Levy Marc ♦ Les enfants de la liberté

les enfants de la libertéLes Enfants de la liberté est le titre du septième roman de Marc Lévy paru le 4 mai 2007. Pour son septième roman, Marc Levy a choisi un sujet qui d’emblée dispose à l’émotion : la guerre, la Résistance, la déportation et les enfants.

C’est un roman autobiographique. L’auteur y raconte l’histoire de son père et de son oncle, juifs-résistants, membres de la brigade Marcel Langer, des « MOI » toulousains.

Basée sur des faits historiques mais largement romancée, cette histoire nous raconte la vie d’hommes et de femmes qui se sont battus pour la France, qui ont vécu dans des conditions abominables, ont subi d’atroces souffrances, ont vu des leurs tomber chaque jour, sous les fusils de l’ennemis ou emportés simplement par la faim ou la maladie.

La composition de ce roman est un petit peu particulière puisqu’elle se compose de trois grandes parties qui s’englobent toutes autour d’une lettre ou d’un long monologue que le narrateur fait à sa femme et qui raconte la vie de son père, son père à lui mais également celle de son oncle Claude et celle de tous leurs compagnons d’armes qui formèrent la 35e brigade FTP-MOI, le cercle de résistance à Toulouse fondée par Marcel Lagier.

Le héros de ce livre (le père de Marc Levy), Jeannot (de son vrai nom Raymond) décide par une journée de 1943 de quitter leurs parents pour rejoindre la 35e Brigade de Toulouse et de s’enrôler dans la Résistance et lutter contre l’occupant et ses vils collaborateurs, avec son jeune frère Claude alors que tous deux n’ont même pas dix-huit ans, n’ont jamais connu de femmes, enfin bref, n’ont pas vécu mais ils étaient convaincus de leurs idées et, étant juifs, ils n’avaient guère le choix : c’était soit ça soit attendre d’être déporté.

Jeannot narre l’histoire de ces gamins, à peine sortis de l’adolescence, venus de tous les coins d’Europe, ayant pour certains déjà connu la guerre (celle d’Espagne notamment) pour en mener une autre ici, celle de la rue, faite de sabotage de trains, de pylônes électriques, d’explosion de convois… Il y a des moments où, avec eux, on se demande à quoi il sert de se battre, car c’est très souvent pour finir sous les balles d’une huitaine de fusils allemands.

Raymond et Claude seront arrêtés, eux aussi, juste avant la Libération. Ils seront les passagers de ce que l’on a appelé le train fantôme. Un convoi bourré de prisonniers agonisants, qu’un commandant allemand, avec la rage du loup blessé, est parvenu à emmener à Dachau, sous les balles alliées. Heureusement, Raymond et Claude parviendront à s’enfuir, d’une manière et au terme d’un suspens que Marc Levy conte crescendo, avec efficacité.

 

L’auteur :

Marc LevyMarc Levy, parfois orthographié Marc Lévy, est né le 16 octobre 1961 Boulogne-Billancourt en région parisienne.

Il est le frère de Lorraine Lévy, auteur de théâtre, scénariste, réalisatrice et cousin de Julie Andrieu, son grand-père maternel ayant épousé en deuxièmes noces la mère de Nicole Courcel.

A 18 ans, il s’engage à la Croix Rouge Française, tout d’abord comme secouriste, où il passe 6 ans à divers postes. Parallèlement, il étudie la gestion et l’informatique à l’Université Paris Dauphine.

En 1983 il crée sa première entreprise avec deux associés (Mickael Bendavid et Xavier Poncin), Logitec basée au départ dans les locaux du quai Voltaire à Paris puis à Boulogne Billancourt (à ne pas confondre avec Logitech), une société spécialisée dans les images de synthèses en France et aux États-Unis.

En 1988, il ouvre une unité chargée de développer une carte de traitement d’images à Sophia Antipolis avec les ingénieurs de la société américaine Spectrum Holobyte. Unité qui ne verra jamais aboutir quoi que ce soit, ce qui aboutira en 1989, à la perte de contrôle de la société qui déposera le bilan quelques mois plus tard.

À 29 ans, repartant de zéro, il rentre à Paris et fonde avec deux amis dont son beau frère (le frère de sa première femme) un cabinet d’architecture de bureau, Eurythmic Cloiselec, une société de travaux de finitions qui deviendra l’un des premiers cabinets d’architecture de bureau en France.

À 37 ans, Marc Levy écrit une histoire à l’homme que deviendra son fils.

En octobre 1999, Marc Levy démissionne de son cabinet d’architecte et part habiter à Londres pour se consacrer exclusivement à l’écriture.

En2000, encouragé par sa sœur scénariste (aujourd’hui réalisatrice), il envoie ce manuscrit aux Editions Robert Laffont qui acceptent aussitôt de publier « Et si c’était vrai » avec lequel il a remporté le Prix Goya du premier roman. Peu avant la sortie du roman, Steven Spielberg (Dreamworks) en acquiert les droits d’adaptation cinématographique. Le film, intitulé « Just Like Heaven », produit par Steven Spielberg, interprété par Reese Whitherspoon et Mark Ruffalo, s’est classé premier du box-office américain lors de sa sortie en 2005.

C’est un immense succès, Selon Livres Hebdo, cette édition du roman de Marc Lévy s’est classée 4e des ventes poche 2003, avec 212 800 exemplaires vendus en France. Le roman est traduit dans une quarantaine de langues et publié dans 32 pays, et se vend à 5 millions d’exemplaires, classé durant soixante-dix semaines sur les listes de meilleurs-ventes.

Tous ses romans figurent dès leur parution en tête des ventes annuelles en France et connaissent un succès international. Il publie « Où es-tu ? », en 2001 (adapté pour la télévision en 2007), « Sept jours pour une éternité » en 2003, « La prochaine fois » en 2004, « Vous revoir », la suite de « Et si c’était vrai », en 2005, « Mes amis, mes amours » en 2006 (adapté au cinéma en 2008), « Les Enfants de la liberté » en 2007 et « Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites » en 2008.

Son neuvième roman « Le Premier jour » est sorti le 25 juin 2009. « La Première nuit », la suite du « Premier jour » est sortie le 2 décembre 2009.

Son onzième roman « Le voleur d’ombres » a été publié le 17 juin 2010 en France.

Ses 10 romans, traduits en 41 langues, ont été publiés à plus de 20 millions d’exemplaires (toutes langues et toutes éditions confondues). Marc Levy est l’auteur français le plus lu dans le monde. (Source des chiffres de vente et de classement : Ipsos/Livres Hebdo – Le Figaro).

Marc Levy a écrit quelques nouvelles et a réalisé un court métrage pour Amnesty International, « La lettre de Nabila », diffusé en mars 2004. Il a également écrit quelques chansons pour différents artistes, dont Johnny Hallyday.  

 

Laisser un commentaire