Sanllorente Jaume ♦ Sourires de Bombay

Jaume Sanllorente raconte ici l’aventure qui a changé le cours de sa vie. C’est le récit touchant, plein de modestie et de tendresse d’un garçon d’Occident qui n’a pas voulu que disparaisse un îlot d’espérance au coeur de la pire misère du tiers-monde. Il a récolté des fonds. Il a appris quelques rudiments d’hindi. Et il est reparti vers un orphelinat entrevu dans la lèpre des bidonvilles de Bombay pour s’y installer. Avec l’immense projet d’arracher à la faim et à la peur une petite poignée d’enfants. Et de leur donner une éducation. « Sauver un enfant, c’est sauver le monde », disait Mère Teresa. Le jeune Espagnol va, sans même s’en rendre compte, sauver plusieurs fois le monde.» (Dominique Lapierre)

 Rien ne prédestinait le jeune journaliste Jaume Sanllorente à s’engager dans l’humanitaire. Il a pourtant décidé de tout quitter, sa famille, ses amis, son pays, pour venir en aide à un orphelinat en faillite.

De la façon la plus simple, sans emphase, il nous rapporte son histoire et nous plonge au coeur des bidonvilles de Bombay, ces océans de misère où intouchables, lépreux, déshérités, esclaves de tous les obscurantismes, lui offrent chaque jour la plus belle leçon de vie et de courage.

 

L’auteur :

 Rien ne prédestinait Jaume Sanllorente à pareille métamorphose. Né à Barcelone en 1976, de parents espagnols, étudiant en communication puis journaliste spécialisé dans l’économie et le commerce extérieur, il n’avait jamais envisagé de faire carrière dans l’humanitaire. Pas même de s’engager auprès des laissés-pour-compte de sa propre ville.

 Pour lui, l’Inde est d’abord apparue comme une destination de vacances.

 Après le traditionnel pèlerinage des touristes occidentaux le Rajasthan, New Delhi, Bénarès, puis Katmandou, au Népal, il ressent le besoin, inexplicable, de partir à la découverte de Bombay et de ses slums. Le choc qui l’attend sera profond. Le hasard l’amène à croiser trois enfants sur son chemin : Pooja, Kavita et Priyanka. Vivant dans l’insalubrité la plus révoltante, victimes de la pauvreté et de l’injustice, tous sont promis à la mendicité ou à la prostitution, voire à une mort prématurée.

 Avant de rentrer en Espagne, il décide de visiter un orphelinat en faillite dans une banlieue lépreuse de la ville. Le sourire des orphelins sera pour lui une révélation : l’ONG Sonrisas de Bombay était née. Jaume Sanllorente allait consacrer sa vie aux enfants de Bombay, et leur offrir un foyer, une éducation et des perspectives d’avenir…

Depuis 2004, année au cours de laquelle il a créé son ONG Sonrisas de Bombay, Jaume vit en Inde et se consacre à temps plein à récolter les fonds destinés à développer les actions d’éducation et de soins.

Au-delà de l’orphelinat initial, son organisation s’occupe aujourd’hui de tout un complexe éducatif et de projets pour les victimes de la lèpre. Plus de deux mille enfants sont concernés. À un niveau international, il continue de dénoncer la situation que connaissent chaque jour des milliers d enfants dans les rues de la capitale du Maharashtra.

 

Ce livre raconte son histoire de la façon la plus simple, sans emphase, dans la quotidienneté des décisions, des rires et des larmes.

Laisser un commentaire