Lapeyre Patrick

Patrick Lapeyre, né en juin 1949 à Paris, est un écrivain français.

 Fils unique d’un « ménage modeste », mère employée de bureau à la SNCF, père ouvrier devenu agent de maîtrise, il a grandi à Pantin et découvert les livres à la bibliothèque de la gare de l’Est.

 Après une hypokhâgne et une khâgne au prestigieux lycée Henri-IV à la fin des années 1960, où il est recalé à l’oral de Normale sup, aux côtés de Pascal Bruckner et d’Alain Finkielkraut, Patrick Lapeyre poursuit des études de lettres modernes à la Sorbonne et à Vincennes, où il n’en revient toujours pas d’avoir eu Gilles Deleuze comme professeur.

 Il devient professeur dans divers lycées de la région parisienne. Depuis quelques années, il enseigne au lycée Victor-Hugo à Paris.

P atrick Lapeyre a deux filles, Constance et Jeanne.

 Il commence sa carrière littéraire par la publication, en 1984, de Le Corps inflammable puis publie ensuite La Lenteur de l’avenir en 1987, Ludo & Compagnie en 1991, Welcome to Paris en 1994, Sissy, c’est moi en 1998, L’Homme-sœur en 2004 qui obtient le prix du Livre Inter et, en 2010, La vie est brève et le désir sans fin qui obtient le prix Femina. Ce dernier roman évoque la dialectique de la grâce et de la souffrance dans une succession d’états sensoriels et poétiques, avec une structure répétitive d’essence quasi-musicale.

D’une écriture mi-douce mi-amère, ses textes laissent une impression indéfinissable de légèreté et de malaise. Par petites touches insensibles, le romancier excelle à créer une atmosphère où le réel le dispute à l’onirique. Il entretient également une relation particulière avec son lecteur qui est souvent complice, en jouant en permanence sur un humour distancié et élégamment maîtrisé virant parfois à l’ironie indulgente. C’est le travail d’un aquarelliste de l’improbable ou d’un poète sociologue des petits riens.

Ses romans sont tous publiés chez P.O.L.

Le prix Femina a été décerné mardi à Patrick Lapeyre pour son livre La vie est brève et le désir sans fin (P.O.L.), un roman mélancolique et drôle sur un trio amoureux à la « Jules et Jim » dans lequel la perte et l’attente mènent la danse.

Laisser un commentaire