Lahens Yanick ♦ Guillaume et Nathalie

Guillaume et NathalieSecond ouvrage du Prix Cezam littérature après la lettre à Helga

« Guillaume et Nathalie ». Le titre sonne un peu comme le Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre – la même douceur peut-être.

Mais si ces deux romans peignent également la naissance d’un amour au beau milieu d’une île, la comparaison s’arrête là. L’île de Yanick Lahens n’est pas le paradis perdu de Bernardin de Saint-Pierre. Cette île, c’est Haïti, où les trois quarts de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Guillaume est sociologue, Nathalie architecte. Ils sont tous les deux nés en Haïti mais, elle a quitté le pays pendant de nombreuses années tandis que lui, y a toujours été. De retour au pays, ils se rencontrent à la veille du séisme qui a ravagé Haïti en janvier 2010, autour du projet d’un centre polyvalent dans les environs de Port-au-Prince. Beaucoup de choses opposent le caractère des personnages. Entre l’homme de cinquante ans revenu de ses utopies, dont toute la vie s’est jouée dans son île, et la jeune femme au sombre passé qui vient de vivre de longues années en France, l’attirance est immédiate. Ce qui les rapproche c’est leurs regards qui se sont croisées, l’envie de se connaître l’un l’autre.

Dans une société haïtienne où le sexe est un sujet tabou, Yanick Lahens ne réserve pas ses mots et décrit tous les actes sexuels des personnages, une manière rare d’écrire, très poétique où l’on se laisse facilement emporter.

De plus, cette belle histoire d’amour se passe dans la ville de Port-Au-Prince la capitale, une ville ou l’on ressent une obscurité et une sorte de tension qui frappe tout le pays.

Guillaume et Nathalie, représentants de la classe moyenne noire, sont d’abord deux regards lucides sur une société haïtienne cloisonnée et prise au piège de la corruption et du racisme.

 

L’auteur :

Yanick LahensYanick Lahens, née à Port-au-Prince en Haïti le 22 décembre 1953, est une écrivaine haïtienne. Elle part très jeune pour la France où elle fait ses études secondaires. En France, elle fait également des études supérieures en lettres à La Sorbonne.

À son retour en Haïti, elle a enseigné à l’École Normale Supérieure (l’Université d’État) jusqu’en 1995.

Très impliquée dans la vie associative d’Haïti, elle est cofondatrice de l’Association des écrivains haïtiens et avec la fondation « Culture et Création » fonde une bibliothèque à Saint-Louis-du-Nord. Elle témoigne aussi après le séisme de 2010.

Yanick Lahens est l’auteur de nombreux articles, en particulier sur Faulkner et Marie Chauvet, et d’un livre d’essais critiques, « L’exil entre l’ancrage et la fuite: l’écrivain haïtien ». Elle anime une émission culturelle « Entre Nous » à Radio Haïti Inter avec Jan J. Dominique. Elle est membre fondatrice de l’Association des écrivains haïtiens, et contribue régulièrement aux revues culturelles haïtiennes et antillaises telles que Chemins critiques, Cultura et Boutures.

Entre 1996 et 1997, elle fait partie du cabinet du Ministre de la Culture (Raoul Peck) avec Louis-Philippe Dalembert.

En 1998, elle dirige le projet de la « Route de l’esclavage » sous la présidence de Laënnec Hurbon qui annonce une réflexion et des actions intellectuelles, culturelles et artistiques autour de la problématique de l’esclavage dans toute l’île.

Yanick Lahens vit à Port-au-Prince où elle prend une part active dans l’animation culturelle et l’activité citoyenne. Son œuvre occupe une place privilégiée – à côté de celles de Marie Chauvet, Jan J. Dominique, Yanick Jean et Paulette Poujol-Oriol – dans la littérature au féminin en Haïti. Elle est membre du conseil d’administration du Conseil International d’Études Francophones (CIEF).

Elle partage son temps entre l’écriture, l’enseignement et ses activités de conférencière en Haïti et à l’étranger.

Longtemps professeur de littérature, Yanick Lahens consacre aujourd’hui une grande partie de son temps à une fondation destinée à former les jeunes générations aux stratégies de développement durable.

Laisser un commentaire