il obtient le grand prix de littérature policière.

Elizabeth George a reçu aussi le prix Anthony et le prix Agatha. En Allemagne, elle reçoit également le prix MIMI pour son roman « Cérémonies barbares » (1990).

Elle s’est spécialisée dans l’écriture de romans policiers « à l’anglaise ». Ses histoires sont centrées sur deux policiers, l’inspecteur Thomas Lynley, également huitième comte du titre des Asherton, beau, élégant, riche, bon, plein de compassion, et le sergent Barbara Havers, issue d’une banlieue crasseuse de Londres, et convaincue que tous les maux dont souffre la société sont dus de près ou de loin à la Noblesse.

L’étude psychologique, les descriptions d’ambiance urbaine et la tension dramatique sont ses marques de fabrique.

Dans « Mes secrets d’écrivain », publié en 2006, elle recommande aux écrivains en herbe de bien connaître la façon de construire un roman. Dans cet ouvrage, elle livre ses astuces d’écriture et quelques recettes pour créer des personnages.

Elle s’est mariée le 28 mai 1971 avec Ira Toibin et a divorcé en novembre 1995.

On l’appelle la « reine Elizabeth ». Ou la « reine du crime ». Depuis « Enquête dans le brouillard », son premier roman, publié en 1988 et récompensé en France par le grand prix de Littérature policière, la réputation de l’Américaine n’a cessé de croître. Tous ses titres sont des best-sellers non seulement aux Etats-Unis, mais aussi dans les trente-cinq pays où elle a été publiée.

Elle en est à la dix-septième enquête de son inspecteur fétiche et le succès ne se dément pas. Traduits dans plus de trente-cinq pays, tous ses titres sont des best-sellers.

 

Ordre chronologique des romans :

– Une douce vengeance (juin – An zéro)

– Enquête dans le brouillard (Novembre – An1)

– Le lieu du crime (Février – An3)

– Cérémonies barbares (Avril – An3)

– Pour solde de tous comptes (Novembre – An3)

– Mal d’enfant (Janvier – An4)

– Un goût de cendres (Avril – An3)

– Le visage de l’ennemi (Mai – An4)

– Le meurtre de la falaise (Juin – An4)

– Une patience d’ange (Septembre – An4)

– Mémoire infidèle (20 novembre – An4)

– Un nid de mensonges (Décembre – An4)

– Sans l’ombre d’un témoin (Février – An5)

– Anatomie d’un crime (An5)

– Le rouge du péché (Mai – An5)

– Le cortège de la mort (Mai – An5)

La ronde des mensonges (Juillet – An5)

Attention : SPOILERS ci-dessous – Informations utilisées pour les dates, quand ce n’est pas indiqué précisément :
– Entre Enquête dans le brouillard et le meurtre de la falaise, il s’est écoulé 30 mois, dixit Barbara ;
– Dans Le lieu du crime, Barbara et Lynley travaillent ensemble depuis 15 mois ;
– Dans Cérémonies barbares, Helen est partie depuis 2 mois ;
– Dans Une patience d’ange, la mère de Barbara est chez Miss Flo depuis 10 mois ;
– L’exposition de Déborah a lieu en décembre, dans Un nid de mensonges
– Ce qui est arrivé à Helen s’est passé en février
– Dans Le cortège de la mort, Webberly a quitté son poste depuis presque 9 mois, Barbara a vu Lynley deux mois auparavant.

Dans Un nid de mensonges et Une douce vengeance, nous apprenons que :
– Simon a 11 ans de plus que Déborah
– Déborah s’est mariée avec Simon 18 mois après avoir rompu ses fiancailles avec Lynley
– Déborah avait 14 ans quand Simon a eu son accident de voiture
– Déborah a 26 ans dans Un nid de mensonges
– Quand Déborah avait 7 ans sa mère est morte. Son père Joseph Cotter étant dépressif depuis, Simon a réouvert la maison de Chelsea et l’a remise en état avec Joseph
– Déborah est partie à 18 ans aux US

Pour le fun, une chronologie plus détaillée (à vérifier), concernant la vie privée des personnages récurrents :
– An 0  : naissance de Lynley et Simon (et oui, je remonte aussi loin)
– An 2  : naissance d’Helen
– An 3  : naissance de Barbara Havers
– An 8  : naissance de Nkata
– An 11 : naissance de Déborah
– An 17 : début de l’inimitié entre Lynley et sa mère
– An 18 : décès de la mère de Déborah. Simon s’installe à Chelsea avec Jospeh et Déborah Cotter
– An 20 : Fiancailles de Simon et Helen
– An 24 : Accident de voiture de Simon et Lynley
– An 28 : (date à vérif) Simon reprend son activité de criminologue
– An 29 : Déborah part aux US
– An 32, juin : Déborah rentre des US
– An 33, novembre : Déborah épouse Simon
– An 35, février : Lynley réalise qu’il aime Helen
– An 35, novembre : Début de la relation entre Lynley et Helen
– An 36, janvier : Barbara emménage à Eaton villas
– An 36, juin : Helen et Lynley se marient ; Barbara est mise à pied
– An 36, novembre : tentative de meurtre sur Webberly, Lynley devient commissaire interimaire
– An 36, septembre : Barbara redevient constable
– An 37, février : décès d’Helen ; Barbara redevient sergent, Nkata devient sergent
– An 37, juillet : Lynley recommence à travailler au Yard ; Retour de la femme d’Azhar

Problème : Dans un livre, il est dit que Barbara a 2 ans de moins que Simon.
Dans une patience d’ange, Nkata a 8 ans de moins que Lynley, 12 de moins que Barbara. ce qui fait que Barbara  a 4 ans de moins que Lynley. Lynley et Simon ayant le même âge…
Je tranche avec 3 ans jusqu’à ce que j’aie plus d’éléments (je suis en cours de relecture des livres)

 

 

Laisser un commentaire