Chevalier Tracy ♦ La dernière fugitive

La dernière fugitiveAprès Griet, la servante qui inspirait au peintre Vermeer son célèbre tableau, La jeune fille à la perle, Tracy Chevalier crée un nouveau et formidable portrait de jeune femme.

Nous sommes en 1850, à la fin du XIXe siècle. Honor Bright, jeune quaker introvertie – Les Quakers – , quitte son Angleterre natale pour l’Amérique accompagnant sa sœur Grace à Faithwell dans l’Ohio, qui doit s’y marier avec Adam Cox un émigré anglais, et pour fuir une peine de cœur (elle a été andonnée par son fiancé et redoute d’être bientôt exclue de sa sévère communauté quaker ou rigide Société des Amis). Cette dernière meurt en chemin, emportée par la fièvre jaune à peine le pied posé sur le sol américain, laissant Honor seule sur les routes accidentées du Nouveau Monde, dans un vaste pays qui lui est complètement inconnu, entre les mains de personnes qui auraient dues constituer sa future belle famille et qui ne savent pas trop quoi faire d’elle maintenant que sa sœur n’est plus là. Elle pense pouvoir recréer auprès d’une nouvelle communauté le calme de son existence de jeune quaker : broderie, prière, silence.

Mais l’Amérique de 1850 est aussi périlleuse qu’enchanteresse. Rien dans cette terre ne résonne pour elle d’un écho familier. L’Ohio en 1850 n’est pas une terre très hospitalière : torride en été, glaciale en hiver, frappée d’orages violents qui transforment les routes en cloaque, elle est traversée par les colons qui vont plus loin vers l’Ouest en quête de grands espaces et par les esclaves « marrons » fugitifs des grandes plantations du Sud, qui tentent de gagner le Canada au Nord.

Dans cette région de l’Ohio, ville trop neuve pour pouvoir s’ancrer, carrefour des fuyants du Sud au Nord pour les esclaves ou de l’Est à l’Ouest pour les pionniers, Honor ne trouvera de douceur que dans les quilts (édredons en patchwork) qu’elle coud avec soin, dans le maïs frais ou le sirop d’érable ou la gentillesse de Belle Mills, modiste et relais du « chemin de fer clandestin ».

Très vite, elle fait la connaissance de personnages hauts en couleur. Parmi eux, Donovan, «chasseur d’esclaves», homme brutal et sans scrupules qui, pourtant, ébranle les plus profonds de ses sentiments. Car bien sûr, l’abolition de l’esclavage ne sera votée que 15 ans plus tard, et en 1850, une loi est établie qui permet aux « chasseurs d’esclaves » d’obliger les citoyens à les aider à rechercher les fugitifs.

Honor se retrouve alors dans la maison de ce « beau-frère » qu’elle ne connait pas. Elle va se lier d’amitié avec Belle, une américaine dynamique qui lui permettra de mieux appréhender ces coutumes, cette façon de vivre et le quotidien de ses personnes qui lui semblent si différentes de ce qu’elle connait.

Mais Honor se méfie des voies divergentes. En épousant un jeune fermier quaker, elle croit avoir fait un choix raisonnable. Jusqu’au jour où elle découvre l’existence d’un «chemin de fer clandestin»,-  The Underground railroad – réseau de routes secrètes tracées par les esclaves pour rejoindre les terres libres du Canada. Honor embrasse alors la cause des Noirs américains, s’oppose à ses proches, notamment ceux de sa communauté, les quakers, en vertu des valeurs auxquelles elle croit, et se jette dans une lutte subversive pour l’émancipation – la sienne, par-dessus tout – à l’issue de laquelle elle a autant à perdre qu’à gagner.

Fresque poignante sur la violence d’une époque – témoignage précieux sur les habitudes de deux communautés méconnues – les quakers et les esclaves en fuite – une plongée historique dans l’Amérique esclavagiste de 1850, la découverte de la vie au sein de la communauté quaker.

L’auteur :

Tracy ChevalierTracy Chevalier, née le 19 octobre 1962 à Washington, est une écrivaine américaine dont le père est photographe pour le The Washington Post.

Spécialisée dans les romans historiques et des portraits de femmes, elle habite Londres depuis 1984 avec son mari et son fils.

Elle étudie à la Bethesda-Chevy Chase High School de Bethesda, dans le Maryland.

Après avoir reçu son B.A. en anglais à l’Oberlin College, Ohio, elle déménage en Angleterre pour un séjour de six mois en 1984 où elle obtient une maîtrise en création littéraire de l’Université d’East Anglia, Norwich. Elle y trouve un emploi de spécialiste d’ouvrages de référence, travaillant pour plusieurs encyclopédies en rédigeant des articles sur des auteurs. Elle reste finalement en Angleterre, y fonde une famille et commence à travailler dans l’édition. Quittant cet emploi en 1993, elle commence une année de Master of Arts en création littéraire à l’University of East Anglia. Ses tuteurs lors de son parcours sont les romanciers Malcolm Bradbury et Rose Tremain. Pourtant, le virus de l’écriture, déjà côtoyé durant ses études, la rattrape. Après quelques cours d’écriture, Tracy voit ses écrits publiés dans le magazine Fiction.

Sa carrière d’écrivaine débute en 1997 avec The Virgin Blue (La Vierge en bleu). Elle est l’auteur du Récital des anges (2002), de La Dame à la Licorne (2003), de La Vierge en bleu (2004), de L’Innocence (2007), de Prodigieuses créatures (2010). Mais elle connait le succès avec Girl with a Pearl Earring (La Jeune Fille à la perle), en 2000, un livre inspiré par le célèbre tableau de Vermeer et adapté au cinéma par Peter Webber en 2002, et interprété par Scarlett Johansson. Ce film a obtenu trois nominations aux Academy Awards de 2004.

Tracy Chevalier est également Chairman pour l’Angleterre à la Society of Authors.

Textes annexes:

 

Laisser un commentaire